Icon Sport

Barré : "C'est à nous de remettre le club sur le droit chemin"

Barré : "C'est à nous de remettre le club sur le droit chemin"

Le 12/08/2022 à 13:03Mis à jour

TOP 14 - Le jeune ouvreur du Stade français fait partie des membres de l'équipe de France des moins de 20 ans ayant réussi à se faire une place en Top 14. Il évoque sans concession l'intersaison du Stade français, les objectifs du club, ses ambitions personnelles et sa frustration de ne pas avoir pu jouer de coupe du monde des moins de 20 ans.

Comment se passe la préparation de la saison pour vous qui avez disputé cet été les Summer Serries avec l'équipe de France U20 ?

Je viens de reprendre cette semaine avec le groupe ! J'ai eu deux semaines de coupure, une semaine de remise en forme et j'ai repris depuis lundi. Donc je suis intégré dans le groupe, juste je ne fais pas de contact jusqu'à la semaine prochaine. Pour ce qui est du groupe, il y a beaucoup de changements, beaucoup de nouveaux. Pour l'instant, ça se passe bien, il y a un bel état d'esprit et une bonne dynamique qui se crée.

Le Stade français s’est grandement renforcé cet été avec douze arrivées. Était-ce nécessaire ?

Ce qui était nécessaire, c'était d'amener un peu plus de fraîcheur, de nouveauté. Après, est-ce qu'on en avait besoin, je ne sais pas. Quand je suis arrivé il y a deux ans, le Stade français était quatorzième, l'année d'après on a fait sixièmes donc c'est un peu les montagnes russes. Donc je pense que la nouveauté fait toujours du bien mais que c'est à nous, les joueurs qui étaient déjà là, de remettre le club sur le droit chemin.

Comment jugez-vous la dernière saison du club ?

Je pense qu'on a tous été un peu dégoûtés de finir onzième et sur une défaite contre Brive à domicile. On a vraiment été déçus de cette saison et on veut vite l'oublier.

Ce dernier match contre Brive avait d'ailleurs créé une certaine polémique, puisque certains jugeaient que vous n'aviez pas joué ce match à fond. Que leur répondez-vous ?

Moi je l'ai joué à fond. Je pense que l'état d'esprit était au rendez-vous puisqu'on voulait aussi rendre hommage à ceux qui partaient comme Antoine Burban et Yoann Maestri. On voulait finir sur une très belle note mais on s'est fait avoir par l'émotion. Sur ce match-là, il y avait aussi eu beaucoup de changements à cause des blessures. Mais il n'y a pas eu de triche des mecs et ce match résume bien notre saison dernière.

Il y a cette année l’arrivée de Morgan Parra qui a fait grand bruit. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Il m'inspire beaucoup de choses ! Déjà, je le regardais à la télévision quand j'étais petit. Puis, c'est un leader, sur les prises de paroles, il amène déjà l'équipe vers le haut. Il est à l'aise avec tout le monde et il nous partage son expérience. On le voit tous comme un plus.

Morgan Parra (Stade français)

Morgan Parra (Stade français)Icon Sport

En tant qu’ouvreur, vous allez devoir bâtir une relation particulière avec lui…

Ça fait seulement deux ou trois jours mais pendant les entraînements on a été plusieurs fois associés et on communique bien, on échange. Il est top, il partage vraiment son expérience, il peut aussi dépanner à l'ouverture donc il m'apporte aussi des conseils en plus de Joris (Segonds, NDLR). En ce qui concerne le jeu au pied, je n'ai pas eu de séance avec lui mais je sais qu'il va m'apporter pas mal !

D’ailleurs, allez-vous jouer ouvreur, centre ou arrière ?

Comme je l'ai dit plusieurs fois, mon poste c'est ouvreur, mais je peux dépanner au centre et à l'arrière. Tant que je suis sur le terrain, je suis heureux. Maintenant, je continue de me former au poste de 10 et pas à un autre poste.

Avec les départs de Waisea Nayacalevu et Ngani Laumape, il y a une place à prendre au centre ?

