Icon Sport

Pau dans le rouge, le président Pontneau s'en prend aux impasses

Pau dans le rouge, le président Pontneau s'en prend aux impasses
Par Rugbyrama

Le 17/05/2021 à 14:14Mis à jour

TOP 14 - Grande perdante du week-end en Top 14, la Section paloise a vu les conséquences de sa défaite à domicile face au Racing 92 (29-35) amplifiées par la victoire surprise de l'Aviron bayonnais sur la pelouse de Toulouse (32-28), le lendemain. Pau compte désormais trois points de retard sur son concurrent basque, dans la course au maintien. Et le président de la Section ne digère pas.

La situation se tend, du côté de Pau. Vendredi soir, la Section s'inclinait à domicile face au Racing 92 (29-35). Une rencontre qu'elle a pourtant longtemps dominée au score, avant de craquer dans les dix dernières minutes et de laisser échapper la victoire. Également dépourvu du bonus défensif, Pau a surtout vu, le lendemain, l'Aviron bayonnais l'emporter sur la pelouse du leader toulousain, à la surprise générale (32-28). Résultat: dans la course au maintien, Pau décroche et compte désormais trois points de retard sur son voisin basque, à deux journées de la fin de la phase régulière. C'est désormais un barrage pour le maintien qui se profile, face au finaliste malheureux de Pro D2.

Si la situation devient critique, le président de la Section paloise regrette, lui, l'impasse des Toulousains qui aurait facilité la vie de l'Aviron bayonnais. Si le Basques ont livré une très belle prestation à Ernest-Wallon, il est vrai qu'ils ont aussi profité de l'absence de nombreux cadres côté toulousain, au repos en raison de l'imminence de la finale de Coupe d'Europe.

« Je ne ferai pas beaucoup de commentaires car je ne voudrais pas que ça débouche sur des colonnes de polémiques. Je dirais juste qu’on vit une année tout à fait particulière de par une crise sanitaire excessivement perturbante. Mais par moments, heureusement qu’on a la couleur du maillot pour reconnaître qui joue. Sinon, on ne saurait pas qui joue, et dans quelle division on est. J’en resterai là » donne d'abord Bernard Pontneau, dans les colonnes de Sud Ouest. Avant de poursuivre. « C’est une très mauvaise publicité pour ce championnat. [...] Il est certain qu’un jour, il faudra avoir une réflexion globale sur ce Top 14. C’est paraît-il le plus grand championnat de la planète. S’il veut le rester, il va falloir évoluer. »

Pourtant, Pau a aussi eu l'occasion de profiter des doublons

Si le phénomène des doublons, en période de Tournoi des 6 nations et de tournées d'automne, est effectivement de nature à fausser l'équité d'un championnat, la gestion d'un effectif à l'approche d'un match capital n'a en revanche rien d'exclusif au rugby. Surtout, chaque équipe peut être lésée ou bénéficiaire de ce phénomène, en fonction de son calendrier.

Un exemple? A l'automne 2020, Pau avait également croisé la route d'un Stade toulousain fortement diminué, en l'absence de ses nombreux internationaux retenus en sélection. Ce qui n'avait pas empêché la Section de s'incliner à domicile (16-22). Les Palois sont même les seuls (avec Lyon) à avoir croisé les Toulousains sur deux doublons, cette saison. Au match retour, ils s'étaient lourdement inclinés à Ernest-Wallon (31-9), alors que tous les internationaux étaient à Marcoussis, en période de Tournoi des 6 nations.

Contenus sponsorisés