Icon Sport

Hirèche : "J’ai grandi avec le club"

Hirèche : "J’ai grandi avec le club"
Par Rugbyrama

Le 05/08/2022 à 18:06Mis à jour

TOP 14 - Blessé au mollet depuis fin mai, Saïd Hirèche ne débutera pas la saison avec Brive. L’incontournable capitaine des Corréziens explique pourquoi il a choisi de prolonger une année de plus avec le CAB et quels progrès doivent faire les Brivistes pour vivre une saison plus tranquille.

Comment se passe votre rééducation depuis votre blessure fin mai ?

La rééducation se passe plutôt bien. Avec les kinés et le staff, on a travaillé rapidement après l'opération pour retrouver de l’amplitude et de la force dans le mollet. Pour l’instant je n’ai pas de date de reprise, je vais prendre le temps qu’il faudra pour me soigner mais je n’ai pas non plus envie d’être trop longtemps absent des terrains. Le collectif manque beaucoup lorsqu’on est blessé. Aujourd’hui on est trois ou quatre quatre blessés et on s’entraîne avant le groupe donc on se croise mais le rugby me manque. C’est frustrant mais il faut prendre ça avec philosophie. Ça me donne encore plus de motivation pour revenir.

À quoi vous attendez-vous cette saison avec Brive ?

Les saisons sont souvent très différentes les unes des autres… J’espère surtout qu’on ne revivra pas le même scénario que la saison passée parce que c’était très stressant jusqu’à la fin pour tout le club. Évidemment notre plus grande réussite fut d’être sorti de cette position de barragiste, on avait perdu des matchs de très peu face à des grosses équipes, c’est ce qui nous a fait basculer vers le bas du classement, mais ça a permis à certains joueurs de grandir, de s’affirmer et se préparer différemment pour cette nouvelle saison. On a vécu de belles choses lors du dernier match au Stade français, donc l’objectif est de repartir sur les mêmes bases pour garder le sourire le plus longtemps possible.

Cela va être la quatrième saison consécutive de Brive en Top 14 à quoi attribuez-vous ce succès ?

À partir du moment où nous sommes remontés en Top 14 en 2019 le club a réfléchi différemment. Un nouveau cycle a été entamé avec de nouvelles infrastructures, un budget en augmentation, donc plus de moyens pour le recrutement de joueurs. Et puis le club a fait émerger des jeunes joueurs avec le centre de formation et ça portera ses fruits à l’avenir, c’est certain.

Saïd Hirèche (Brive)

Saïd Hirèche (Brive)Icon Sport

Quel est selon vous le grand axe à améliorer pour performer davantage ?

La base dans le rugby c’est la régularité dans la performance. Mais la saison dernière, l’indiscipline nous a fait le plus de mal la saison. On a réussi à corriger ce point noir en fin de championnat, on a bien travailler pour changer la perception des arbitres et être dans la règle, notamment sur la zone plaqueur-plaqué. On a fait beaucoup d’ateliers sur cet aspect du jeu pour éviter de se faire coincer dans les rucks et se faire pénaliser. Tout le monde a été intransigeant sur les lignes de hors-jeu et les pénalités bêtes qu’on a pu prendre. D’une manière générale, le staff nous a demandé plus d’application et d’exigence pour être moins sanctionnés cette saison.

À 37 ans, est-ce que vous prenez conscience du chemin parcouru avec Brive ?

Oui j’en ai conscience. Je suis arrivé ici en 2012 quand le club était en Pro D2. J'ai été très bien accueilli par le staff et les anciens. J’ai grandi avec le club, les entraîneurs et les joueurs ont été inspirants, j’ai vu le travail à fournir pour être performant quand j’étais sur le banc ou hors du groupe. Et petit à petit j’ai pris un peu plus de place dans l’équipe en gagnant ma place sur le terrain et en étant légitime sur le terrain. J’ai obtenu le statut que j’ai aujourd’hui, donc c’est bien.

Pourquoi avoir décidé de prolonger une année de plus ?

Moi je pense que comme beaucoup de joueurs expérimentés, j’ai décidé de prolonger parce que je suis toujours passionné, j’ai la chance de vivre de ma passion, j’aime me faire mal, être avec les gars au quotidien etc. Toutes ces choses-là ont fait que j’avais envie de continuer. Je me sentais bien physiquement et mentalement, mais je n’ai pas eu de déclic, cela a été fait progressivement. Comme je le dis à chaque fois je suis reconnaissant envers Brive et je donnerai tout pour que le club réussisse.

Qu’est-ce qui a fait que depuis votre arrivée à Brive vous n’avez jamais quitté la Corrèze ?

J’aurais pu partir lorsque nous sommes descendus, mais je me voyais mal quitter le club en Pro D2. Je considère que moi et les autres joueurs avions notre part de responsabilité et qu’il fallait assumer. Je ne dis pas que ceux qui sont partis se sont échappés, loin de là mais mon envie était d’accompagner le club à remonter en Top 14. Il y avait en plus un projet d’équipe qui m’a plu et auquel j'ai adhéré. Et puis je me sens bien en Corrèze, alors pourquoi partir ?

Saïd Hirèche sous le maillot de Brive en 2014.

Saïd Hirèche sous le maillot de Brive en 2014.Icon Sport

Une expérience à l’étranger ne vous a jamais tenté ?

Un peu plus jeune on m’avait proposé mais ça n’avait pas abouti. Je pense que ça aurait été intéressant de voir autre chose, une autre façon de travailler. Mais aujourd’hui, partir pour un an voire deux c’est compliqué de tout changer juste pour si peu de temps. En plus, souvent, ces clubs étrangers prennent des stars, des grands joueurs, donc voilà… (rires)

L’Algérie a terminé troisième de l’Africa Cup, quel regard portez-vous sur votre nation ?

Quand je parlais avec les entraîneurs et l’équipe dirigeante, je leur ai dit que le chemin parcouru depuis une décennie avait été énorme. Arriver troisième de cette compétition c’est quelque chose même si c’est aussi frustrant parce qu’on voulait aller au Mondial. Surtout en France ça aurait été beau, mais ce qu’il faut retenir c’est le parcours, le visage et les progrès que l’équipe a montré. Je pense qu’on a senti le manque d’expérience en demi-finales notamment quand je vois la Namibie.

Pourriez-vous retrouver le maillot algérien ?

Pour l’instant je vais d’abord essayer de bien revenir avec Brive et après on verra !

Propos recueillis par Clément LABONNE

Contenus sponsorisés