Icon Sport

Urios : "Pas la place de faire les fanfarons"

Urios : "Pas la place de faire les fanfarons"
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 02/10/2021 à 18:02Mis à jour

TOP 14 - Satisfait de la victoire chez un concurrent direct, le manager de l’UBB regrettait pourtant de ne pas avoir vu ses joueurs réaliser le match plein après lequel ils courent encore.

Vous aviez qualifié de match de "passionnant à préparer". L’était-il aussi à vivre ?

Non, à vivre, c’était plutôt stressant. Pourtant, on a bien attaqué la première période, on a été acteurs de notre match en première mi-temps. Avec plus de précision, le score aurait pu être plus lourd en notre faveur. On a notre numéro 8 qui tombe sur la ligne, on rate un 3 contre 1 avec Ben Lam qui semblait facile… En revanche, on n’a pas fait une bonne deuxième mi-temps. On a commis des fautes, des erreurs, on a été battus dans la lutte aérienne et cela nous a mis en difficulté.

Reste que vous n’avez pas encaissé d’essai, et remporté le bras de fer au niveau des packs...

Sur les mauls, sur le jeu direct, je nous ai effectivement trouvé costaud. On a bien contrôlé la défense des mauls, on n’a jamais dévissé sur le plan tactique. Quand tu gagnes à Lyon, ça veut dire qu’il y a eu un match solide mais on s’est rendu la tâche compliquée. On est heureux d’avoir gagné, mais on est toujours à la recherche du match plein. Après, est-ce qu’il y en a vraiment, des matchs pleins... L’an dernier, il me semble qu’on en a eu fait, cette année pas encore. Malgré tout, on a pris des points chez un concurrent direct et ça doit suffire à notre bonheur. Avant de recevoir Montpellier, il n’y a pas la place de faire les fanfarons.

Vous avez coaché massivement à la 50e, l’apport de vos remplaçants vous a-t-il satisfait ?

Je n’ai pas été déçu de l’apport du banc, non. En revanche, on a eu du mal à contrôler le match. Il n’y a pas eu de problème de gestion comme à Castres, nous sommes plutôt bien sortis de notre camp, mais nos erreurs nous ont mis en difficulté. Quand je coache à la 50e, je sens qu’on est en difficulté. Le Lou était monté en agressivité et on était dans le dur. Heureusement, même s’ils sont passés devant au score, ils n’ont pas eu d’occasion nette d’essai.

Peut-être parce que votre défense a surveillé de très près le facteur X lyonnais Baptiste Couilloud...

C’était important, surtout sur cette surface qui ne donne pas le même sport. À ce titre, on avait effectivement ciblé le 9, afin qu’il soit sous pression en permanence. C’est un joueur clé qui fait souvent des différences autour des rucks en leur faveur, il fallait donc faire en sorte qu’il soit sous pression. D’ailleurs, sur le seul moment où on le rate, on a failli prendre un essai.

Contenus sponsorisés