Icon Sport

Aldigé : "La mairie est arrivée au bout de son processus de mise à mort du BO"

Aldigé : "La mairie est arrivée au bout de son processus de mise à mort du BO"

Le 26/01/2022 à 15:47Mis à jour Le 26/01/2022 à 16:03

TOP 14 - Mardi après-midi, la maire de Biarritz Maider Arosteguy a dévoilé son projet de centre de formation et de performance hors d'Aguiléra. Une annonce qui n’a pas tardé à faire réagir le président du club basque, Jean-Baptiste Aldigé.

Le BO a toujours fait part de sa volonté d’avoir un centre d’entraînement de performance et de formation au sein d’Aguiléra. Hier, la mairie de Biarritz a dévoilé la création d’un centre d’entraînement sur le quartier du Polo, à 3 km du stade. Avez-vous été concerté sur ce projet ?

Non. C’est un truc formidable. Vous avez quand même une maire de ville qui vous explique comment va fonctionner le BO. Bientôt, elle va faire l’équipe ou le recrutement. Je vous rappelle que le BO est une boîte privée. Le seul qui décide ce qu’est le BO ou ce qu’il fait, c’est moi. Aujourd’hui, je vous dis que ce centre multi-sports, à trois kilomètres de chez nous, ce n’est pas le BOPB. Il ne l’utilisera pas, bien entendu. Mais surtout, on ne peut pas dire qu’on vient de donner 8 millions d’euros au projet du BOPB.

Dans ce centre associatif multi-sports, il y aura du handball, du yoga et de la pêche à la ligne. Je suis un club de rugby professionnel. J’adore aller à la pêche ou faire du vélo, mais il ne m’est pas venu à l’idée d’aller m’entraîner à faire du vélo au milieu du centre d'entraînement du Stade toulousain, ou de monter à La Turbie de l’AS Monaco pour faire un footing. Si vous faites ça, ça dure trois minutes avant de prendre un coup de fusil.

Avec ce centre d’entraînement hors Aguiléra, qu’en est-il du projet voulu par le BOPB ?

Le premier projet Aguiléra était un centre d'entraînement à côté du stade, pour 42M€. La maire de Biarritz nous a demandé de faire moins cher, donc on a trouvé le moyen d’intégrer ce centre sous la tribune Blanco, qui était un espace vide. Ainsi, nous sommes passés d’un projet de 42 M€ à 35 M€. Aujourd’hui, si Madame le Maire construit un centre d’entraînement ailleurs, mon stade vaut toujours 35 M€ à la construction.

Nous avons toujours besoin des poteaux et des parois qui vont supporter la tribune Blanco. Nous avions mis le centre d’entraînement pour optimiser les coûts dans cet espace vide sous la tribune. La proposition de Madame le Maire fait qu’on n’a toujours pas d’endroit pour s’entraîner et ce n’est toujours pas possible d’avoir le nouveau stade nécessaire.

" Le Polo porte bien son nom. C'est un hippodrome. Nous faisons du rugby, pas du cheval."

Néanmoins, peut-on imaginer le BO déplacer sa structure d'entraînement dans le quartier du Polo pour profiter des structures d'entraînement ?

Non, ce n’est pas possible.

Pourquoi ?

Est-ce que vous connaissez un seul club de rugby professionnel qui s’entraîne avec dix associations sportives amateures, qui font la musculation ou qui vont chez le kiné ? De plus, le Polo ne bénéficie pas de terrain de rugby en herbe (NDLR : les terrains sont synthétiques). Et puis, le Polo porte bien son nom. C’est un hippodrome. Nous faisons du rugby, pas du cheval.

Aujourd’hui, existe-t-il des alternatives ?

Non, il n’y en a pas. Ce que je peux vous dire de cette histoire, c’est que c’est échec et mat. La mairie de Biarritz est arrivée au bout de son processus de maintenant deux ans, de mise à mort du Biarritz Olympique Pays Basque. Nous en sommes à la sixième mouture sur ce projet. Nous avons eu des allers-retours, des oui, des non, des faits divers, des polémiques. À l’arrivée, ce n’est qu’une entreprise personnelle de Madame le Maire qui souhaite mettre à mal le club à travers ses dirigeants.

Madame le Maire a annoncé donner 7 M€ pour les travaux du stade. Peut-on imaginer la famille Gave financer Aguiléra à hauteur de 28 M€ ?

Vous rigolez ou quoi ? Je rappelle qu’Aguiléra, ce sont des bâtiments publics. Pourquoi la famille Gave mettrait 28 M€ dans un bâtiment public ? Tant qu’on y est, Madame le Maire ne veut-elle pas que je lui refasse le rocher de la Vierge et la mairie ? Quand elle nous dit qu’elle va nous donner 7 M€, le projet global en vaut toujours 35. Est-ce que vous connaissez sérieusement un privé qui finance un stade municipal à hauteur de 28 M€ ? Ça n'existe pas, dans tous les sports. Aujourd’hui, la proposition reste la même de notre côté. Si la mairie de Biarritz met 15 M€ dans le stade Aguiléra, nous mettrons de notre part 15 à 20 M € et nous aurons nos installations à 35 M€ nécessaires à la survie du BOPB.

La famille Gave va-t-elle quitter le club ?

On ne peut pas quitter le club, on en est propriétaire.

Que voulez-vous donc dire lorsque vous affirmez que c’est "échec et mat" ?

Ça veut dire qu’on va devoir vivre avec les moyens qu’on a. Les moyens du BO découlent directement de la structure stade à disposition. Aujourd’hui avec Aguiléra et les installations que nous avons actuellement, le BO réalise 6 M€ de revenus en Pro D2 et 11 M€ en Top 14. Je vous rappelle qu’il y a deux ans, Madame le Maire nous a dit "montez en Top 14 et on vous donnera les moyens". Aujourd’hui, nous sommes en Top 14 et elle ne nous les donne pas. Ça veut donc dire qu’elle ne veut pas d’un club ambitieux qui se développe au niveau professionnel.

C’est une Maire de Pro D2, de deuxième division, donc elle veut un club de deuxième division qui joue le maintien. Là, on parle de rugby, mais je rappelle que le Biarritz olympique a 100 emplois pour une retombée économique de 28 M€ de PIB dans la commune. J’espère que Madame le Maire, qui est candidate à des postes de ministre avec Madame Pécresse, ne sera pas nommée ministre de l'Économie ou des Sports.

Contenus sponsorisés