Icon Sport

Reports, où en sommes-nous avant la fin de saison ?

Reports, où en sommes-nous avant la fin de saison ?
Par Jérôme Prevot via Midi Olympique

Le 23/04/2021 à 13:51Mis à jour

TOP 14 - Petit rappel de la situation du Top 14 en cette fin de saison marquée par les reports pour cause de covid. Voici les différents cas de figure.

Mardi 27 avril se déroulera un Comité Directeur très important de la LNR. Il devrait déboucher sur de nouvelles mesures destinées à faire face aux cas de reports de matchs qui pourraient frapper la fin du championnat et surtout les phases finales. On rappelle qu'à ce jour, sept rencontres sont à rattraper. Plus le cas de Bordeaux-Montpellier repoussé de deux jours prévu au moment où nous écrivons ces lignes, dimanche à 14 h 45, sous réserve.

Voici les différents cas de figure :

Matchs en semaine, le mardi 11 mai

C'est une possibilité de dégagement classique que n'apprécient en général pas trop les entraîneurs et les joueurs. Mais elle peut-être un pis aller acceptable. Pour l'instant, trois matchs sont prévus le mardi 11 mai. Il s'agit de Agen-UBB, Brive-La Rochelle et Montpellier-Toulon. Mais il faut savoir que ces trois affiches pourraient tout aussi bien se jouer le week-end du 22 mai (finales européennes), si Montpellier, Bordeaux et la Rochelle sont éliminées en demi-finale de Coupe d'Europe. Ainsi, la journée du mardi 11 mai pourrait accueillir aussi bien zéro que un, deux ou trois matchs.

Matchs les 29 avril et 1er mai

Le week-end du 1er mai, réservé aux demi-finales européennes, est une date de dégagement logique. Il devrait accueillir trois rencontres, Racing-Stade Français, Toulon-Agen et Clermont-Brive. Le match BayonneCastres a été reporté juste avant, le jeudi 29 avril.

Matchs le 22 mai

Cette date de finales européennes pourrait servir de repli aux équipes éliminées en demi-finales le 1er mai (lire ci-dessus).

La péréquation

A priori, la LNR avait établi un principe de base. Pas un seul match de saison régulière après le 4 juin, date de la 26ème journée. Si des matchs n'avaient pas pu se tenir à cette date, la LNR pourrait avoir recours à la péréquation pour parfaire le classement,notamment en vue de la qualification en phase finale. On calcule la moyenne des points gagnés par une équipe à domicile et à l'extérieur jusqu'alors. On applique cette moyenne aux matchs qui restent à jouer. C'est le règlement qui prévaut à l'heure actuelle, les dirigeants de la LNR ont bien sûr, le pouvoir de le changer.

Le cas des matchs de phase finale

Reste le cas des équipes qui ne pourraient pas jouer un match de phase finale. Dans ce cas, on est dans le cas de figure de l'empêchement . Il faudrait convoquer l'équipe la mieux placée au classement derrière elle. Evidemment, on attend beaucoup du Comité Directeur du 27 avril pour clarifier les choses. Que faire dans le cas où c'est l'équipe qui devait recevoir en barrage qui est empêchée ? Pourrait-on changer la logistique en très peu de temps ?

On pourrait décaler les affiches de 24 à 48 heures pour permettre à l'équipe repêchée de s'organiser. Mais si des cas de covid apparaissent à moins de 48 heures de la date butoir, devant l'impossibilité de mobiliser l'équipe repêchée, on pourrait décider à des victoires sur tapis vert.

Desserrement du protocole sanitaire

La LNR pourrait décider d'un certain assouplissement du contrôle sanitaire. Il est actuellement de trois cas recensés sur sept jours glissants pour un report.Il pourrait être révisé à la hausse, mais ce ne serait qu'une hausse légère. Un cas de plus ? Il paraît inenvisageable de passer de trois à dix cas par exemple. Reste, enfin le cas des demies et de la finale. On peut supposer que les équipes qualifiés seraient maintenues dans des bulles très étanches pour éviter la catastrophe.

Contenus sponsorisés