Icon Sport

Brive : une fin de saison sous tension

Brive : une fin de saison sous tension
Par Rugbyrama

Le 21/05/2022 à 08:51

TOP 14 - En s’inclinant à Perpignan (27-10) lors de la précédente journée, Brive est revenu par la force des choses dans la lutte directe pour le barrage avec son rival catalan. Une fin de saison anxiogène s’annonce donc une fois de plus en Corrèze, avec la difficile réception de Toulouse dès ce week-end.

C’était un match charnière, peut-être même un rendez-vous que les deux clubs attendaient depuis la parution des calendriers de Top 14. Après s’être affronté lors de la toute première journée, Perpignan et Brive savait que leurs retrouvailles en Catalogne fin avril, seraient décisives pour le maintien. Pourtant, malgré une préparation intense, Brive n’a pas réussi à remporter ce match en forme de balle de break. Une déception ressentie dès la fin de la rencontre par le centre Guillaume Galletier : "On est hyper déçus. On a déjà raté le coche face à Lyon à domicile, on le rate aussi aujourd’hui. Perpignan recolle derrière nous, on a fait trop de fautes et on sait qu’on va maintenant devoir bataille jusqu’à la fin. Il faut absolument qu’on remporte encore un match."

Une déception toute aussi grande, vis-à-vis de ses supporters pour le capitaine Saïd Hirèche : "On n’a pas su mettre Perpignan sous pression, et ça nous fait mal d’aller voir nos supporters présents à la fin du match alors qu’on a perdu." Désormais, seulement trois points séparent les deux équipes avec deux rencontres à jouer. Une rencontre à remporter ne suffirait pas forcément, si Perpignan l’emporte deux fois. Mais pour les deux équipes, la dernière ligne-droite s’annonce corsée, avec tout de même l’avantage aux Brivistes en cas d’égalité de points.

Un calendrier qui s’annonce difficile pour les deux équipes

La réception de Toulouse et un déplacement au Stade Français pour les Coujoux, quand dans le même temps, le club sang et or se déplacera à Castres et recevra l’UBB. Pour l’ancien centre international Arnaud Mignardi, qui a bien connu les joutes pour le maintien avec le CAB, le calendrier n’est pas une fin en soi : "Il ne faut pas compter là-dessus, et plus particulièrement sur deux défaites catalanes, car j’ai le sentiment que Perpignan peut au moins remporter son dernier match à domicile, dans une ambiance qui sera brûlante. Vu la situation de Toulouse, il ne faut pas s’attendre non plus à un cadeau dès ce week-end. Alors il faudra s’en remettre à une victoire à Paris, ou peut être savoir prendre un bonus contre les champions de France et un autre lors du dernier match."

Arnaud Mignardi sous les couleurs de Brive en 2018.

Arnaud Mignardi sous les couleurs de Brive en 2018.Icon Sport

Car si le Stade Français n’a plus vraiment d’objectif, ce n’est pas le cas de Castres et Bordeaux, les adversaires des Catalans : "Castres veut la seconde place et Bordeaux n’aura sans doute pas encore assuré totalement son classement lors de la dernière journée. Mais si les équipes de devant doivent absolument l’emporter, derrière aussi on est capable de prendre des points dans ces matchs qui s’annoncent cruciaux. Tout le monde a besoin de prendre des points, alors il va y avoir beaucoup de suspens et des équipes qui vont se transcender", dixit celui qu’on surnomme le bison en Corrèze.

Quoi qu’il arrive dans le bas de tableau, tout se jouera mathématiquement lors de la toute dernière journée début juin. Mais pour finir devant au moment de la photo-finish, Brive doit une fois encore faire trembler son stadium dès samedi contre Toulouse, pour éviter de trop trembler lui-même lors d’un ultime déplacement de tous les dangers en terres parisiennes.

Contenus sponsorisés