Icon Sport

Palis : "On a pensé à un cauchemar"

Palis : "On a pensé à un cauchemar"
Par Simon Valzer via Midi Olympique

Le 10/01/2021 à 08:35Mis à jour Le 10/01/2021 à 09:27

TOP 14 - Comme la semaine dernière à Lyon, les Castrais se sont sortis d'une situation délicate avec notamment 16 points de retard et un carton rouge reçu en première mi-temps. L'ailier Geoffrey Palis, auteur de deux essais, raconte ce match encore particulier...

Mené 16-0 et réduit à quatorze dès la première mi-temps, le CO a réussi à se faire peur...

Il est vrai que l'on ne s'est pas fait de cadeau en première mi-temps. On a même pensé à un cauchemar, parce que ce n'est pas facile de gagner les matchs à 14. Certes on l'a fait la semaine dernière, mais ce soir on a refait le même scénario. Cela a été d'autant plus compliqué que nous avons mal réagi après : on a enchainé les temps faibles, pris des pénalités, on a parlé et on a plus joué en équipe. Cela nous a coûté l'entame de matchs et quasiment toute la première mi temps. Ensuite, on a su repartir sur des choses simples et en équipe. Nous avons donc scoré juste avant la pause, et sommes revenus sur le terrain avec les mêmes intentions. Tout s'est bien fini pour nous. On peut donc être content, mais on ne va pas s'enflammer.

Comment vous vous remettez dans le droit chemin ?

Cela s'est fait naturellement, mais nous avons commencé par régler nos problèmes sur les zones de rucks où les Agenais nous posaient des problèmes, et où nous prenions beaucoup de pénalités. Ensuite, sur les phases offensives nous avons évité de nous faire des passes inutiles et nous sommes recentrés sur du jeu plus direct, qui nous a permis d'avancer puisque nous étions performants sur les percussions. Tout cela nous a amené des situations favorables.

Avez-vous senti que cela basculait en votre faveur à la mi-temps ?

On sentait que quelque chose se passait, mais nous étions toujours 14 et toujours derrière au score ! Il ne fallait rien lâcher et accentuer notre effort. A ce moment là, il n'était pas du tout question de bonus, mais simplement de remporter le match.

Ce match aurait-il pu mal tourner il y a un mois, une période où vous auriez perdu votre calme ?

Nous n'étions pas calmes en première mi-temps, nous avons même flanché. Mais dans nos têtes, nous savions que nous en étions capables car notre victoire à Lyon l'avait montré. Inconsciemment, cela a peut-être joué. Mais il faut retenir cet investissement.

Comme à Lyon, vous a eu souvent recours à des pénalités rapidement jouées à la main, était-ce une partie de votre stratégie ?

Nous avons la chance d'avoir de bons porteurs de balle, donc nous avons recours à cela dans les zones de marque, en effet. On les utilise au maximum et on voit que cela paye puisque l'on conserve le ballon, on avance et on marque. Ce sont des choses que l'on travaille à l'entraînement et que l'on doit continuer à utiliser en match.

Contenus sponsorisés