Icon Sport

L’antisèche : Toulon s’éveille, Paris s’inquiète

L’antisèche : Toulon s’éveille, Paris s’inquiète
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 19/09/2021 à 23:18Mis à jour

TOP 14 - Malgré un énorme déchet au moment de conclure ses actions, le RCT s’est adjugé un bonus facile face à des Parisiens fidèles à leur triste moyenne de 37 points encaissés par match depuis le début de la saison.

Le match : À sens unique

Entre des Parisiens affaiblis par un mauvais virus et et des Toulonnais désireux de se racheter après les 40 points encaissés à Toulouse, le suspense ne semblait pas de mise sur le papier. Et si l’on suspecta en début de match les Varois de faire encore une fois preuve d’inefficacité (en-avant de Danglot alors que la voie de l’essai semblait avoir été libérée par Nakarawa, ballon manqué par Luc dans l’en-but à la réception d’une offrande de Carbonel, aucun point marqué à 15 contre 14…), ces derniers surent progressivement se libérer pour aller chercher un point de bonus offensif mérité. Au final, malgré un énorme déchet, les Toulonnais sont parvenus à aller par cinq fois derrière la ligne (Isa, Parisse, Salles, Luc, Sosene-Feagai) contre une seule fois par Godener pour des Parisiens trop désorganisés et indisciplinés (18 pénalités concédées)

L’action : Salles, le bon contre

Pour son premier match de Top 14 à tout juste 19 ans, le jeune ouvreur parisien Léo Barré a connu un baptême du feu des pus corsés, effectuant d’inévitables mauvais choix dans un contexte si compliqué. On en veut pour preuve cette diagonale pour… personne à la 45e, réceptionnée par Gabin Villière, qui eut au moins le mérite de générer le plus beau mouvement collectif de la soirée. Après des relais de Luc, Alainu’ese et Isa, ce fut ainsi un autre néophyte, l’ancien aurillacois Thomas Salles, qui eut le bonheur d’inscrire le premier essai de sa carrière en Top 14 malgré un bon retour de Kylian Hamdaoui. Quitte à légèrement oublier, dans l’euphorie, son capitaine Sergio Parisse...

Le tournant : deux pénalités à la main trop faciles

À quoi voit-on généralement qu’une équipe est malade ? À sa propension à encaisser des essais trop faciles et en la matière, le Stade français a fait très fort. En effet, alors que les Varois faisaient montre en première période d’énormes imprécisions au moment de conclure, les Parisiens ont soudainement décidé de leur faciliter la tâche, en encaissant deux essais trop gros pour être vrais. Le premier arriva à la 16e minute où, sur une pénalité à cinq mètres de l’en-but parisien, Facundo Isa ne trouva que la pauvre charnière Coville-Barré sur son chemin, abandonnée par ses avants. Re-belote dix minutes plus tard où, cette fois, Sergio Parisse se joua avec une facilité déconcertante de Béthune et Azagoh, coupables d’une air-défense indigne du Top 14. En tout cas, ces deux essais trop faciles permirent au RCT de creuser un trou au score qui constitua un bon moment l’essentiel de leur pécule.

Le joueur : Nakarawa n’a pas changé

Voilà deux ans, déjà, que Leone Nakarawa a été licencié avec pertes et fracas par le Racing 92, au bout d’une longue affaire qui avait vu le club francilien obtenir gain de cause dans son litige avec son ancien joueur. Depuis, le Fidjien avait effectué un court passage par Glasgow avant d’être recalé à la visite médicale par l’Ulster, si bien qu’on était en droit de se demander dans quel état allait se retrouver le roi Leone pour son premier match sous ses nouvelles couleurs. Le verdict ? Il est qu’à l’exception d’un inhabituel numéro 6, Nakarwa n’a pas changé d’un iota. Toujours aussi tentaculaire dans les rucks et les mauls, le champion olympique 2016 n’a pas non plus perdu son démarrage dans l’axe des rucks, si son sens inné de la passe après contact. Mieux, il s’est également avéré très à son aise et bien connecté avec ses nouveaux partenaires dans le secteur si pointu de la touche, signe d’une intégration expresse sont les supporters varois se délectent déjà.

Leone Nakarawa (Toulon) capte ce ballon en touche

Leone Nakarawa (Toulon) capte ce ballon en toucheIcon Sport

La question : Quesada est-il en danger ?

Bon dernier du Top 14 près 3 journées, aucun point inscrit au classement et une moyenne de 37 points concédés par match, le Stade français inquiète. De quoi faire inévitablement poser des questions au sujet de l’avenir du manager Gonzalo Quesada, ainsi que ce dernier l’avait lui-même anticipé dans nos colonnes. « Si mes jours sont comptés en cas de défaite face à Toulon ? La question est logique de la part de la presse mais de mon côté, le seul objectif est de faire progresser cette équipe. » Il faut dire que pour ce déplacement à Toulon, Quesada et son staff bénéficiaient de circonstances atténuantes comme les absences sur maladie des Waisea, Segonds, Hall, Alo-Emile et compagnie. Reste qu’en cas de nouvelle défaite face à Castres la semaine prochaine, ces mêmes circonstances ne pourront plus être évoquées…

Gonzalo Quesada est-il en danger ?

Sondage
4614 vote(s)
Oui
Non
Contenus sponsorisés