Icon Sport

Jaminet : "C’était incroyable, on se serait cru en phase finale"

Jaminet : "C’était incroyable, on se serait cru en phase finale"
Par Vincent Bissonnet via Midi Olympique

Le 01/05/2022 à 11:06Mis à jour Le 01/05/2022 à 11:27

TOP 14 - L’arrière international de l'USA Perpignan revient sur le précieux succès des siens face à Brive, ce samedi (27-10), sur l’ambiance des grands jours à Aimé-Giral et sur la bataille du maintien qui tient tout le monde en haleine. Grâce à leur victoire, les Catalans se sont totalement relancés en cette fin de saison.

Quel sentiment prédomine après ce résultat capital ?

Il faut savourer la victoire. C’est ce qu’il faut retenir, c’est ce que l’on voulait. Il y a peut-être la frustration de ne pas avoir attrapé le bonus sur la fin alors que l’on a eu quelques occasions mais bon… Puis il y avait le plaisir de pouvoir jouer sur cette pelouse, avec un stade plein, un temps parfait, en réussissant à faire du jeu, avec la victoire au bout. C’était quelque chose d’incroyable, on se serait cru en phases finales avec tout le monde qui nous soutenait. Il y avait clairement le 16e homme derrière nous.

Quelle importance revêt ce succès à vos yeux ?

On est toujours en vie. On voulait gagner pour espérer accrocher la douzième place. Nous travaillons tous pour ça. Après, ça ne tient pas qu’à nous. Nous ne sommes pas maîtres de notre destin mais on va tout faire pour avoir de bons résultats jusqu’à la fin et ainsi éviter le barrage. Après s’il faut le jouer, on sera prêts.

Vous n’avez pas lâché malgré un début de rencontre raté...

On était frustré dans un premier temps d’avoir loupé notre entame. Nous n’étions pas prêts de suite. On prend un essai que l’on ne doit jamais prendre. Mais il y a des leaders qui font que l’on ne perd pas la main. On était confiants même si on a fait des erreurs bêtes, moi le premier. J’ai fait des fautes d’approximation. J’étais un peu déçu de moi sur certaines actions. Mais grâce aux cadres, on ne s’est jamais mis le feu.

Il a fallu maîtriser le vent capricieux. Comment avez-vous géré ce paramètre ?

Le vent, on le connaît. En première période, nous avons eu un peu de mal à nous ajuster sur les sorties de camp. Sur la deuxième, c’était mieux. Quand l’on a mis notre jeu en place et que l’on est arrivé à trouver de l’espace derrière, on est arrivé à faire de bonnes choses.

Vous vivez vos dernières semaines en sang et or. On imagine que cela vous tient particulièrement à coeur de laisser le club dans l’élite...

C’est tout le groupe qui a envie de ça, tout le club même, moi le premier. On va tout faire pour que ce club vive en Top 14. Quand on voit des matchs comme celui-là, ça montre bien que personne ne lâchera rien d’ici la fin de saison.

Contenus sponsorisés