Icon Sport

"Les Racingmen nous prenaient pour des cons"... Le Top des déclas du week-end

"Les Racingmen nous prenaient pour des cons"... Le Top des déclas du week-end
Par Rugbyrama

Le 29/11/2021 à 18:49Mis à jour

TOP 14 - Le comportement de certains joueurs du Racing 92 a irrité Christophe Urios et Sébastien Chabal, Ugo Mola s'explique sur la fin du match face à Brive, Alex Arrate voit le Stade français jouer le maintien, Jono Gibbes fait son mea culpa après la défaite de Clermont... Voici le Top des déclas du week-end !

" “ Les Racingmen nous prenaient pour des cons"

Solides tombeurs du Racing 92 à l’Arena dimanche, les joueurs de l’Union Bordeaux-Bègles se sont remobilisés à la pause pour signer un deuxième acte de rêve (31-0 en seconde période). Après la rencontre, le manager girondin Christophe Urios a reconnu s’être servi de l’attitude - jugée irrespectueuse - de certains Racingmen en première période pour motiver ses joueurs : "Après notre défaite à La Rochelle avant la trêve, je n'étais pas content. Là, j'ai retrouvé mon équipe. On a commis beaucoup d'erreurs en première mi-temps, mais ça aurait pu être pire s'ils ne nous avaient pas manqué de respect. C'est la première fois que je vois ça. Mais la vie est souvent […] À la mi-temps, j'ai dit trois choses à mes joueurs. Premièrement, qu'ils (les Racingmen) nous prenaient pour des cons, deuxièmement, qu’il fallait jouer ces mecs et troisièmement, qu’il fallait être plus précis." Voilà qui est dit.

" Je ne crois pas que Teddy Thomas soit le garçon le plus courageux du monde…"

Christophe Urios n’est pas le seul à avoir été quelque peu irrité par le comportement des Franciliens dimanche. Sur le plateau du Canal Rugby Club, le consultant et ancien joueur (entre autres) du Racing 92, Sébastien Chabal, a évoqué un possible excès de confiance du côté des locaux. "Est-ce que c’est un trop plein de confiance ? Est-ce qu’ils prennent trop de haut leurs adversaires ? Moi j’ai vu quelques gestes durant ce match qui m’ont choqué. Peut-être qu’il faut que ces garçons redescendent sur Terre […] Je crois avoir vu Teddy Thomas faire un geste pas très respectueux en première mi-temps. Il disait à son adversaire (Santiago Cordero) de venir en faisant comme ça (il imite le geste de Thomas). Je ne crois pas que ce soit le garçon le plus courageux du monde, donc faire des gestes comme cela, je trouve ça un peu irrespectueux."

" Je n'avais pas la sensation qu'on méritait de finir avec quatre points contre aucun à notre adversaire"

Vainqueurs 18 à 11 du CA Brive à Ernest-Wallon (non sans difficultés), les Toulousains auraient même pu laisser les Corréziens repartir avec un point de bonus défensif, si ces derniers ne s’étaient pas mis à la faute en voulant relancer de manière hasardeuse à la sirène. Thomas Ramos avait donc au bout du pied la pénalité qui permettait de creuser l’écart.

Sur le moment, le manager toulousain Ugo Mola (un ancien de la maison briviste) avait néanmoins demandé à ses hommes de taper en touche pour s’assurer la victoire, ce qui aurait permis aux visiteurs de conserver leur point de bonus. "J'ai demandé la touche, c'était spontané et viscéral de ma part, c'était ce que je pensais sur le moment. Je n'avais pas la sensation qu'on méritait de finir avec quatre points contre aucun à notre adversaire. Le choix du capitaine (Thomas Ramos en fin de match, N.D.L.R.) et de l'équipe de Toulouse, auquel on s'associe tous, était de tenter la pénalité. Moi, affectivement, j'aurais bien aimé qu'ils repartent avec un point. Mais l'affect n'a pas lieu d'être aujourd’hui", a-t-il expliqué.

" Il ne faut pas se le cacher : on joue le maintien"

Défait à Biarritz samedi, le joueur du Stade français Alex Arrate a regretté les nombreuses fautes de son équipe, affirmant au passage que le club parisien allait devoir batailler pour le maintien. "On prend ce carton jaune alors qu’on vient de marquer. J’ai l’impression qu’aujourd’hui, on a du mal sur ces vingt dernières minutes. C’est frustrant. En première mi-temps, le BO a beaucoup tenu le ballon, et de notre côté, dès qu’on l’avait, on s’en est séparé. En seconde période, nous avons repris le devant en jouant. Aujourd’hui, il ne faut pas se le cacher : on joue le maintien, il va falloir s’accrocher, repartir lundi au travail et essayer de corriger toutes ces petites fautes qu’on fait tous les week-ends", a déclaré le trois-quarts centre après le match.

" Il faut que je change des choses..."

Le manager de l’ASM Jono Gibbes a fait son mea culpa après la défaite clermontoise face à l’Usap, à Aimé-Giral. En effet, l’ancien entraîneur du Stade rochelais a clairement assumé sa part de responsabilité : "Je pense avant tout à mon message, à mon discours. Il faut que je change des choses. Dans les moments clés du match, l’équipe n’a pas été capable de faire les choses nécessaires. Il faut que l’on coache mieux. Ce sont les mêmes erreurs qui se répètent au fil des matchs. J’en assume la responsabilité, c’est moi qui donne le message."

Contenus sponsorisés