Icon Sport

Bouscatel : "La formule actuelle (Top 14) a plus d'avantages qu'elle n'a d'inconvénients"

Bouscatel : "La formule actuelle (Top 14) a plus d'avantages qu'elle n'a d'inconvénients"
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 23/03/2021 à 14:05Mis à jour Le 23/03/2021 à 14:24

TOP 14 / PRO D2 - Ces quatre prochaines années, René Bouscatel sera le président de la Ligue Nationale de Rugby et des trente clubs professionnels que compte le rugby français. Il prend la parole pour la première fois depuis son élection...

Que ressentez-vous ?

C'est un grand honneur qui m'a été fait. Mais c'est aussi une lourde tâche que celle de succéder à Paul Goze et tous ceux l'ayant précédé, tels Serge Blanco et Pierre-Yves Revol, deux très grands dirigeants pour lesquels j'ai une pensée, aujourd'hui. Je suis l'héritier de ces hommes-là. […] Désormais, je vais me mettre au travail, en tentant de fédérer l'ensemble du rugby professionnel autour de moi. Pour moi, les difficultés commencent mais à la Ligue, je vais m'appuyer sur les équipes en place et un directeur général (Emmanuel Eschalier) de grande qualité.

Vous revenez de nulle part dans cette course à la présidence...

Si Paul Goze avait pu se présenter pour effectuer un troisième mandat, je ne me serais pas présenté à cette élection. Puis, j'ai estimé que je pouvais amener ma personnalité, mon expérience, le pinceau Bouscatel, en somme. […] Vous savez, quand j'ai pris ma décision, la première personne que j'ai appelée, c'est Paul Goze. Je n'ai été sollicité par personne.

Quelle sera votre mission ?

Je défendrai bec et ongles le rugby des clubs et les compétitions des clubs. Celui qui en doute est de mauvaise foi. En revanche, il faut dès aujourd'hui entamer un dialogue plus constructif, plus positif avec la FFR. Nous avons des points d'intérêt communs.

Mourad Boudjellal, l'ancien président du Rct, a coutume de dire qu'il faut développer un autre modèle économique et s'inspirer du football. Qu'en pensez-vous ?

On n'est pas des chinois pour copier systématiquement ce qui se fait ailleurs, dans d'autres sports. La copie est toujours moins bien que l'original ; je tiens à la particularité du rugby.

Etes-vous favorable au Top 12 comme peut l'être Didier Lacroix, votre successeur au Stade toulousain ?

J'ai été président d'un club (le Stade toulousain) qui jouait le haut du tableau et qui était forrtement perturbé par les doublons. Je m'en étais d'ailleurs beaucoup ému auprès de Paul Goze, il me semblait qu'un Top 12 allait résoudre beaucoup de problèmes de dates et de calendrier. Mais j'ai beaucoup évolué, là-dessus. Le rugby est beaucoup plus large que les problèmes que peut rencontrer un club. Je crois que la formule actuelle (Top 14) a plus d'avantages qu'elle n'a d'inconvénients. Je le pense sincèrement.

Et pour le reste ?

Je veux des montées et des descentes. Je ne suis pas partisan d'une ligue fermée. Surtout, je veux éviter que ceci soit remis en question tous les ans.

Pourriez-vous ouvrir la porte à un fonds d'investissement, comme l'ont fait récemment les championnats celte ou anglais ?

Prenons toutes les garanties nécessaires avant. Il ne faut pas céder à un effet de mode.

Contenus sponsorisés