Icon Sport

"Je ne suis pas un dopé, je le jure !" : l'ancien flanker parisien Stassen clame son innocence

"Je ne suis pas un dopé, je le jure !" : l'ancien flanker parisien Stassen clame son innocence
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 12/01/2022 à 12:04Mis à jour Le 12/01/2022 à 12:06

TOP 14 - Contrôlé positif à la testostérone par l'Agence Française de Lutte contre le Dopage le 19 mai 2019, l'ancien flanker du Stade français Hendré Stassen, qui avait jusqu'à cette date impressionné le petit monde du Top 14, a ensuite été suspendu quatre ans. Logiquement licencié par le Stade français dans la foulée de cette décision, il ne pourra reprendre le rugby qu'en juillet 2023.

Pourtant, si les faits jouent contre lui, Stassen continue de clamer son innocence.

Il y a deux ans, vous étiez licencié par le Stade français après qu'un contrôle antidopage a révélé un excès de testostérone dans votre organisme. Quelle est votre version des faits ?

Ce 19 mai 2019, on jouait contre Montpellier. À la quinzième minute, je me suis blessé aux côtes. J'ai quitté le terrain, on m'a administré des anti-inflammatoires mais la douleur était trop forte : j'ai alors été remplacé.

Top 14 2018-2019 - Hendré Stassen (Stade français) face à Clermont

Top 14 2018-2019 - Hendré Stassen (Stade français) face à ClermontIcon Sport

Alors ?

Après ça, je suis allé me doucher puis le team manager du club est venu me voir en me disant : "On va passer au contrôle antidopage, Hendré". Je l'ai suivi, me suis présenté au docteur en charge. Là, on m'a donné un flacon, j'ai uriné dedans sans que personne ne me regarde et j'ai laissé le pot dans la pièce, sans surveillance. C'était mon premier contrôle anti-dopage en France et j'ai trouvé le protocole un peu léger, par rapport à ce que j'avais connu en Afrique du Sud... Deux mois plus tard, je recevais un e-mail m'annonçant que j'étais positif. J'étais sous le choc.

Pourquoi ?

Je suis innocent et je le clamerai toujours ! Je vais continuer à me battre pour laver mon nom !

Mais comment expliquez-vous, dès lors, que votre taux de testostérone ait été si élevé ?

Retrouvez ici l'intégralité de l'entretien d'Hendré Stassen sur Midi Olympique

Contenus sponsorisés