Icon Sport

La Rochelle se donne de l’air en battant Castres

La Rochelle se donne de l’air en battant Castres

Le 09/10/2021 à 16:49Mis à jour Le 09/10/2021 à 17:32

TOP 14 - Le Stade rochelais n’a pas tremblé pour venir à bout de timides castrais, samedi après-midi au stade Marcel-Deflandre (29-10). Solides en conquête et dangereux sur les extérieurs, les joueurs de Ronan O’Gara tiennent peut-être leur victoire référence contre une grosse écurie de ce championnat. Malgré un réveil tardif, Castres revient bredouille de son déplacement.

Un stade à guichets fermés pour la 58e fois consécutive. Le public maritime a une nouvelle fois répondu présent pour soutenir son équipe qui traverse un début de saison difficile. Après avoir déroulé son rugby contre Biarritz lors de la 4e journée, le Stade Rochelais avait rechuté samedi dernier à Montpellier. Mais ce samedi après-midi, La Rochelle s’est mis en mode commando pour enfin s’offrir le scalp d’un candidat au top 6...

Mis sous pression d’entrée de jeu par des Rochelais morts de faim, Castres perd son capitaine Mathieu Babillot sur blessure musculaire, après un bon contest sur Brice Dulin (11e). Les deux équipes se cherchent, s’observent dans une entame de match poussive où l’occupation du terrain prime sur le jeu. La Rochelle ne se dévoile pas trop, pas vraiment encore en confiance. Il faut attendre la 17e minute pour voir le premier véritable lancement de jeu, sur une percée de Buliruarua. L’ailier rochelais trouve du soutien à hauteur et la défense tarnaise se met à la faute et Popelin redonne l’avantage au Stade Rochelais (6-3, 20e). Les Castrais ne parviennent pas à mettre la main sur le ballon. Castres subit et commet beaucoup de fautes. Une aubaine pour l’homme du match, Pierre Popelin qui récompense la domination rochelaise (12-3, 36e).

Dominés en mêlée fermée, bousculés dans les rucks : les Tarnais se retrouvent à 14 après l’expulsion temporaire d’Antoine Guillamon pour succession de fautes (la 3e en mêlée fermée, 9 au total en première période). La Rochelle appuie sur l’accélérateur et ne tarde pas à scorer en supériorité numérique grâce à un essai de Bourgarit, lancé à toute vitesse dans l’intervalle à 5m de l’en-but castrais. Le Stade Rochelais vire logiquement en tête à la pause : 19-3. Dans une ambiance électrique, à l’image des deux jaunes distribués par M. Cayre après une explication musclée entre Dumora et Danty juste avant de retourner aux vestiaires.

Réveil trop tardif pour le Castres olympique

Réduits à 13, Castres fait le dos rond en début de seconde période. Finalement, le CO ne concède d’ailleurs que trois petits points après une nouvelle pénalité de Popelin (22-3, 43e). La Rochelle domine pourtant dans tous les secteurs de jeu et se crée de nombreux espaces dans la défense castraise. Sur une relance depuis leurs 22m, les Rochelais font rapidement circuler le ballon au large. Buliruarua fait parler sa vitesse sur son aile et les soutiens sont systématiquement à hauteur. Une succession de passes après contact mettent la panique dans la défense castraise jusque sur l’en-but, avant une interception salvatrice à seulement quelques centimètres de la ligne (46e). Cette séquence permet au Castres Olympique d’entrer enfin dans son match.

Si l’indiscipline est peu à peu gommée, c’est l’imprécision qui plombe les offensives castraises. Et La Rochelle en profite pour finalement tuer le match avec un essai collectif, accordé à Alldritt (29-3, 70e). Les hommes de David Darricarrère sauveront l’honneur quelques minutes plus tard sur une réaction tout en puissance de Thomas Combezou (29-10, 73e). La Rochelle s’impose logiquement et tient peut-être sa victoire de référence dans ce début de saison.

Contenus sponsorisés