Midi Olympique

Le Stade toulousain met fin au rêve rochelais et retrouve Castres en demie

Le Stade toulousain met fin au rêve rochelais et retrouve Castres en demie

Le 11/06/2022 à 22:58Mis à jour Le 12/06/2022 à 21:00

TOP 14 – En ouverture de la phase finale, le Stade toulousain a remporté son barrage face au Stade Rochelais, 33 à 28, au stade Ernest-Wallon. Les Haut-Garonnais ont fait preuve de maitrise, prenant rapidement le jeu à leur compte, face à des Maritimes émoussés et qui ont eu du mal à trouver des solutions face à un adversaire agressif et conquérant.

5 points d’écart au final dans ce barrage, mais finalement une grosse maitrise des Toulousains qui ont dominé cette rencontre en s’appuyant tout d’abord sur une défense agressive pour museler les Rochelais, tout en faisant preuve de réalisme pour scorer sur leurs temps forts. À l’image d’un Antoine Dupont encore une fois décisif et dans tous les bons coups, l’équipe d’Ugo Mola a impressionné car elle semble retrouver de la solidité au moment où débute cette phase finale. Du moins, devant son public à Ernest-Wallon, elle a semblé retrouver de la confiance pour décrocher son ticket pour la demi-finale à Nice.

Les deux derniers essais des Maritimes dans les dernières minutes, par Pierre Bourgarit en jouant une pénalité à la main (78e, 33-19), et par Jules Favre sur une initiative de Botia (80e, 33-26) sont anecdotiques et font que l’écart final est moins important. Pour autant, Toulouse a bien dominé cette rencontre, maintenant sans cesse une distance, et en étant capable de plier les débats à l’heure de jeu. Sur un jeu au pied de Ramos, Juan Cruz Mallia a réalisé le break (62e, 26-14), tandis que Romain Ntamack après une percée de Tolofua est venu "tuer" le suspense (69e, 31-14) ; deux différences à un moment clé preuves de lucidité et maitrise.

Le show Antoine Dupont puis la force du collectif

Ce barrage n’aura pas eu de round d’observation, en étant de suite rythmé et en restant intense d’un bout à l’autre. Grâce tout d’abord à un exploit individuel de Dupont, venu prendre un intervalle dans sa moitié de terrain, poussant du pied et récupérant dans les 22m adverses pour permettre à Pierre Fouyssac de débloquer le compteur (8e, 5-0). Et ce alors qu’Ihaia West avait manqué l’ouverture du score quelques instants plus tôt d’une pénalité pourtant bien placée… (5e). Et c’est le demi de mêlée international qui a ensuite été à la finition d’une contre-attaque voyant Rory Arnold déchirer le rideau défensif pour trouver le soutien de Dupont, terminant dans le coin gauche (13e, 12-0). Deux réalisations qui ont montré à quel point la nécessité de scorer sur chaque possibilité est une nécessité en phase finale. Sans oublier d’ajouter la réussite au pied plutôt intéressante de Ramos (5 sur 8).

Avec une avance conséquente à la mi-temps (21-7), Toulouse a eu le luxe de pouvoir gérer, et de pouvoir laisser venir (et se découvrir) une équipe de La Rochelle pourtant revenue dans le coup par l’intermédiaire de Wiaan Liebenberg dans le premier acte, sur du pick and go après une pénaltouche (25e, 15-5). Mais surtout après la pause, grâce à Grégory Alldritt en force derrière une mêlée (56e, 21-12). Revenus provisoirement à 7 points peu avant la 60e minute (21-14), les Jaune et Noir n’ont pour autant jamais réussi à (re)prendre le score, donnant la sensation de pêcher un peu sur le plan physique. Ils n’ont pas trouvé la faille ace à une défense en place. Les Haut-Garonnais filent donc en demi-finale en parvenant une fois de plus à dominer les Maritimes en phase finale, et prendront ainsi la direction de Nice où ils retrouveront un certain Castres olympique, pour une séduisante affiche… et un derby !

Le film du match

Contenus sponsorisés