• Top 14 - Santiago Arata (Castres)
    Top 14 - Santiago Arata (Castres)
  • Top 14 - Jérémy Fernandez (Castres)
    Top 14 - Jérémy Fernandez (Castres)

L’après-Kockott, une épreuve compliquée pour les demis de mêlée castrais

Le

TOP 14 - En fin de saison dernière, le Castres olympique a vu Rory Kockott prendre sa retraite sportive. Le Sud-Africain d’origine est désormais dans le staff tarnais, en tant qu’entraîneur de la défense. Il est donc aux premières loges d’un début de saison compliqué pour les Castrais. Un poste fait énormément parler comme prévu sur les bords de l’Agout, celui de demi de mêlée.

Après onze ans de bons et loyaux services dans le Tarn, Rory Kockott a raccroché les crampons en fin de saison dernière. En juin dernier, celui qui a débarqué en 2011 au CO a laissé derrière lui deux titres de champion de France (2013, 2018), deux finales de championnat perdues, mais surtout une tunique floquée du numéro neuf, orpheline d’une des plus grandes légendes castraises.

Même si lors de la fin de l’exercice 2021/2022, Kockott n’était plus "que" troisième dans la hiérarchie des demis de mêlée, son départ a tout de mêlée laissé de grandes responsabilités sur les épaules de Santiago Arata, Jérémy Fernandez et Gauthier Doubrère. Ces trois hommes étaient les numéros neuf du CO pour débuter cette saison 2023/2024. Malheureusement, faute de malchance, cette tendance a énormément évolué.

Titulaire en phase finale il y a cinq mois, Santiago Arata est vu comme le titulaire au poste cette saison. Derrière lui, Jérémy Fernandez était le remplaçant idéal, sauf que le joueur de 25 ans s’est gravement blessé au genou gauche lors de la quatrième journée de championnat. Victime d’une rupture des ligaments croisés, Fernandez en a sûrement fini avec sa saison.

Top 14 - Jérémy Fernandez (Castres)
Top 14 - Jérémy Fernandez (Castres)

Cette blessure a poussé le staff a engager un joker médical en la personne de Julien Blanc. Débarqué de Toulon, l’ancien Briviste s’est directement fait une place de choix dans l’effectif castrais. Il profite notamment des petits pépins physiques de Santiago Arata et des performances en demi-teinte de Gauthier Doubrère pour enchaîner les matchs. Julien Blanc a été titularisé lors des deux dernières rencontres par Pierre-Henry Broncan et ses adjoints. Bref, vous l’aurez compris, le poste de demi de mêlée donne énormément de fil à retordre au staff tarnais, qui est souvent obligé de changer de formule lorsqu’Arata est absent. Problème, l'Uruguayen est indisponible pour les cinq prochaines semaines.

Des fins de rencontres moins maîtrisées

Cela n’aura pas échappé à grand monde, le CO n’a toujours pas remporté la moindre partie à l’extérieur cette saison. Les Castrais ont même été laminé à La Rochelle le week-end dernier. Réputés pour leur faculté à faire déjouer les formations qui les reçoivent, les Tarnais ne font actuellement plus peur loin de leurs bases.

Pire, les quelques rencontres qu’ils avaient en main, les derniers finalistes du Top 14 les ont laissées échapper. Loin de nous l’idée de rejeter toutes les fautes sur les demis de mêlée, mais ces manques de maîtrise ne faisaient pas partie du quotidien de Castres les saisons précédentes.

Au Racing 92 et à Lyon, les Castrais menaient avant de craquer en fin de rencontre et finalement essuyer une défaite à zéro point. Autre exemple, à Perpignan, alors qu’ils dominaient outrageusement l’Usap, ils ont manqué de justesse dans le dernier geste pour passer devant au tableau d’affichage.

Interrogé la semaine dernière en conférence de presse sur le sujet des demis de mêlée, Rory Kockott n’a pas forcément été tendre avec ses joueurs : "Il est vrai que nos numéros neuf n’ont pas beaucoup de chance depuis le début de la saison. Le seul point positif, c’est que nous donnons l’opportunité à tous nos demis de mêlée de s’illustrer. Mais je remarque quand même qu’il y a un peu de relâchement. La saison dernière, ils avaient un casse-c****** qui gardait la pression, mais je ne suis plus dans le groupe. Julien Blanc fait beaucoup de bien depuis qu’il est arrivé, mais ils doivent grandir ensemble. Il ne faut pas manquer les opportunités quand elles se présentent."

Actuellement douzième du Top 14, le CO n’a pas le droit à l’erreur ce dimanche sur sa pelouse de Pierre-Fabre face à la Section paloise, au risque de réellement se mettre en danger.