Il y a Théo Dachary qui est arrivé et Julien Delbouis est de retour donc ils sont quatre centres avec Harry Glover et Alex Arrate. Sefa Naivalu peut aussi dépanner au centre donc même si ce sont deux gros joueurs qui partent, on est quand même complets.

La saison dernière vous avez disputé une saison véritablement pleine, vous vous y attendiez ?

Je ne m'attendais vraiment pas à jouer autant. C'est vrai qu'à chaque fois que je joue, je veux vite revenir sur le terrain mais j'ai été surpris, surtout lors du début de la saison, de la confiance du staff. Moi je pensais jouer un peu plus tard mais là dès les premiers matchs contre le Racing 92 et Toulon j'ai joué. J'ai pris pleinement confiance au fil des matchs et ça m'a permis d'enchaîner.

Avec votre jeune âge (19 ans), ressentez-vous de la pression sur le terrain ?

Pas tellement. Ce que je veux c'est apporter le plus à l'équipe et prendre du plaisir. La pression, elle est avant les matchs, ce qui est normal quand on est jeune dans ce championnat si relevé. Mais dès qu'il y a le coup d'envoi, la pression part. Il y a des matchs où je suis tellement concentré que je ne regarde pas ce qu'il peut se passer autour. J'essaie de prendre de l'expérience de Nicolas Sanchez qui a pas mal de sélections et de Joris Segonds qui a pas mal de matchs en Top 14.

Vous êtes un Parisien pur souche, vous étiez supporter du Stade français petit ?

Pas du tout ! J'adorais Toulouse et Clermont quand j'étais petit. Mais je suis devenu supporter du Stade français à partir de mes douze ans quand je suis arrivé à Massy parce qu'il y avait une grosse concurrence avec le Racing 92 parce que c'était un peu la guerre des centres de formation. En fait, je ne supportais pas vraiment d'équipe, j'étais toujours pour le beau jeu.

Massy est un club réputé pour son centre de formation, mais aussi pour se faire "voler" ses talents. De voir le projet actuel du club, qui remonte en Pro D2, ça vous fait plaisir ?

Évidemment. J'ai été six ans à Massy, j'ai encore une accroche notamment avec certains coachs, dont un qui m'entraîne pour le jeu au pied. J'ai une accroche particulière avec ce club qui m'a fait progresser. Pour ce qui est de se faire "voler" des joueurs, je pense que Massy, c'est surtout un très bon centre de formation qui va exploser au fur et à mesure des années avec le nouveau projet.

Tournoi des 6 Nations U20 - Léo Barré (France)

Tournoi des 6 Nations U20 - Léo Barré (France)Icon Sport

En plus de vos performances en club, vous êtes aussi un titulaire en puissance avec l’équipe de France des moins de 20 ans. Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Beaucoup. Déjà, j'ai pu jouer deux postes, puisque j'avais joué au centre lors du Tournoi 2021. Puis on est avec des joueurs qui sont que de notre génération. Les sélections en moins de 20 ans sont très importantes pour le développement d'un joueur et même pour qu'il puisse sortir du cadre du club. Il y a aussi la fierté de porter ce maillot même si on s'est un peu loupé lors du Summer Series avec les défaites contre l'Angleterre et l'Afrique du Sud. C'est un peu amer mais on sort grandit de ces années-là.

C’est dur de faire partie d’une génération qui ne jouera pas de coupe du monde U20 ?

Oui clairement, je ne vais pas le cacher. C'est très frustrant, ne serait-ce que pour l'aventure humaine. J'ai eu la chance d'être surclassé l'année du Covid avec la génération 2000-2001 mais ça avait été annulé, l'année d'après ça a été annulé aussi et cette année pareil. J'ai eu la chance de participer à deux Tournoi des 6 Nations mais un peu déçu qu'il n'y ait pas eu de coupe du monde, de trophée à la fin. On était tous un peu dégoûtés de ne pas avoir eu l'opportunité de jouer une coupe du monde, surtout quand on est entouré de champions du monde au Stade français (rires) !

Contenus sponsorisés