Vidéo - "Toulon a pris un gros coup sur la carafe" : Racing-RCT, un match pour sauver une saison

07:16

Après la claque en finale européenne, Toulon cherche à rebondir

Après la claque en finale européenne, Toulon cherche à rebondir
Par Rugbyrama

Le 03/06/2022 à 17:40Mis à jour Le 03/06/2022 à 19:04

TOP 14 - Largement battus par des Lyonnais plus agressifs vendredi soir en finale du Challenge européen ((32-10), les Toulonnais ont dix jours pour se remettre les idées à l’endroit. Car dimanche, ils jouent au Racing 92 dans une rencontre qui a tout d’un huitième de finale.

Après trois mois à dominer quasiment toutes les écuries françaises en Top 14 et suite à une brillante victoire face aux solides Saracens en demi-finale, les Toulonnais sont tombés de haut vendredi soir au stade Vélodrome. Pris dans l’engagement dès les premières secondes, ils n’ont jamais existé dans une finale où beaucoup les voyaient pourtant triompher et soulever le dernier trophée qu’il manque encore au palmarès du RCT.

Dans les travées de l’enceinte marseillaise, les mines varoises étaient déconfites avant de monter dans le bus. Car cette défaite intervient aussi à dix jours d’aller jouer un match décisif au Racing 92. "On va bien évacuer ce match et il faut profiter des jours off pour le faire, expliquait vendredi soir Mathieu Smaïli. Après on se remettra au boulot et il faudra oublier ce match parce que c’est une autre compétition. Nous avons toujours quelque chose à jouer donc on va se remobiliser".

Dernier du Top 14 il y a trois mois, Toulon a en effet enclenché une remontée inédite au classement pour se retrouver avant la dernière journée à trois points de la cinquième place et de son adversaire francilien. "Il faut continuer parce qu’il nous reste toujours un week-end pour continuer à jouer des finales. Il faut garder cette envie d’aller chercher quelque chose", confirmait Facundo Isa.

Même s’il avait été battu à Biarritz en Challenge européen dans une rencontre sans enjeu, le RCT n’avait pas réellement connu la frustration de la défaite depuis le 12 février à Montpellier. "C’était dur à digérer pour tout le monde, a reconnu vendredi en conférence de presse Raphaël Lakafia. Il y avait un sacré engouement autour de ce match de la part du club et de la ville. Ce sont des choses qui ont beaucoup touché les joueurs. On a vu ce que ça a déclenché un Toulon qui gagne parce que pour la plupart, on ne l’avait pas connu. Après il faut rebasculer. Si on parvient à continuer à avancer, l’engouement sera encore décuplé en Top 14".

Dix jours pour évacuer

En jouant vendredi, les Rouge et Noir bénéficient d’une dizaine de jours pour préparer le déplacement à la Defense Arena. Franck Azéma leur a d’abord donné trois jours de repos pour récupérer physiquement mais surtout mentalement. "Nous avons eu quelques jours off qui nous ont permis de digérer tranquillement cette défaite et ne pas passer outre les sentiments qu’on pouvait avoir. Ne pas y penser c’est compliqué parce que ça revient toujours, a prévenu Aymeric Luc. Après, si on a la chance d’avoir les proches présents c’est toujours bénéfique. On discute avec eux mais on n’a pas trop envie de rentrer dans le détail parce qu’on a envie de passer à autre chose. On en parle quand même. Il ne faut pas hésiter à en parler, à dire les choses et derrière à se projeter sur le match d’après".

Challenge Cup - Sergio Parisse lors de la défaite en finale face au Lou.

Challenge Cup - Sergio Parisse lors de la défaite en finale face au Lou.Icon Sport

Après ces trois jours, les Toulonnais sont donc repartis au travail avec une rapide analyse des erreurs commises contre Lyon. "On a été pris dans l’engagement et dans l’intensité dès le départ donc c’est là-dessus qu’il faut s’allumer. On va voir si on est capable de le faire", a expliqué Franck Azéma. Le manager varois s’est une nouvelle appuyé sur ses leaders cette semaine pour remobiliser un groupe meurtri.

"Ils ont fait des choses ensemble cette semaine, confirme le manager. Ce groupe a un réel leadership et ils sont capables de se prendre en charge. C’est bon de voir aussi que quand c’est compliqué des garçons comme Charles (Ollivon) ou Baptiste (Serin) passent devant sur le fait d’être exemplaires ou de restimuler le groupe. Quand ça gagne c’est toujours plus facile et quand ça perd c’est toujours beau de voir ces garçons-là se retrousser les manches".

Vidéo - La match Lafond-Boudjellal: "Les avants du Racing sont trop maigres pour rivaliser avec Toulon"

06:31

Les cadres ont aussi tenté de rassurer le groupe pour retrouver de la confiance. "Le rôle des leaders a été de se recentrer sur ce qu’on a pu faire de bon cette saison et pas tout mettre sur ce dernier match. Nous sommes passés à côté, c’est sûr, mais il ne faut pas se mettre la tête à l’envers. Il faut en tirer des leçons", a aussi expliqué l’arrière Aymeric Luc.

Ces dix jours seront-ils suffisants pour s’imposer chez une équipe référence du Top 14 comme le Racing 92 ? "C’est un match inquiétant quand on voit la qualité de l’équipe qu’on va jouer et notre prestation réalisée la semaine dernière, mais je sais aussi ce que nous sommes capables de faire. Reste à voir si on est capable de le sortir au bon moment", conclut Azéma.

Contenus sponsorisés