Icon Sport

L'UBB devra resserrer les boulons à Brive

L'UBB devra resserrer les boulons à Brive
Par Rugbyrama

Le 07/01/2022 à 10:06Mis à jour Le 07/01/2022 à 10:07

TOP 14 - Pour son premier déplacement en tant que leader du Top 14, l'Union Bordeaux-Bègles se sait attendue. Face à Brive (coup d'envoi samedi à 17h), en besoin urgent de points, l'équipe de Christophe Urios devra retrouver de la performance, de la concentration pour conserver la tête du championnat, malgré une infirmerie qui se remplit.

Cette fin de match rocambolesque contre Biarritz avec la perte du point de bonus offensif a peut-être du bon pour l'UBB. Christophe Urios, n'a certainement pas manqué de rappeler à ses joueurs, quelques vérités sur ces 3 dernières minutes. La formule est inédite mais illustre bien la pensée du coach : "La piqûre de rappel de Biarritz, nous a remis les pendules à l'heure (sic). C'est-à-dire, que si on se prend pour les champions du monde, après le match que l'on a fait, cela va nous faire drôle. Mais je ne le pense pas une seule seconde. Les joueurs sont aussi frustrés de ne pas avoir mis en place ce qu'on voulait." Aussi, tous ceux qui ont assisté au traditionnel entraînement en opposition du mardi, ont pu constater le regain d'agressivité du groupe. À tel point que deux joueurs ont échangé quelques amabilités, au grand plaisir de Christophe Urios : "Là, il y a de la tension, c'est parce que les mecs ont envie". Les dernières minutes contre le BO, restent en mémoire, même si les circonstances atténuantes sont nombreuses : trois semaines sans matchs, des entraînements par petits groupes, les absences pour Covid ou congés, ont contribué à ce "match de reprise" sans rythme. Le manager bordelo-béglais se veut cash avec ses joueurs : "Oui, à la fin, on a manqué de caractère. Même si les joueurs ne sont pas d'accord avec moi. Mais, moi, je dis que l'on a manqué de caractère."

Torgnoles, boites et gros scores

Le déplacement à Brive, arrive à point nommé pour retrouver ce fameux caractère. Il faut remonter à avril 2017 pour une victoire de l'UBB à Amédée Domenech. L'an dernier, l'Union n'avait pu ramener qu'un point de bonus (25-23). Le coach bordelais s'en souvient parfaitement : "Je n'ai pas gagné souvent à Brive. Franchement, je vais te dire tellement peu souvent, que je ne m'en rappelle pas. Par contre, j'ai pris des torgnoles, des boites, des gros scores." A Brive, la réception sera chaude. Chacun le sait, Christophe Urios en premier : "Brive, c'est une équipe de combat, de travail, mais pas que. Ils ont des joueurs de haute qualité. On sait qu'ils vont nous proposer un grand combat pendant 80 minutes. Il faudra faire front. On va voir l'esprit d'équipe, en fait. Cela fait 3 semaines que l'on est éclaté entre les non-matchs, etc. Là, on va voir si on a un esprit d'équipe. C'est le moment de le montrer." Si le 2e ligne Jandre Marais est heureux à l'idée de retrouver son frère, Maxime Lucu se prépare à du frontal : "Brive, va nous proposer ça, c'est certain : un jeu direct avec un gros paquet d'avants et des arrières qui sont très denses et qui arrivent à faire jouer autour d'eux. Brive, c'est une place-forte du top 14. Ils se battent tous les week-ends pour montrer que chez eux, c'est compliqué de gagner." Surtout que l'équipe corrézienne a un gros besoin de points et ne s'est inclinée cette année à domicile que contre La Rochelle. De plus, le CABC insistera sans doute, sur les rucks, domaine sur lequel les Biarrots ont su ralentir le jeu de l'Union.

Une place de leader à assumer

L'UBB se déplacera aussi en tant que leader du Top 14, la position du chassé. Un statut que l'équipe girondine découvre. L'Union sera désormais l'équipe à battre. "Quand tu reçois le premier, forcément que t'as envie de taper le premier." souligne Christophe Urios. "Ça, ça fait partie des statuts de l'équipe qu'on doit arriver à assumer. Parce que c'est un vrai statut. Des fois, on le découvre. Mais pourquoi, ils nous en veulent ? C'est normal, t'es premier. Ils veulent te couper la tête, les mecs. C'est normal, c'est la compétition." Maxime Lucu n'y voit pas de pression supplémentaire : "La place de premier, on est allé la chercher pendant ces mois d'octobre, novembre. Et maintenant, il faut essayer de la garder le plus possible. On sait que quand on se déplace ou qu'on reçoit Biarritz, ces équipes là se disent, on va chez le premier, on reçoit le premier. Donc, forcément, la motivation, chez eux est beaucoup plus importante. On se doit de respecter ce statut, mais surtout d'en prendre conscience." Là, le retard à l'allumage, ne pourra plus être évoqué. Il leur faudra répondre présent. Et l'entraînement de mardi démontre que l'UBB l'a bien compris.

Sans Buros, Poirot, Picamoles, Lam, Cazeaux et Diaby

Et le leader va se déplacer à Brive sans une bonne partie de ses forces vives. On savait que Romain Buros, opéré de l'épaule après le match contre Biarritz, serait absent pour au moins 4 mois. D'autres joueurs seront indisponibles pour affronter l'équipe de Jérémy Davidson. Louis Picamoles soignera une petite déchirure au ischios, Ben Lam une entorse au genou, Jefferson Poirot et Mahamadou Diaby ne sont pas encore prêt quand Cyril Cazeaux en a encore pour deux semaines. Aussi, on devrait retrouver les Vergnes-Taillefer, Roussel et Mori sur la feuille de match. Sans être un grand devin, cette dernière devrait se composer de 6 avants et de deux arrières. Histoire de répondre au "combat, l'agressivité, l'engagement physique et à la qualité de leur rugby" dixit le coach. La aussi, impossible de se tromper sur ce qui attend l'UBB en Corrèze. Il faudra bien resserrer les boulons à Brive. Avec du caractère...

Top 14 - Maxime Lucu (Bordeaux-Bègles)

Top 14 - Maxime Lucu (Bordeaux-Bègles)Icon Sport

Contenus sponsorisés