Icon Sport

À Montpellier, pas de place pour les calculs en cette fin de saison

À Montpellier, pas de place pour les calculs en cette fin de saison

Le 05/05/2022 à 14:17Mis à jour

TOP 14 - Engagé sur les deux tableaux, le leader du championnat de France, Montpellier, veut également bien figurer en coupe d’Europe où il affrontera, samedi en quart de finale, le Stade rochelais à Deflandre, lors d'un choc franco-français.

À Montpellier, les deux derniers revers face à Bordeaux (22-23) et Lyon (43-20) en championnat n’ont pour autant pas fait perdre, aux hommes de Philippe Saint-André, leur fauteuil de leader du Top 14. Il faut dire que cet hiver, les Cistes, grâce à leur rythme d’enfer (dix matchs sans défaite entre octobre et février) avaient creusé une avance confortable, même si celle-ci s’est considérablement réduite ces dernières semaines.

Les Héraultais, qui restent sur trois défaites d’affilée (une en Coupe d’Europe, deux en championnat), ne veulent pas s’affoler pour autant. "Il faut qu’on continue à être solide sur nos fondamentaux comme depuis le début de la saison, pose Olivier Azam. Nous sommes extrêmement solidaires et nous devons garder ce même état d’esprit. Il faut rester positif et que l’on continue à affiner notre travail."

Azam : "Ce groupe s’est construit dans l'adversité"

Rester positif. Voilà le mot d’ordre des Montpelliérains, qui ont perdu, samedi dernier, leur deuxième ligne international Paul Willemse (rupture du ligament latéral médial du genou, fin de saison), quelques jours après avoir appris qu’ils devraient jouer sans leur demi de mêlée Cobus Reinach, touché à l’épaule, dont la saison est aussi terminée.

Ces deux abences de taille s’ajoutent à la suspension d’une semaine de Mohammed Haouas, après son carton rouge reçu face au LOU le week-end passé. "Ce groupe s’est construit dans l’adversité, rappelle l’entraîneur des avants. Il a vécu une saison très compliquée l’année dernière. Nous tournons à douze blessés depuis le début de l’année. Ce qui est important, pour nous, c’est que les joueurs sur le terrain soient performants. Le reste, on ne peut pas le maîtriser, donc ce ne sont pas forcément des sujets de discussion."

Ne pas rater l’entame

Le déplacement à la Rochelle samedi (18h30) est, en revanche, au centre des préoccupations. Bien que battu par les Harlequins en 1/8e de finale retour (33-20), Montpellier s’est qualifié pour les quarts de finale grâce à son avance de quatorze points acquise à l’aller (40-26). "On sait que faire un résultat à La Rochelle serait un exploit, avoue Azam. On a envie, sur cette compétition, de continuer à bien figurer. Dans notre effectif, on a beaucoup de joueurs qui ont une énorme ambition, qui ont envie de gagner des titres. Quand on a ça dans son équipe, on ne prépare jamais les matchs pour les perdre."

Pour espérer faire tomber Deflandre, le MHR sait qu’il devra, avant tout, réussir son entame. "Chez eux, les Rochelais sont redoutables sur les débuts de match", justifie l’ancien talonneur. Malgré des blessés dans son effectif, Montpellier espère bien jouer sur deux tableaux en cette fin de saison, qui s’annonce intéressante pour le club de Mohed Altrad. Et pendant laquelle le MHR ne fera pas de calcul. "Aujourd’hui, on fait partie des huit meilleures équipes d’Europe. On va jouer notre chance à fond, annonce Azam. On s’est donné le droit de participer à ces phases finales de Champions Cup. On est en ballotage favorable pour la qualification en Top 14. On est bien placé, au sein du peloton, pour le sprint final."

Contenus sponsorisés