Icon Sport

Le MHR soulève son premier Brennus au détriment de Castrais dépassés

Le MHR soulève son premier Brennus au détriment de Castrais dépassés

Le 24/06/2022 à 23:07Mis à jour Le 24/06/2022 à 23:52

TOP 14 – Nettement victorieux du Castres Olympique dans ce remake de la finale de 2018, le Montpellier Hérault Rugby devient champion de France pour la première fois de son histoire, grâce à un net succès (10-29). Les Cistes ont dominé le premier quart d’heure, capitalisant sur leur avance grâce notamment à une solide défense.

Cette 120e finale du Championnat de France de rugby sacre donc le MHR pour la première fois. Un premier bouclier de Brennus pour des Cistes qui ont totalement maîtrisé ce rendez-vous. Et une finale qui a donné lieu à un duel quasiment à sens unique, tant le CO s’est longtemps retrouvé en échec face à une solide défense, manquant plusieurs opportunités pour relancer le suspens, mais donnant aussi la sensation de manquer de solutions face à un adversaire à qui tout a réussi. Montpellier a parfaitement négocié cette finale, prenant sa revanche d’il y a quatre ans.

Après les échecs de 2011 et 2018, les Héraultais doivent ce succès à leur entame de rencontre, juste impressionnante. En l’espace de douze minutes, l’équipe de Philippe Saint-André a tout simplement marqué trois essais ! C’est tout d’abord le grand revenant Arthur Vincent qui est venu trouver la faille suite à un jeu au pied de Mercer, surgissant dans le couloir pour récupérer le ballon après rebond (6e, 0-5). Puis Florian Verhaeghe est parvenu à bonifier une dynamisation du jeu de Paillaugue pour conclure en force suite à une grosse séquence (10e, 0-10). Enfin, Anthony Bouthier a réussi à tripler la mise, sur une autre longue phase permettant de fixer la défense, de créer le surnombre et de faire la différence après une redoublée (12e, 0-17). Et comme si les éléments s’abattaient sur Castres, Benjamin Urdapilleta devait à ce moment-là quitter le terrain sur une blessure musculaire…

Castres impuissant, Montpellier dans son élément

Après un fou premier quart d’heure, c’est une finale qui a ensuite basculé dans une tout autre physionomie de jeu, cadenassée grâce au travail défensif d’un MHR mis à l’épreuve au retour des vestiaires, mais parvenant à résister aux tentatives de Julien Dumora (51e) et Wayan De Benedittis (58e). Il y a bien eu cet ultime essai de Vilimoni Botitu pour sauver l’honneur, profitant d’une belle passe au pied d’Arata dans une situation de contre et un peu décousue (75e, 8-26), mais l’issue était déjà connue avant cette ultime réalisation.

On retiendra également de cette finale entre les deux premiers de saison régulière, les nombreuses images fortes comme celle de la sortie de Guilhem Guirado en première période sur protocole commotion, et son non-retour sur la pelouse avant la mi-temps, signifiant donc une fin de carrière, mais une carrière sur un titre de champion de France… Et l’on pense aussi à Fulgence Ouedraogo, absent de la feuille de match et qui lui aussi termine sa carrière sur un titre avec son club de toujours. Tout un symbole.

Contenus sponsorisés