Icon Sport

Que risque le BO ?

Que risque le BO ?

Le 14/06/2021 à 14:34Mis à jour Le 14/06/2021 à 14:41

TO P 14 - Samedi, les tribunes du stade Aguiléra étaient bien garnies. Plus de 5 000 personnes ? Le président Aldigé s’en est défendu dans nos colonnes. Mais que risque le club, justement ?

Plus de 48 heures après, ce derby du siècle fait toujours parler, et pas seulement que pour l’incroyable scénario qui a vu le Biarritz olympique s’imposer face à l’Aviron bayonnais aux tirs au but. Samedi, le stade du BO était bien rempli. Combien y avait-il de supporters, au juste ? “C’est un événement Ligue Nationale de Rugby. La billetterie était fermée depuis lundi, il y avait 5 000 personnes. Les documents produits auprès de la préfecture l'attesteront. Il y avait des normes de sécurité, une distribution gratuite de masques. Je vous confirme qu’il y avait 5 000 Biarrots qui sont très gais, à Aguiléra” s’est défendu le président Aldigé dans nos colonnes, ce lundi.

Aldigé : On regrette qu’il y ait eu cet envahissement du terrain

Dimanche matin, le préfet des Pyrénées-Atlantiques Eric Spitz était monté au créneau. Il avait expliqué que le club basque risquait des sanctions sportives, pénales et administratives. Chez nos confrères de BFM TV, le préfet Spitz expliquait : “ce sera à la Ligue d’étudier d’éventuelles sanctions sportives, comme des matchs à huis clos, voire plus importantes.” Au sujet du volet pénal, toujours chez BFM, il poursuivait : “Il y a eu sans doute une mise en danger de la vie d’autrui. Ce sera au procureur de déterminer quelle qualification pénale il va arrêter”. Enfin, sur l’administratif, il terminait : “le club a bénéficié d’aides importantes de l’Etat. Il est toujours possible de le fermer. Il n’y aura peut-être pas de matchs dans les prochaines semaines, mais la fermeture de l’ERP (établissement recevant du public) inclut le fait que l’Etat ne verse plus d’aides au club.

De son côté, Jean-Baptiste Aldigé, au lendemain du match, nous soulignait : “Ce que je sais, c’est que le préfet n’est pas la justice. Aujourd’hui, je vous redis que nous étions 5 000 hier à Aguiléra. Je ne comprends pas pourquoi il y a cette polémique. J’ai trouvé que monsieur le préfet avait fait beaucoup moins de bruit quand Roland-Garros s’est joué après 23 heures la veille. J’espère que ce n’est pas encore une énième tentative de déstabiliser le Biarritz Olympique et d’en vouloir à toutes ses composantes. Je sais juste que, hier, on a respecté toutes les règles en accord avec la Ligue.”

Dernièrement, la Ligue Nationale de Rugby et le Biarritz Olympique ont fourni aux autorités les documents nécessaires pour vérifier la bonne organisation de cet événement. “Toutes les règles ont été respectées de A à Z, toute la journée, insistait ce midi Jean-Baptiste Aldigé. Sauf qu’on a été dépassés par la joie et l’engouement des Biarrots qui ont envahi le terrain au moment de la victoire. On regrette qu’il y ait eu cet envahissement du terrain, mais c’est très compliqué de contenir un terrain de 100 mètres de long, sur 50 de large...

Contenus sponsorisés