Icon Sport

Toulon maîtrise le Racing 92 à l’Arena

Toulon maîtrise le Racing 92 à l’Arena

Le 17/01/2021 à 22:52Mis à jour Le 17/01/2021 à 23:34

TOP 14 - Au terme d’une rencontre de très haut-niveau, le Rugby Club Toulonnais est venu à bout du Racing 92 à la Paris La Défense Arena (23-29). Les deux équipes étaient dos à dos à la mi-temps (20-20) mais le RCT a maîtrisé la deuxième période avec une mêlée dominatrice et la réussite au pied de Louis Carbonel. Avec ce succès solide, les Varois sont de retour dans le top 6.

Le RCT n’avait plus battu le Racing 92 dans les Hauts-de-Seine depuis le 25 août 2012. À l’époque, c’était au stade Yves du Manoir de Colombes. Les joueurs de Patrice Collazo ont donc signé leur premier succès dans la nouvelle enceinte francilienne et c’est une sacrée performance car la tâche s’annonçait vraiment compliquée. Si les deux formations n’avaient pas joué la semaine dernière à cause des cas de COVID-19 rochelais et bayonnais, les Racingmen restaient sur une belle série de quatre victoires en TOP 14 dont deux bonifiées à la maison. Sauf que ce soir, c’était un grand Toulon dès l’entame avec deux essais coup sur coup de Swan Rebbadj (11e) et Baptiste Serin (17e). À chaque fois après un gros travail d’Eben Etzebeth qui endossait parfaitement le rôle de déménageur de luxe pour ouvrir des espaces à ses coéquipiers. Les Varois menaient 3-17 après 18 minutes de jeu et ont réussi à contenir la réaction francilienne jusqu’à la 33e.

Certes, il y a eu une chaude alerte entre-temps (19e) avec Virimi Vakatawa qui a failli marquer l’essai mais il a mis un peu trop de temps à aplatir... Battu dans le duel au départ, Gabin Villière n’a pas lâché, a réussi à revenir dans l'angle mort du Racingman et l’a plaqué provoquant son en-avant. Sacré sauvetage et belle boulette du centre international qui s’est forcément repris avec fracas dans tous ses autres duels du premier acte. La porte a fini par s’ouvrir après la demi-heure de jeu avec Wenceslas Lauret (33e) puis Teddy Thomas (37e) à la conclusion. 20-17 puis 20-20 à la mi-temps après une pénalité de Carbonel sur la sirène. Un premier acte à quatre essais et à la dramaturgie hollywoodienne, bref, un petit bonheur du dimanche soir et il restait encore quarante minutes.

Toulon a tenu jusqu’au bout

Si le chassé-croisé a continué en deuxième période, celle-ci s’est révélée beaucoup plus stratégique. Machenaud (5/5, 13 points) et Carbonel (7/9, 19 points) se répondaient une fois puis l’ouvreur varois récompensait le gros travail de son équipe à deux reprises pour faire le break à l’heure de jeu (23-29, 64e). Pas d’essai à se mettre sous la dent, moins de rythme aussi mais une empoignade très solide. À ce jeu-là et à ce niveau de performance, la décision se fait souvent sur des détails et l’indiscipline francilienne a certainement aidé à trancher. Il n’y avait que trois pénalités concédées par les deux équipes à la pause mais au bout de 80 minutes, le Racing 92 comptait quatre pénalités de plus que ses visiteurs (12 à 8) quasiment toutes en mêlées fermées. Le score ne bougeait pas et sur un superbe dégagement (c’est ironique) de Charles Ollivon en sortie de mêlée, Baptiste Serin libérait les siens.

Après le match nul de Clermont à Bordeaux et les victoires de Pau puis de Castres à l’extérieur, c’était écrit qu’il se passerait quelque chose à Nanterre ce soir. Toulon réalise donc le quatrième gros coup de ce week-end de rattrapage et s’impose pour la deuxième fois de la saison à l’extérieur (23-29). Quatre points qui permettent aux Toulonnais de retrouver le top 6 et de grimper à la quatrième place à seulement quatre unités du… Racing 92. Une mauvaise opération comptable pour les joueurs de Laurent Travers qui ne marquent aucun point. Les Racingmen devront se reprendre le week-end prochain à domicile face à un autre concurrent au top 6, l’Union Bordeaux-Bègles.

Contenus sponsorisés