Icon Sport

Jauge limite à 5000 spectateurs : "On va s'y adapter à nouveau mais pas de bon coeur" explique Dulin

Jauge limite à 5000 spectateurs : "On va s'y adapter à nouveau mais pas de bon coeur" explique Dulin
Par Rugbyrama

Le 29/12/2021 à 09:27Mis à jour Le 29/12/2021 à 09:57

TOP 14 - Au sortir de leur rencontre comptant pour la 13ème journée, les acteurs de La Rochelle-Lyon se sont exprimés sur l'annonce du gouvernement. Une décision de l'Etat qui limitera, dès le 3 janvier, la capacité d'accueil dans les stades à 5000 personnes. Pierre Mignoni, Jérémy Sinzelle ou encore Brice Dulin semblaient accuser le coup de ces nouvelles restrictions.

Pour le trois-quart-centre Jérémy Sinzelle, ca ressemble à du déjà-vu. "On a déja vécu ça lors du début de saison dernière. Quand tu joues habituellement devant 16 000 personnes te poussent, c'est toujours plaisant. Maintenant quand on t'annonce que tu passes à 5000, c'est sûr ca va être compliqué. Il y aura un peu moins de bruit, mais le stade ne sera pas vide, c'est déjà ça. J'espère que l'épidémie va se calmer et que ça pourra repartir de plus belle".

Même désarroi, même sentiment d'impuissance pour Brice Dulin, qui affirme qu'il s'adaptera comme tout le monde, mais à contre coeur forcément. "On est pas acteur des décisions, on les subit comme tout le monde. 5000 c'est mieux que vide, mais c'est vrai qu'on repart un peu dans cette morosité, en plein hiver en plus. Dans un match comme ce soir (lundi 27 décembre face à Lyon) avec des conditions météorologiques pareilles, avoir un stade plein avec des gens qui encouragent ça aide. On s'est adapté la saison passé, on va faire pareil mais c'est pas de bon coeur".

Enfin, le manager lyonnais Pierre Mignoni relativise et souhaite surtout éviter le huis-clos dans les stades. : "Limiter la jauge à 5000, ca veut dire sacrifier des personnes, c'est ça qui est vraiment dommage. J'espère que ce sera une bonne décision sur le plan sanitaire, on a vraiment pas envie de se retrouver à huis-clos et de jouer dans des conditions vraiment catastrophiques."

Contenus sponsorisés