Icon Sport

Capuozzo : "Je vais faire en sorte de ne pas faire que de la figuration"

Capuozzo : "Je vais faire en sorte de ne pas faire que de la figuration"
Par Rugbyrama

Le 22/09/2022 à 17:11Mis à jour

TOP 14 - En conférence de presse, Ange Capuozzo est revenu sur son début de saison au Stade Toulousain. L'ancien joueur de Grenoble a également abordé son intégration chez les Rouge et Noir ainsi que sa relation avec la sélection italienne.

Tu nous as prouvé à Pau que tu avais vite assimilé le style de jeu du Stade Toulousain. Tu arrives à prendre des initiatives.

Oui c'est ce qui me plait dans ce projet. Il faut forcément qu'on trouve des automatismes entre nous et qu'il y ait une marche à suivre globale. Mais à l'intérieur de ce projet, il y a pas mal de liberté, j'aime être dans ces positions d'espace et pouvoir apporter le petit supplément à une action.

Pour la première fois, Arthur Retière, Melvyn Jaminet et toi débutiez un match ensemble. Est-ce que vous arrivez à trouver des automatismes ?

Il y a les entraînements qui aident beaucoup, on passe énormément de temps à répéter toutes les situations. On a beaucoup de situations de jeu réel et de désordre pour qu'on puisse se trouver au maximum sur des passes et des jeux au pieds. Maintenant il va falloir que l'on retrouve ça en match, pour le moment ce n'est pas totalement le cas. Mais je suis assez confiant pour la suite au vu de ce qu'il se passe durant la semaine. Très honnêtement, ça se passe bien pendant les entraînements, je vois pas pourquoi on le retrouverait pas pendant les matchs.

C'était ta première défaite avec le Stade Toulousain. Est-ce qu'elle a été dure à digérer ?

C'était dur à digérer mais tant mieux. Personnellement, c'était aussi ce que je recherchais en rejoignant un club comme ça. Il faut pas se laisser marcher sur les pieds et réagir de suite quand on fait une prestation de ce genre. Des fois ça fait du bien aussi de se remettre les idées à l'endroit. On va réagir tout de suite.

Une défaite au Stade Toulousain se vit comme une défaite avec Grenoble ou l'équipe d'Italie ?

Je n'ai jamais aimé perdre, que ce soit avec Grenoble, l'Italie ou Toulouse, c'est toujours des moments désagréables, surtout quand on s'en veut. On n'a pas été à la hauteur durant une grande partie du match. Effectivement, ici il y a une culture de la gagne qui est très présente et qui nous pousse durant les jours suivant à rectifier le tir et à donner encore plus, pour ne pas reproduire une prestation pareille.

Tu joues pour l'équipe d'Italie, qui te suit depuis que tu es en U20. Est-ce que tu as déjà eu des contacts avec des sélections françaises ?

Non je n'en ai pas eu. Ca n'aurait pas sa place selon moi. J'ai fait mes premières sélections avec l'Italie en moins de 20 ans, j'ai été sélectionné avec l'Italie A il y a presque un an, j'ai fait le VI nations avec eux. Donc je pense pas que des échanges avec l'équipe de France aient leur place. Il y a des joueurs très performants, l'équipe de France est performante et moi je suis bien avec la sélection italienne. Ils m'ont accompagné dans un moment où je n'avais zéro sélection, aujourd'hui je suis très heureux de jouer avec l'Italie.

Capuozzo après la victoire de l'Italie face au Pays de Galles

Capuozzo après la victoire de l'Italie face au Pays de GallesIcon Sport

Tu gardes contact avec les Alpes et Grenoble depuis que tu as rejoint Toulouse ?

Je garde forcément contact parce que j'ai ma famille qui est là-bas. Je suis né à Grenoble et je reste attacher à la ville et à sa région. Bien entendu, je suis très attentivement les résultats du FCG. Evidemment j'ai envie de voir le club remonter et ils sont plutôt bien partis cette année.

Quand on arrive au Stade Toulousain, a-t-on envie de briller pour faire honneur à la formation grenobloise ?

Il y a déjà eu des prédécesseurs qui ont prouvé tout ça. C'est important de penser à Grenoble et à tout ce qui s'est passé avant, mais j'essaie aussi de profiter du moment et de penser un peu égoïstement. Aujourd'hui je suis un joueur du Stade, je suis très heureux, et je vais faire en sorte de ne pas faire que de la figuration. Le but c'est de prouver et de jouer un maximum de matchs.

Parmi les anciens Grenoblois qui ont brillé à Toulouse, il y a Vincent Clerc. Est-ce qu'il t'a fait rêver quand tu étais petit et es-tu en contact avec lui ?

Evidemment qu'il nous a fait rêver en tant que Grenoblois mais aussi en tant que Français. C'est une grande fierté dans notre région. Oui j'ai des contacts avec lui, on échange régulièrement. C'est quelqu'un de gentil, humble, qui a tout fait à mon arrivée pour prendre de mes nouvelles et m'accompagner. Avec mes yeux d'enfant, je suis très heureux de pouvoir côtoyer quelqu'un comme lui.

Ca fait quelques semaines que tu es arrivé. Qu'est-ce que tu as à dire sur ton intégration ?

Tout ce qui s'est passé jusqu'à maintenant, je pense que c'est très positif. Au début, j'ai eu une période d'observation, j'ai changé d'environnement, de coéquipiers. Pour la première fois j'ai du sortir de ma zone de confort et déménager de la ville dans laquelle je suis né. Cette période là est passée et aujourd'hui je suis dans une phase où je suis beaucoup plus acteur. Je me sens très bien, que ce soit avec le groupe et dans le jeu, où je commence à trouver mes marques avec les autres. Je suis très satisfait et en même temps c'est une source d'énergie pour passer à l'étape suivante, qui est de prouver que j'ai ma place régulièrement en match .

Contenus sponsorisés