Icon Sport

Bayonne a plus de chance d'être maintenu... ce que disent les statistiques sur les promus en Top 14

Bayonne a plus de chance d'être maintenu... ce que disent les statistiques sur les promus en Top 14
Par Rugbyrama

Le 19/08/2022 à 14:31Mis à jour

TOP 14 - Seul promu cette saison, l’Aviron bayonnais a recruté massivement pour espérer se maintenir. Depuis l’instauration du Top 14 lors de la saison 2005-2006, plus d’un promu sur deux a réussi à se sauver.

Chaque été, la question arrive vite sur la table : le promu arrivera-t-il à sauver sa tête ? Le 3 septembre, seul un nouveau pensionnaire rejoint le Top 14. Trop court pour renverser Perpignan, Mont-de-Marsan reste en Pro D2 malgré un exercice 2021-2022 étincelant. Bayonne retrouve donc l’Élite une saison après l’avoir quitté de manière épique dans un brûlant derby basque. À moins d’un mois de la reprise, l’Aviron à la faveur des pronostics historiques. Depuis la saison 2005-2006, année de l’instauration du Top 14, 15 promus sur 27 ont réussi à se maintenir, soit un taux de réussite de 55%.

15 promus sur 27 ont réussi à se maintenir depuis la saison 2005-2006

Un pourcentage plus qu’honorable tant certains promus peuvent parfois débuter la saison avec un écart important avec les autres cylindrées du championnat. Preuve que les promus réussissent à passer le cap, le championnat n’a connu qu’une seule saison avec la descente de ses deux promus lorsqu’à la fin de l’exercice 2018-2019, Perpignan et Grenoble prenaient l’ascenceur. Depuis la création des barrages “Top 14-Pro D2” en 2018, seule l’USAP a réussi à garder sa place dans l’Élite. Statistique notable, pour la première fois depuis la remontée de Toulon en 2005, seul un promu rejoint le championnat de France. Un défi d’autant plus relevé pour les Bayonnais qui batailleront face à treize clubs expérimentés des joutes du Top 14.

Un seul promu qualifié en phase finale l’année suivante

Dans le meilleur des mondes, l’Aviron bayonnais aimerait imiter le Racing 92, seul promu du Top 14 à s’être qualifié en barrage la saison suivant sa montée (2010). À l’époque, Jacky Lorenzetti avait signé un recrutement XXL (Nallet, Chabal, Steyn…) pour rayonner dans l’Élite. Les Franciliens avaient terminé sixièmes, soit le meilleur classement d'un promu depuis dix-sept ans. Bayonne s’est lui aussi armé pour sa nouvelle saison en Top 14 avec l’arrivée d’internationaux confirmés comme Camille Lopez et Maxime Machenaud et pourrait espérer, sinon une qualification en phases finales, de jouer les trouble-fête dans la saison.

Les Racingmen de François Steyn s'étaient inclinés de peu à Clermont, en barrage du Top 14 2009-2010

Les Racingmen de François Steyn s'étaient inclinés de peu à Clermont, en barrage du Top 14 2009-2010Icon Sport

Lors de la saison 2006-2007, les deux promus Montauban et Albi avaient fini aux huitièmes et dixièmes places. En 2012, Bordeaux-Bègles finissait également huitième. Statistiquement, les Bayonnais ont plus d’une chance sur deux de se qualifier, à eux de faire monter le pourcentage.

Par Clément LABONNE

Contenus sponsorisés