Icon Sport

Un match piège pour le Racing 92 ?

Un match piège pour le Racing 92 ?

Le 10/06/2021 à 18:05

TOP 14 - Malgré une victoire bonifiée lors de la dernière journée contre Brive (55-12), le Racing 92 termine la saison régulière à la troisième place et est obligé de passer par la case barrage. Un match couperet face à une équipe qu’il connait bien, le rival parisien (vendredi, 20h45).

Alors, barrage ou derby ? "C’est surtout un barrage, un match à élimination directe !" annonçait Maxime Machenaud en conférence de presse, ce jeudi midi. Les Franciliens ont préparé la rencontre de manière appliquée et sérieuse, comme n’importe quel autre quart de finale, sans insister sur la particularité de l’adversaire. C’est également ce qu’à détaillé Laurent Travers, l’entraineur principal du Racing 92 : "Notre but est de pouvoir aller le plus loin possible. On voulait la qualification, on l’a eu. On va jouer le Stade Français, cela ajoute peut-être un peu de piment, mais ce qui nous importe c’est de gagner ce quart de finale pour mettre les pieds à Lille ! "

La dernière fois que les deux équipes se sont affrontées en Championnat pour un match à élimination directe, c’était déjà en barrage, mais à Jean Bouin, en mai 2015. Le Stade Français s’était imposé (38-15) et avait été titré deux semaines plus tard, face à Clermont (12-6). En effet, ces dernières années, les rencontres entre les deux clubs de la région Parisienne ont été particulièrement intenses : sur les cinq dernières confrontations, c’est toujours l’équipe qui s’est déplacée qui s’est imposée. Cette saison encore, en octobre 2020, face aux 1000 spectateurs de Jean Bouin, le Racing arrachait la victoire grâce à une pénalité d’Antoine Gibert (80e). Il y a six semaines, le Stade Français de Gonzalo Quesada s’est imposé à l’Arena, sans public.

" La pression est sur nos épaules, à nous de l’assumer"

Certains, comme Bernard Le Roux, diront qu’il y a des avantages à jouer une équipe que l’ont connait si bien : "Je connais bien Gonzalo, je sais qu’il sait bien préparer les phases finales. Il a déjà gagné le titre et ils seront prêts. Mais nous aussi !" D’autres verront peut-être cette rencontre comme le match piège, face à une équipe qui n’avait pas intégré le top 6 depuis la 14ème journée et qui se déplace avec moins de pression. Malgré une troisième place, le Racing 92 termine à égalité de points avec le Stade Rochelais, deuxième. Un constat frustrant pour Laurent Travers qui admet que cette situation met son équipe davantage sous pression : "Pour le Stade Français, on va dire que c’est une belle saison, ils terminent sixièmes sur la dernière journée. Nous, nous sommes deuxième ex-aequo, avec dix-sept victoires, comme le Stade Toulousain et La Rochelle et on est premiers sur le nombre de victoire à l’extérieur. La pression est sur nos épaules, mais à nous de l’assumer."

Ce vendredi soir, 5000 spectateurs pourront assister à la rencontre entre le Racing 92 et le Stade Français à Paris La Défense Arena. Un soutien supplémentaire de taille pour le club francilien, notamment pour le buteur comme l’a précisé Maxime Machenaud. Le gagnant sera qualifié pour la demi-finale face au Stade Rochelais, à Lille la semaine prochaine.

Contenus sponsorisés