Icon Sport

Le Racing s’impose mais se fait peur

Le Racing s’impose mais se fait peur

Le 25/09/2021 à 18:50Mis à jour Le 25/09/2021 à 19:09

TOP 14 – Le Racing 92 s’est imposé d’une courte tête face au LOU (24-20), qui repart de Paris La Défense Arena avec le bonus défensif. Indisciplinés mais auteurs d’une grosse entame, les Franciliens assurent l’essentiel tandis que les Lyonnais ont manqué la balle de match.

L’ultime action aurait pu changer l’analyse de ce duel mais les Lyonnais n’ont pas su concrétiser un dernier mouvement après la sirène et Tanga Mangene a réalisé un contest que l’on peut qualifier de victorieux (80e), alors que LOU surfait sur une grosse seconde période. C’est bien le paradoxe de ce match que l’on pensait plié au bout de 15 minutes, et qui s’est finalement équilibré pour rester indécis. Les Franciliens s’imposent malgré tout, malgré leur indiscipline chronique depuis le début de saison, et une mêlée qui a souffert.

Menés de 21 points après seulement 14 minutes, les joueurs de Pierre Mignoni repartent tout de même avec le point de bonus défensif (leur troisième bonus en quatre matchs), après avoir su renverser la tendance en seconde période en remettant la main sur le ballon, en marquant par Temo Mayanavanua après une pénalité jouée à la main par Baptiste Couilloud (47e), et par ce même Couilloud en période de supériorité numérique et après le travail de sa mêlée (61e). Léo Berdeu faisant le reste dans ses coups de pied de pénalité (4 sur 4).

Les Franciliens surfent sur une entame de folie

On peut presque dire et écrire que Lyon aura des regrets, puisque les seuls points inscrits par le Racing 92 en dehors du premier quart d’heure furent ceux de Nolann Le Garrec sur une pénalité lointaine (59e), le fruit d’une rare incursion dans le camp adverse. Sauf que l’on ne peut pas restreindre la performance des Ciel et Blanc à ces difficultés, aux fautes concédées, sans retenir une bonne performance en touche avec un contre efficace. Et cette capacité à résister en défense dans les temps très faibles, pour préserver ce succès.

L’entame a donc été décisive, déterminante, et s’est soldée par trois essais parfaitement construits. D’abord avec Gaël Fickou sur un mouvement de trois-quarts et une belle remontée de Kurtley Beale (3e), puis avec Camille Chat en force sur une succession de charges près de la ligne (12e), et dans la continuité d'une autre relance magnifique, conclue cette fois par Ibrahim Diallo venu se mêler à ses trois-quarts (13e). À ce moment précis, le bonus offensif était dans la poche mais au final, la victoire aurait bien pu s’envoler.

Contenus sponsorisés