Icon Sport

Le LOU face au défi clermontois

Le LOU face au défi clermontois

Le 04/03/2022 à 15:14Mis à jour

TOP 14 – Le LOU est en déplacement ce samedi (21h05) à Clermont dans le cadre de la 20e journée et connait le challenge qui se présente à lui. Solide 3e, le club lyonnais sait aussi que tout succès à l’extérieur dans cette dernière ligne droite pourrait lui permettre de réaliser une bascule.

En guise de préambule à la présentation de ce déplacement du LOU en terres auvergnates, il y a un petit défi à réaliser, celui de retrouver la date du dernier succès lyonnais au stade Marcel-Michelin. Bon, on va aider… Ce n’est tout bonnement jamais arrivé dans l’ère du professionnalisme (et même depuis la création des deux clubs, c’est-à-dire 1896 pour Lyon et 1911 pour Clermont !). Et si l’on regarde l’actuelle composition du TOP 14, il s’agit du seul terrain qui résiste encore à la formation rhodanienne.

Voilà qui peut faire office de motivation supplémentaire alors que Lyon n’a pour l’instant gagné "que" deux fois à l’extérieur cette saison, chez les actuels plus mal classés que sont Perpignan et Biarritz. "On sait que toutes les victoires à l'extérieur te font basculer dans le bon, parce que ça valide toujours le travail dur que les joueurs font. C'est toujours dans la difficulté que l’on se resserre encore plus, note Pierre Mignoni dont la formation veut asseoir sa place dans les six. Aujourd’hui c’est Clermont, après ce sera Toulouse, Brive et Bordeaux. On a encore des déplacements pour aller chercher des points. Maintenant, place aux actes !"

Il manque la grosse performance à l’extérieur

Voilà ce qui manque au LOU dans sa deuxième partie de saison au rendement plus élevé que la première, à l’image des sept succès en huit rencontres depuis début 2022 toutes compétitions confondues ; pour l’unique défaite à Castres avec un point de bonus défensif. Si les Gones entendent bien retrouver la phase finale après un exercice 20-21 terminé à la 9e place, le demi-finaliste des éditions 2018 et 2019 apparait plus armé.

Même si le manager rhodanien reste mesuré, car selon lui "il faut beaucoup d’humilité. Clermont est un grand club, c’est une grande équipe, mais on les a déjà battus (à domicile). C’est vrai que sur leurs terres, non, mais ce n’est pas qu’à Clermont, c’est toujours un challenge de gagner à l’extérieur. Et pour l’ancien demi de mêlée qui a porté le maillot jaune et bleu entre 2003 et 2009, c’est toujours particulier car j’ai une histoire intime avec ce club. C’est un club qui a beaucoup de ferveur et c’est toujours un plaisir de jouer ces matchs, surtout après avoir vécu tellement de galère sans les supporters. Mais j’ai envie de dire que lorsque l’on va à Bayonne ou à Perpignan, c’est pareil. C’est particulier et super excitant."

Le LOU désormais d’égal à égal avec l’ASM

Sauf qu’il y a quand même un duel à distance entre les maisons LOU et ASM, du fait de la désormais même appartenance à la région réunifiée Auvergne-Rhône-Alpes et donc de la notion de derby qui incombe. Également car Lyon a pour l’instant toujours été un peu dans l’ombre de Clermont sur le plan rugbystique, même si les Auvergnats ont (enfin !) corrigé leur déficit de Brennus avec désormais deux Boucliers de chaque côté : 1932 et 1933 pour Lyon, 2010 et 2017 pour Clermont. Ce qui pourrait apparaitre comme un simple match de saison régulière reste donc un rendez-vous particulier, surtout si les Lyonnais veulent affirmer plus que jamais leur place de qualifiable.

Les Clermontois, quant à eux, courent toujours après ce top 6 et n’ont aussi pas le droit à l’erreur. D’autant qu’il est important de noter que si historiquement le LOU a du mal au Michelin, il n’a en plus terminé qu’une seule fois devant l’ASM en saison régulière dans le monde pro, lors de l’exercice 2017-2018, et que les 14 points qui séparent actuellement les deux équipes seront compliqués à rattraper par les Jaunards, surtout en cas de contre-performance…

En aucun cas il n’est question de suprématie, ce mot n’ayant pas véritablement de sens même du point de vue des supporters, mais à l’heure où Pierre Mignoni s’apprête à tourner la page de son histoire lyonnaise, nul doute qu’il aura à cœur d’offrir une performance encore manquante dans l’histoire des Gones. "Je crois que le LOU compte aujourd’hui dans la région. C’est une certitude, dit-il. C’est tout ce travail depuis des années fait par le club et les joueurs et c’est ce que l’on voulait. C’était le but. Maintenant, l’histoire d’aujourd’hui n’est pas celle de demain, il est important de la continuer. Je pense, humblement, que l’on compte dans la région mais cela ne veut pas dire que l’on compte plus que Clermont, ou moins d’ailleurs…"

Rhodaniens et Auvergnats apparaissent tout de même comme les deux locomotives devant Oyonnax, Aurillac et Grenoble. Et l’on peut imaginer ce que représenterait un succès du LOU ce samedi. De passage à l’entrainement ce jeudi, le président Yann Roubert veut y croire, c’est ce qu’il confie et ce qu’il espère.

Contenus sponsorisés