Icon Sport

Après quatre défaites de suite en Top 14, où va le Racing 92 ?

Après quatre défaites de suite en Top 14, où va le Racing 92 ?
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 04/01/2022 à 16:11Mis à jour Le 08/01/2022 à 20:40

TOP 14 - Dixième du Top 14, battu quatre fois consécutivement, le Racing est actuellement dans le dur. Pour autant, le tableau est-il si noir ?

Les faits sont les suivants : après quatorze journées de championnat, le Racing 92 est dizième du Top 14, n'a "que" sept points d'avance sur la lanterne rouge (Biarritz) et reste sur quatre défaites consécutives dans la compétition domestique, face à Brive, Bordeaux-Bègles, Castres et Lyon. "Avant que l'exerice en cours ne démarre, nous expliquait récemment le président Jacky Lorenzetti, nous avions craint avec Laurent (Travers, le manager) que cette saison soit une saison de transition. Ca se confirme : les temps sont durs mais nous serrons les dents". Comment expliquer que ce club, trois fois vice-champion d'Europe depuis 2016, puisse possiblement être bouté hors de la qualification au printemps prochain, chose qui ne lui est pas arrivée depuis sa remontée en élite en 2009 ?

La fin de cycle propre à toute équipe est-elle seule en cause ? Disons que les Racingmen, qui comptaient vingt-deux joueurs en fin de contrat en début de saison, ont évidemment laissé des plumes dans des négociations qui se sont étalées sur plusieurs mois : au final, les Ciel et Blanc perdront Teddy Thomas, George-Henri Colombe, Yoan Tanga, Teddy Baubigny ou Juan Imhoff, mais conserveront Antoine Gibert, Eddy Ben Arous, Ibrahim Diallo ou Kurtley Beale, puisque l'arrière australien devrait prolonger début janvier.

Retour des covidés

Si le tableau chiffré n'est pas des plus réjouissants, il est pourtant, dans les Hauts-de-Seine, des raisons de croire en de meilleurs lendemains. Dimanche soir, à Lyon, les Franciliens ont en effet signé leur meilleure performance en championnat depuis le début de saison. Mieux, les difficultés entraperçues par le paquet d'avants du 92 depuis le coup d'envoi de l'exercice 2021-2022 semblent être en passe d'être corrigées, tant les Ciel et Blanc ont répondu au défi proposé par les Lyonnais en mêlée et en touche, un domaine où l'équipe de Pierre Mignoni a pourtant coutume d'exceller.

Enfin, les Racingmen devraient pouvoir compter ce week-end, dans une Arena qui au nom des saintes jauges recensera seulement 2000 spectateurs, sur les retours d'une partie de leurs "covidés" asymptomatiques, qu'ils se nomment Eddy Ben Arous, Baptiste Chouzenoux, Ibrahim Diallo, Kurtley Beale ou Gaël Fickou. Cela suffira-t-il, face à des Jaunards regonflés par leur dernière victoire face à Toulouse ?

Contenus sponsorisés