Icon Sport

Quesada : "Nous cherchons encore un pilier de haut niveau"

Quesada : "Nous cherchons encore un pilier de haut niveau"

Le 21/08/2022 à 11:02Mis à jour Le 21/08/2022 à 11:04

TOP 14 - Après une première sortie intéressante contre Massy vendredi soir (victoire 56-15), le directeur du rugby du Stade français Gonzalo Quesada fait le point sur les chantiers encore en cours.

Quels enseignements avez-vous tiré de cette première rencontre amicale ?

Il y a eu pas mal de changements dans nos méthodes de travail, dans notre staff, dans nos systèmes de jeu, en défense ou en attaque. Nous voulions voir un maximum de joueurs. Il y avait donc une part d’incertitudes et de découvertes après quelques semaines de travail. En première mi-temps, et même un peu en deuxième, notre maîtrise n’a pas été totale. Nous avons été trop indisciplinés. Treize ou quatorze pénalités, c’est beaucoup trop. Il nous a manqué des repères. Certes, nous avons marqué beaucoup de points, mais nous aurions pu mieux maîtriser certaines opportunités. Mais globalement, l’objectif est atteint car nous n’avons aucun blessé à déplorer. L’important, c’était de prendre un peu de confiance. C’est fait.

Quels sont les secteurs encore en chantier ?

Nous n’avons pas su bien jouer notre jeu dans certaines zones du terrain. Cela vient du fait probablement que c’était un match amical. Nous nous étions préparés pour utiliser un peu plus le jeu au pied sur certaines situations, avec de la pression. A contrario, nous avons trop joué dans des zones pas très favorables pour nous. C’est le genre de chose où l’on se fera punir en Top 14. Quant à la défense, nous avons été trop pénalisés dans la zone de ruck en raison de joueurs qui ne sortaient pas suffisamment vite. Enfin, on s’est trop précipité dans la zone de marque. Ce sont des chantiers qui seront des axes de travail. Maintenant, les Massicois ont fait une très belle première mi-temps. Je les ai sentis prêts pour débuter leur saison.

En raison de la saison chaotique de l’an passé, ressentez-vous plus de pression ?

Depuis que j’entraîne, personne ne me met plus de pression que moi sur la performance de l’équipe. Au Stade français, il faut évidemment savoir gérer la pression, les émotions. C’est peut-être la seule qualité que j’ai. Savoir gérer les temps forts ou faibles, savoir rester lucide, je sais faire. L’an passé, nous avions sans doute plus de pression car nous sortions d’une qualification pour la phase finale, parce que notre recrutement était peut-être plus clinquant avec l’arrivée de Laumape par exemple. Les attentes étaient plus importantes. Cette année, il n’y a pas eu de recrutement important. Seulement des joueurs de caractère, des joueurs revanchards que nous avions parfaitement ciblés. Je ne ressens donc pas trop de pression. Et tant mieux. Il n’empêche, nous nous devons au Stade français de montrer un certain état d’esprit, un certain niveau de jeu.

Qu’en est-il de l’arrivée de Jérémy Ward ?

C’est un joueur sous contrat (avec les Sharks), mais nous sommes en train de faire le nécessaire pour qu’il nous rejoigne. Seulement, nous ne pouvons pas communiquer tant que ce n’est pas signé, mais c’est en très bonne voie. Maintenant, j’ai lu que ce serait le remplaçant de Laumape. Pour nous, le remplaçant de Laumape, c’est Julien Delbouis qui est de retour après une longue blessure. En revanche, nous sommes très inquiets pour notre première ligne. Kakovin s’est fait opéré récemment du genou. Il sera absent plusieurs semaines. Paul Alo-Emile est encore indisponible pour un long moment. Nous cherchons donc encore un pilier de haut niveau, ce qui est rare à cette époque de l’année. Même si nous sommes très heureux d’avoir lancé Sergo Abramishvili, un jeune pilier de 18 ans qui nous a donné satisfaction.

Justement, comment avez-vous jugé vos nouvelles recrues ?

Je suis très satisfait. Je souhaitais absolument que les deux petits "Biarrots" (Lucas Peyresblanques et Mathieu Hirigoyen) nous rejoignent. Ils sont là. Giovanni Habel-Kuffer était une priorité, il s’est montré au niveau. La surprise de notre fin de mercato : Baptiste Pesenti est une recrue géniale. Nadir (Megdoud) et Stéphane (Ahmed) ont montré leur niveau. Je ne vais pas tous les citer. Mais, il y a un petit jeune qui est entré en fin de match qui n'a pas été trop mal. On sent qu’il est encore jeune (rires), mais Morgan (Parra) a fait une bonne rentrée. Plus sérieusement, nous sommes très satisfaits de notre recrutement. Ce ne sont pas les mecs les plus connus, mais ils collent tous à l’identité que l’on souhaite donner à notre équipe.

Contenus sponsorisés