Icon Sport

Toulouse-La Rochelle, le nouveau classique ?

Toulouse-La Rochelle, le nouveau classique ?
Par AFP

Le 24/06/2021 à 15:50Mis à jour Le 24/06/2021 à 15:52

TOP 14 - Une nouvelle guerre des Stades. La finale du Top 14 entre Toulouse et La Rochelle, vendredi (20h45), a des airs de match de gala autant que d'acte fondateur dans la rivalité entre les deux meilleures équipes de la saison régulière.

Un mois après la finale de la Coupe d'Europe, les deux Stades du moment, le toulousain et le rochelais, se retrouvent en finale du championnat de France. Ce n'est pas vraiment une surprise tant les deux clubs ont dominé la saison régulière: Toulouse (1er, 81 points) est l'une des meilleures attaques du Top 14 (deuxième en nombre de points marqués, 767, première en nombre d'essais, 92); La Rochelle (2e, 78 points) sa meilleure défense (452 points encaissés, seulement 41 essais concédés).

Le combat des chefs aura lieu au Stade de France. Pas étonnant, à en croire Ugo Mola. "Je vois mal comment on ne va pas se recroiser dans les deux-trois saisons à venir dans des matches qui vont compter", assurait ainsi le manager toulousain avant la finale de Coupe d'Europe, remportée par les Rouge et Noir il y a un mois.

Nouvelle ère?

"Je trouve que ce club (La Rochelle) est hyper sain, bien construit et c'est quelque chose de bon pour le rugby en général et le rugby français au sens large. J'ai l'impression de voir ces rivalités qu'il y avait entre nous et nos amis brivistes dans les années 1990, puis le Stade français, Biarritz ou Clermont dernièrement", avait-il ajouté.

Les deux équipes se retrouvent donc à 80 minutes d'un Brennus, potentiellement le 21ème pour Toulouse et le premier pour La Rochelle. Le début d'une nouvelle ère? "C'est un peu trop tôt pour le dire... Je pense, en tous les cas, que c'est vrai pour cette année, parce que La Rochelle et Toulouse font une très grosse saison. Ils ont imprimé un rythme très difficile à suivre. Voir La Rochelle en finale, je pense que cela ne choque personne", a récemment commenté le centre international Mathieu Bastareaud.

"Toulouse fait naturellement figure de favori. Ce sont les champions sortants, ils ont gagné la Coupe d'Europe et sont dans une dynamique assez impressionnante. Mais avec ce que montre La Rochelle cette année et sur ses derniers matches, c'est aussi très intéressant. Je pense que tout le monde se pose cette question: S'ils n'avaient pas pris un carton rouge en finale de la Coupe d'Europe, est-ce que cela aurait été le même match?", a également estimé le joueur de Lyon (32 ans, 54 sélections).

Opposition de styles

La réponse viendra peut-être vendredi soir, même si le contexte sera différent de Twickenham: devant 14.000 spectateurs, la finale dionysienne du Top 14 aura surtout un parfum à mi-chemin entre le remake et la revanche. Ce sera en effet la cinquième opposition entre Rochelais et Toulousains cette saison: à chaque fois, les Haut-Garonnais l'ont emporté (38-0 à Limoges en août en amical, 39-23 à Toulouse en septembre et 14-11 à La Rochelle en février en championnat, et 22-17 à Londres en mai).

Les Maritimes ont un compte à solder. Même si, côté Toulousain, on minimise un peu. "Le sport est fait de rivalités. Chaque période du Stade toulousain a été marquée par des rivalités de clubs. Dans les années 1990, on était peu nombreux. Dans les années 2000, ça s'est épaissi en terme d'effectifs et de clubs capables de jouer les premiers rôles. Là, on joue un championnat très dense. Est-ce qu'il y aura longtemps des Bordeaux-Toulouse ou des La Rochelle-Toulouse ou des Racing-Toulouse? Tant qu'il y a Toulouse, moi, le reste...", a souri Mola.

"La Rochelle est une équipe qu'on croisera, qu'on va recroiser. Si les Anglais avaient fait le job, on se serait peut-être moins croisés mais, malheureusement, ils ont foutu le rugby dans les oubliettes et on se retrouve sur la scène européenne et française à se partager les choses", en a conclu le manager toulousain.

Contenus sponsorisés