Icon Sport

Jalibert efficace, Douglas précieux, Macalou trop discret... Le baromètre de UBB-Stade français

Jalibert efficace, Douglas précieux, Macalou trop discret... Le baromètre de UBB-Stade français

Le 01/10/2022 à 17:31Mis à jour Le 01/10/2022 à 17:48

TOP 14 - Malgré un essai encaissé dans les dernières secondes, la victoire de l’UBB (15-10) ne souffre d’aucune contestation notamment en raison des prestations solides du deuxième ligne Douglas et d’un Jalibert sobre mais rassurant sur les bases du poste d’ouvreur. Voici le baromètre de la rencontre !

Les Tops

Kane Douglas

Gros match de l’expérimenté deuxième ligne australien. Présent durant les 80 minutes de la rencontre, il a réalisé une belle moisson en touche. Très fort dans la défense au ras des rucks où sa densité physique apportait une vraie plus-value, il avançait aussi ballon en mains sur quelques charges bien senties.

Kane Douglas - Bordeaux-Bègles

Kane Douglas - Bordeaux-BèglesIcon Sport

Nemo Roelofse

Le Sud-Africain venu de Nevers, il y a un an, a été un poison constant pour les Bordelais. En mêlée tout d’abord, où il gagnait son duel direct face à Jefferson Poirot mais aussi en défense, où il bloquait à lui tout seul un maul porté (48e), ou encore en grattant deux ballons dans le jeu au sol. Il était l’un des rares Parisiens à ne rien avoir à se reprocher.

Matthieu Jalibert

Quand il joue sobrement, sans surjouer, Jalibert reste un joueur rare, de classe internationale. Dans une rencontre, où en raison de la pluie fine mais continue, on a compris rapidement qu’il n’y aurait pas de grandes envolées, le Bordelais a été précieux pour ses partenaires. Dans les tirs au but (5 sur 5), dans les réceptions de ballons hauts, en défense où il ne s’est pas enlevé. Il aura été l’un des grands artisans de la victoire de l’UBB. Il a démontré qu’il n’était pas seulement un attaquant hors pair mais savait aussi se muer en maître à jouer.

Les Flops

Louis Bielle-Biarrey

Le Grenoblois d’origine vaut mieux que ce qu’il a montré ce samedi. Quelque peu fébrile en début de match sous les ballons hauts, Bielle-Biarrey a semblé perdu sur le terrain et perturbé par ses erreurs durant toute une mi-temps. On n’a pas vu ses qualités de vitesse ou de relanceur qui auraient été pourtant bien utiles à ses partenaires pour remonter les ballons, tant les Parisiens abusaient du jeu au pied notamment en raison de l’appui du vent en première période et des conditions climatiques pour le moins humides. Secondé en troisième rideau par Fédérico Mori et Matthieu Jalibert, il terminait son match de meilleure manière.

Sekou Macalou

Inexistant sauf sur un débordement. Positionné numéro huit, Sekou Macalou a été l’ombre de lui-même. Peu concerné par les phases de combat, on le voyait surtout errer entre deux lignes, marchant le plus souvent les mains sur les hanches. Une fois, peu avant l’heure de jeu, il montrait qu’il n’avait rien perdu de sa vitesse de course, sur une action le long de la ligne, mais là aussi face au dernier défenseur, il ne cherchait pas à gagner son duel, mais tapait à suivre sans réussite.

Sekou Macalou - Stade français

Sekou Macalou - Stade françaisIcon Sport

Arthur Coville

Il a souffert de la comparaison avec Maxime Lucu. Peu inspiré, et quelque peu lent dans ses sorties de ballons, le Parisien n’a pas pesé sur le jeu, ni trouvé de solutions pour aider son jeune partenaire de la charnière Léo Barré notamment en première mi-temps quand les joueurs du Stade français bénéficiaient du vent dans le dos. Il réussissait la transformation du bonus défensif.

Contenus sponsorisés