Icon Sport

"Mon corps et ma tête ont dit stop" : après 16 ans de carrière, Burban arrête !

"Mon corps et ma tête ont dit stop" : après 16 ans de carrière, Burban arrête !
Par Midi Olympique

Le 23/05/2022 à 13:29Mis à jour Le 23/05/2022 à 13:31

TOP 14 - En fin de contrat au 30 juin, l’emblématique troisième ligne Antoine Burban a décidé de mettre un terme à sa carrière. De ses premiers pas en 2006, en passant par le passage de témoin entre Guazzini et Savare en 2011 ou encore l’épisode tragi-comique de la Fusion en 2017, "La Burb" a aussi ouvert sa boîte à souvenirs. Mais pour lui, le plus beau reste à écrire.

Retrouvez l'intégralité de cet entretien sur Midi Olympique

  • La décision de partir à la retraite

Antoine Burban a mis du temps pour prendre sa décision de partir à la retraite, il nous explique les raisons de ce choix...

"Mon corps et ma tête ont dit stop. J’aurai aimé achever ma carrière autrement, c’est une évidence. Mais bon, c’est comme ça… J’espère que ce dernier match contre Brive sera une belle fête avec un stade Jean-Bouin plein à craquer. Malheureusement, je ne serai pas sur le terrain. Elle a surtout été longue à prendre. Durant toute la première moitié de saison, j’avais envie de continuer une année de plus."

  • Burban une carrière longue de 16 ans

Arrivé en 2006 à Paris, le joueur de 34 ans a disputé 257 rencontres avec le Stade français. Qu'est-ce qu'il retiendra de sa carrière ? Réponse.

"Les rencontres ! Ce sport, ce sont des histoires d’hommes. Toute la génération 2007 m’a régalé. Les mecs avaient toujours faim de victoires. C’est difficile de tous les citer, mais des joueurs comme Roncero, Marconnet, James, Parisse, Dominici, Rabadan et tant d’autres m’ont marqué. J’ai adoré cette époque. Mais quelles que soient les générations, j’ai fait des rencontres merveilleuses."

  • La fusion ratée entre le Stade français et le Racing 92

En 2017, les deux clubs franciliens étaient sur le point de fusionner pour ne former qu'une seule entité. Burban nous raconte de l'intérieur ce projet de fusion avorté.

"Je m’en serai bien passé quand même (rires). Je me revois dans cette salle de Jean-Bouin où Thomas Savare nous avait convoqués pour nous l’annoncer. J’avais Paul Gabrillagues à côté de moi qui était comme un fou, il voulait se lever et partir. Certains ont vraiment cru à une blague au départ. Je me souviens avoir posé la question de savoir si ce n’était qu’un projet et si la décision était actée. À peine le président eut terminé sa réponse, nous nous sommes levés avec Paul, Pascal (Papé) et Jérémy Sinzelle et nous sommes partis."

Antoine Burban (Stade français) - 29 mai 2015

Antoine Burban (Stade français) - 29 mai 2015Icon Sport

Contenus sponsorisés