Icon Sport

L’UBB retrouve des couleurs et s’impose en terre parisienne

L’UBB retrouve des couleurs et s’impose en terre parisienne

Le 26/03/2022 à 22:50Mis à jour Le 26/03/2022 à 23:14

TOP 14 – Après cinq défaites de rang, l’UBB renoue avec le succès en s’imposant (18-31) à Jean-Bouin face au Stade Français, ce qui lui permet surtout de se rassurer. Les Girondins ont fait preuve de caractère pour renverser ce match, face à des Parisiens indisciplinés.

Comme un symbole, c’est au moment où les internationaux font leur retour que l’UBB renoue avec le succès, comme si quelques individualités redonnaient d’un coup d’un seul une totale confiance à un groupe. Aussi, Cameron Woki et Maxime Lucu ont clairement donné un nouvel élan à cette équipe girondine qui s’est donc imposée en terre parisienne, dans un duel qui sentait la poudre. Car pour l’UBB, le doute s’était installé après presque deux mois sans victoire, alors que le Stade français voulait gagner pour continuer à croire au top 6.

Dans ce contexte, le deuxième ligne et le demi de mêlée ont pris les choses en mains. Leader de combat, capable de venir gratter des ballons, Woki a aussi marqué un sublime essai en contre-attaque au retour des vestiaires, après un jeu au pied parisien récupéré par Cordero, pour relancer ses troupes alors menées au score (45e, 18-18). Le demi de mêlée, lui, a marqué 16 points au pied, dans différentes positions et avec aisance parfois. Lucu s’est également efforcé de parfaitement dicter le tempo, et de dynamiser quand il le fallait.

Face au duo Woki-Lucu, Waisea brille

Les Parisiens réalisent donc une bien mauvaise opération dans la course à la phase finale, et ce malgré un Waisea omniprésent. Le Stade aura marqué deux essais dans cette partie, deux fois grâce notamment au travail de son centre fidjien. Sur un coup franc vite joué, et une attaque grand côté, c’est lui qui est venu franchir une première fois pour servir Hamdaoui après-contact et voir Lester Etien conclure (26e, 8-13) – un essai marqué à 14 contre 15 après le 5e carton jaune de la saison récolté par Latu (19e).

Tandis qu’il a également débloqué la situation en venant franchir le rideau défensif à environ 40m pour fixer, résister, et offrir l’essai à Kylan Hamdaoui (35e, 15-13). S’il a eu moins de munitions après la pause, c’est aussi car Paris a subi davantage dans l’occupation, et l’on signalera par ailleurs sa torsion à un genou qui a fait frissonner de peur tout un stade dans le final (74e).

L’Union, elle, a retrouvé de l’allant, et l’on a eu la preuve très rapidement sur cette première différence de Federico Mori, en prenant un intervalle après une pénaltouche bien sentie (2e, 5-0). L’interception gagnante de Geoffrey Cros est une autre illustration de cette pression défensive constante pour venir exploiter toutes les situations (63e, 18-31). Si le carton jaune contre Poirot est sans conséquence (77e), il n’y a pas non plus de bonus offensif pour les hommes de Christophe Urios malgré l’écart. L’essentiel pour eux était la victoire.

Contenus sponsorisés