Icon Sport

"Une fin de saison qui met en balance la santé des joueurs", dénonce Provale

"Une fin de saison qui met en balance la santé des joueurs", dénonce Provale
Par AFP

Le 09/05/2021 à 15:06Mis à jour Le 09/05/2021 à 18:15

TOP 14 - Montpellier, Toulon ou Bordeaux-Bègles, notamment, ont vu leur fin de saison perturbée par la pandémie et l'accumulation de matches reportés : "nous dénonçons très clairement une fin de saison qui met en balance la santé des joueurs", a expliqué dimanche à l'AFP Robins Tchale-Watchou, président du syndicat des joueurs Provale.

Certaines équipes doivent faire face à un calendrier démentiel, dont le MHR qui va jouer six matches en trois semaines. Comment réagissez-vous ?

Nous dénonçons très clairement une fin de saison qui met en balance la santé des joueurs. Le rythme est délicat, c'est indéniable. Maintenant, si on souhaite aller au terme de la saison, comment faire ? Une péréquation ou bien tout faire pour que les équipes se départagent sur le terrain ? Pour prendre position, nous avons fait un sondage auprès des joueurs, en les prévenant des risques sur leur santé au regard de la fréquence des matches. La majorité a voté pour jouer. Les joueurs ne voulaient pas d'une logique mathématique pour départager la saison. Si nous décidons quelque chose, on s'y tient.

Mais il y a quand même un risque élevé de blessures...

Il y a un risque de blessures, évidemment. Mais on l'a depuis le début de la saison, avec le rythme qu'on a et tous ces matches reportés. J'ai échangé avec le manager de Montpellier Philippe Saint-André, pour évoquer des mesures d'accompagnement pour soulager les équipes...

Nous sommes en train de réfléchir à nous adresser à la LNR pour demander qu'un certain nombre de mesures coercitives soient mises en place pour accompagner ces situations d'urgence, en faisant jouer des jeunes du centre de formation, même s'ils ne sont pas JIFF (joueurs issus des filières de formation, ndlr) ou bien en neutralisant les sanctions prises pour les joueurs, notamment en première ligne... Cela permettrait aux équipes d'enchaîner avec le plus de flexibilité possible. On va travailler pour voir comment les mettre en place le plus rapidement possible, tout en prenant compte de l'équité sportive et du règlement.

A la fin de la saison, les joueurs risquent d'être épuisés : quel est votre sentiment à ce sujet ?

Quoi qu'il en soit, il faut une fenêtre de cinq semaines pour repartir sur de nouvelles bases la saison prochaine, pour éviter une succession de saisons bancales. On a défendu la nécessité, pour l'ensemble des acteurs, d'une véritable coupure. Nous sommes arrivés à un consensus de cinq semaines, au lieu de quatre habituellement, pour laisser le temps à tout le monde de récupérer. C'est une avancée notable, quasiment actée. L'idée des cinq semaines, c'est de couvrir l'ensemble des effectifs, y compris les Bleus qui iraient en Australie, où ils joueront trois matches en onze jours.Mais on manque encore de visibilité sur les conséquences réelles de la pandémie. Il faut repenser notre modèle.

Contenus sponsorisés