Icon Sport

Bourdeau : "Être plus tueurs dans nos têtes"

Bourdeau : "Être plus tueurs dans nos têtes"

Le 03/12/2020 à 18:24Mis à jour Le 04/12/2020 à 08:27

TOP 14 – Attendu à Gerland samedi (18h15) pour défier le LOU, le Stade Rochelais entend bien y étrenner son statut de leader malgré un groupe qui s'annonce quelque peu remanié. Le flanker Rémi Bourdeau en sera. Il s'est présenté en conférence de presse, jeudi après-midi, à l'issue de l'entraînement.

Rémi, La Rochelle a perdu trois bonus dans le dernier quart d'heure sur les dix premières journées. C'était d'ailleurs le cas samedi dernier face à Brive. Ça donne envie d'aller les récupérer à Lyon, ces points égarés ?

Oui. Après, la priorité c'est de gagner le match. C'est dommage de perdre le bonus sur la fin, mais si on avait perdu le match, on nous aurait dit que l'on était nul ! Là, on n'a pas le bonus, on nous dit plus ou moins que l'on n'a pas fait un super match. Bon, on n'a pas fait un super match et on a gagné. La priorité, c'est ça. Maintenant, c'est vrai qu'il faut finir nos actions, tenir ce score quand il est à notre avantage. Evidemment que ça va nous motiver encore plus pour aller chercher des points à l'extérieur.

Vous avez encaissé 32 points cette saison dans les dix dernières minutes, pour "seulement" 7 inscrits. Comment l'expliquez-vous ?

Je ne connaissais pas la statistique. Je ne pense pas que ce soit physique. C'est juste dans nos têtes, sûrement. Un relâchement mental. Il faudrait être plus tueurs dans nos têtes et garder l'adversaire la tête sous l'eau jusqu'à la fin du match. On s'est rendu compte, depuis le début de saison, de nos difficultés en seconde mi-temps. On est capable de produire du beau jeu, d'être dominant sur une mi-temps, une mi-temps et demi. Pas sur un match complet, pour l'instant. Notre axe de progression est là. Essayer d'enfoncer le clou et de garder l'adversaire sous pression jusqu'à la fin.

A quoi vous attendez-vous, à Lyon ?

Un très gros match ! On les connait ces matches contre eux, depuis quelques années. C'est du lourd. Advienne que pourra. C'est une équipe sûre de son jeu mais que l'on va pouvoir déstabiliser sur certains points, je pense. On va vraiment là-bas pour faire une performance.

Votre manager Jono Gibbes s'attend à un gros combat au sol.

Il va falloir que l'on gagne cette guerre des rucks. Être les premiers au soutien. Si on arrive avant, ils n'auront pas l'occasion de mettre les mains. Ce sera un point clé de ce match. Ils ont des gros défenseurs, notamment en troisième ligne. Ça va sûrement être un gros match en défense.

" On est un groupe d'une quarantaine de mecs à pouvoir postuler tous les week-ends […] Il faut garder, malgré les rotations, cette confiance en nous. Si on suit notre plan de jeu, qu'on y met de l'agressivité et que l'on arrive à les contrer sur les rucks et les phases de conquête, on peut s'attendre à tout."

Il s'agit de votre premier déplacement depuis le lourd revers au Stade Français (35-13), mi-novembre. En avez-vous reparlé de cette rencontre, entre vous ?

Oui. Après le match, on s'est aussi dit qu'il ne fallait pas tout jeter. Depuis le début de saison, quand même, on fait de belles performances. Peut-être que là, on a eu une perte de confiance, je n'en sais rien…Mais en tout cas, il ne faut pas tout jeter parce que l'on fait du bon boulot depuis le début de saison. On travaille dans la bonne humeur. C'est super agréable de travailler dans ces conditions. C'est cent fois mieux que d'enchainer les défaites et que ce soit la soupe à la grimace le lundi à l'entraînement. Tout le monde a la banane. On ne gagnera pas tous les matches, c'est évident. Mais il faut garder ce lien entre nous.

Après dix journées, votre bilan est sensiblement le même que celui du LOU, au même stade, l'an passé (8V, 2D). Etes-vous du genre à comparer avec les saisons précédentes ?

Vraiment pas. On a gagné deux matches à l'extérieur. On a reçu six fois. Une fois de plus que la plupart des équipes. Il faut regarder aussi le classement britannique et voir où l'on est. On est très bien, maintenant il va falloir encore aller gagner des points à l'extérieur, être toujours intraitable à domicile pour continuer sur cette lancée. Tout le monde doit être sur le pont jusqu'à la fin de la saison. Si l'on parle du fait d'être leader ? Un petit peu. On est l'une des grosses défenses du championnat même si on a pris un petit coup dans l'aile samedi dernier. Mais au tiers de la saison, il y a des grosses équipes qui ont les crocs derrière nous.

La seule fois où l'effectif a un peu tourné cette saison, à Pau, La Rochelle n'a pas perdu en rendement. Des changements sont attendus aussi ce week-end. Estimez-vous que, peu importe sa composition, ce XV rochelais tient la barre ?

On est un groupe d'une quarantaine de mecs à pouvoir postuler tous les week-ends. Effectivement qu'il y aura des rotations, qu'il faut préserver des mecs qui ont beaucoup joué pour des échéances plus tard dans la saison comme la Coupe d'Europe. On s'attend à des changements mais on va essayer d'y mettre la même envie et la même vaillance. Il faut garder, malgré les rotations, cette confiance en nous, cette confiance dans le plan de jeu. Si on suit notre plan de jeu, qu'on y met de l'agressivité et que l'on arrive à les contrer sur les rucks et les phases de conquête, on peut s'attendre à tout.

Avec Doumayrou et Idoumi, sans Leyds ni Kerr-Barlow à Lyon ?

Plusieurs cadres manquaient à l'appel, lors de l'entraînement collectif de ce jeudi à l'Apivia Parc. A commencer par Tawera Kerr-Barlow, Kévin Gourdon, Jules Plisson, Pierre Aguillon ou encore Dillyn Leyds, très en vue samedi dernier face à Brive. Pour ce déplacement à Gerland, le staff rochelais devrait s'appuyer sur une charnière inédite cette saison : Berjon-West. Pour pallier le forfait de Jérémy Sinzelle, victime d'une fissure du sinus le week-end passé, le leader rochelais peut compter sur le retour de Geoffrey Doumayrou. Eloigné des terrains depuis fin octobre et une fracture de fatigue au pied, l'ancien parisien devrait former la paire de centres avec Raymond Rhule face à Lyon. Derrière, Retière devrait aussi démarrer la rencontre.

Devant, si une troisième ligne Bourdeau-Alldritt-Timani ou Kieft se dessine, aucun changement ne devrait être opéré en seconde latte où Skelton et Lavault pourraient bien enchainer, suppléés par Tanguy sur le banc. En première ligne, l'incertitude concerne Reda Wardi, sorti touché en bas du dos contre Brive. Très incertain en début de semaine mais présent à l'entraînement, il pourrait toutefois être remplacé par Léo Aouf. Loni Uhila couvrira-t-il enfin le poste de pilier gauche sur le banc, après avoir dépanné à deux reprises au talon ? Le staff rochelais pourrait décider de lancer dans le grand bain Sacha Idoumi, 18 ans. Le jeune et très prometteur talonneur s'entraîne depuis plusieurs semaines avec le groupe pro.

Contenus sponsorisés