Icon Sport

Babillot, Urdapilleta, Van Rensburg : ces joueurs qui étaient déjà là lors de la finale CO-MHR 2018

Babillot, Urdapilleta, Van Rensburg : ces joueurs qui étaient déjà là lors de la finale CO-MHR 2018
Par Rugbyrama

Le 23/06/2022 à 16:12Mis à jour Il y a 3 heures

TOP 14 - Quatre ans après la finale de Top 14 qui avait vu Castres l'emporter sur Montpellier (29-13), Castrais et Montpelliérains se retrouvent vendredi soir (20h45) pour une nouvelle finale du championnat de France. Chaque équipe compte dans ses rangs un ou plusieurs rescapés du duel de 2018.

C'était une affiche qui, sur le papier, pouvait paraître déséquilibrée. Rappelez-vous : samedi 2 juin 2018 au stade de France, le MHR, 1er au classement à l'issue de la saison régulière, retrouvait le CO, petit poucet arrivé de justesse en phase finale avec une modeste 6e place. Au coup d'envoi, il était difficile d'imaginer les Montpelliérains passer à côté de leur premier Bouclier de Brennus. Quatre-vingts minutes plus tard, ce sont pourtant les Castrais qui soulevaient le cinquième bout de bois de leur histoire. Mais cette saison, c'est l'équipe castraise de David Darricarrère qui a fini 1ère de la phase régulière, juste devant Montpellier. Les deux finalistes se retrouvent quatre ans après pour une nouvelle finale, avec des effectifs quelque peu différents. Six joueurs présents sur le terrain en 2018 joueront à nouveau cette année.

Cinq Castrais et un Montpelliérain rescapés de la finale 2018

L'ossature du XV de départ castrais champion il y a quatre ans est toujours là en 2022. Au total, huit joueurs présents sur la feuille de match en 2018 évoluent au CO à l'heure actuelle, mais seuls cinq d'entre eux disputeront la finale vendredi. Devant, Antoine Tichit et Tudor Stroe (blessé depuis plusieurs mois) seront absents de la feuille de match. En revanche, Loïc Jacquet et le capitaine Mathieu Babillot porteront encore les couleurs tarnaises au stade de France. Concernant les arrières, Thomas Combezou, Benjamin Urdapilleta et Julien Dumora, tous du voyage à Saint-Denis il y a quatre ans sous la houlette de leur ancien coach Christophe Urios, seront là aussi pour la finale.

L'arrière Dumora, auteur du premier essai de la finale 2018, officiera au poste de numéro 15 vendredi. Avec 26 feuilles de matchs cette saison et quatre essais inscrits, le trois-quarts passé par Pau, Toulon, et Lyon réalise une saison pleine, à l'image de son essai marqué face à Toulouse en demi-finale le week-end passé. L'ailier Geoffrey Palis jouera quant à lui sa première finale de Top 14, après son absence en 2018 due à une rupture des ligaments croisés du genou gauche. Comme prévu, Rory Kockott, titulaire lors des finales 2013 et 2018, restera en tribunes.

Top 14 - Yacouba Camara (Montpellier) pourrait disputer sa première finale de Top 14

Top 14 - Yacouba Camara (Montpellier) pourrait disputer sa première finale de Top 14Icon Sport

Côté montpelliérain, un grand ménage a été effectué ces dernières années, si bien que la ligne de trois-quarts alignée par Philippe Saint-André cette semaine n'a rien à voir avec celle de 2018, alors composée de purs produits de l'hémisphère sud tels que Ruan Pienaar, Aaron Cruden, Nemani Nadolo, ou François Steyn.

Dans le pack héraultais, les finalistes malheureux de 2018, à savoir Misha Nariashvili, Grégory Fichten (gravement blessé au genou depuis décembre), Janse Van Rensburg, Kélian Galletier, Paul Willemse (blessé au genou depuis mai) ou Fulgence Ouedraogo seront presque tous spectateurs. Seul Van Rensburg disputera une seconde finale consécutive, en tant que remplaçant. Le tricolore Yacouba Camara (17 sélections) connaîtra quant à lui sa première finale de championnat de France. Une rupture partielle des ligaments du genou l'avait éloigné des terrains à la fin de la saison 2017-2018 et privé de finale.

Urdapilleta, Kockott, Ouedraogo : des anciens conservés, d'autres écartés pour la finale

Ils fréquentent l'élite depuis si longtemps qu'on aurait vite tendance à les croire éternels. Emblématiques dans leurs clubs respectifs, le demi de mêlée castrais Rory Kockott (36 ans, 11 sélections) et le flanker montpelliérain Fulgence Ouedraogo (35 ans, 39 sélections) ne joueront pas ce vendredi.

Si les deux joueurs étaient titulaires en 2018, les futurs retraités sont aujourd'hui en proie à une rude concurrence. Kockott est ainsi supplanté par Jeremy Fernandez et Santiago Arata. Il a manqué la demi-finale contre Toulouse, comme Ouedraogo, qui ne figurait même pas sur le banc contre l'Union Bordeaux-Bègles. En recul dans la hiérarchie, le troisième ligne n'avait alors pas eu l'occasion de jouer face à ses anciens partenaires Louis Picamoles et François Trinh-Duc.

A l'inverse, l'international argentin Benjamin Urdapilleta (36 ans, 22 sélections) semble infatigable et sera titulaire à l'ouverture, comme en 2018. Une soirée où il avait inscrit 19 points sur les 29 marqués par son équipe. En face, la charnière de Montpellier pourra compter sur le futur toulonnais Benoît Paillaugue, qui, au terme d'une saison sabotée par une rupture du ligament croisé du genou (7 matchs joués), est revenu dans le money-time et rêve de ramener un premier Brennus dans l'Hérault, pour sortir par la grande porte. Victime d'une blessure identique il y a quatre ans, il était l'un des grands absents du MHR au stade de France.

Le montpelliérain Nicolaas Janse Van Rensburg, et les Castrais Julien Dumora, Thomas Combezou, Benjamin Urdapilleta, Loïc Jacquet, et Mathieu Babillot connaîtront donc une nouvelle feuille de match en finale vendredi soir (20h45), quatre ans après.

Par Rayane BEYLY

Contenus sponsorisés