Rugbyrama

Lyon : discret et toujours aussi précieux Toby Arnold

Lyon : discret et toujours aussi précieux Toby Arnold

Le 05/05/2021 à 09:00Mis à jour

TOP 14 – Les saisons passent et Toby Arnold est toujours aussi important dans l’effectif du LOU qui affronte Castres, ce vendredi (20h45), dans un duel décisif pour la qualification. Et le club lyonnais aura besoin de l’expérience et du vécu du polyvalent trois-quarts néo-zélandais, aussi discret que précieux.

En se référant au temps passé sur le terrain depuis le début de saison, Toby Arnold est actuellement le deuxième joueur le plus utilisé de l’effectif lyonnais avec 1 376 minutes, toutes compétitions confondues. Si cela était encore nécessaire, cela démontre une fois de plus toute l’importance du Néo-Zélandais dans le collectif de Pierre Mignoni, tout en sachant qu’il est également recordman du nombre d’essais marqués par un joueur du LOU (64 en 180 matchs). Les fameuses oreilles de Mickey ! Mais voilà un constat qui ne surprendra pas le spectateur averti du Top 14, et surement pas le supporter de la formation rhodanienne.

Néanmoins, cette régularité (dé)montre à quel point Toby Arnold est devenu un incontournable au fil des années. "Avec ma famille, on sent se chez nous ici à Lyon, confie celui qui est arrivé en 2013. Je suis à l’aise dans le groupe. Je ne suis pas quelqu’un qui parle beaucoup, surtout pendant la semaine, mais sur le terrain ce n’est pas pareil. Je suis un mec très calme mais tout le monde sait que je suis là pour gagner." Ce côté de leader, naturel, il l’a finalement développé au fil des années, tout en s’effaçant au profit du collectif. "C’est bien pour moi. Je suis là pour gagner un titre avec l’équipe, pas pour des choses personnelles."

''Je connais mes qualités. Je ne suis pas là pour casser les lignes. J’essaie d’attaquer pour faire marquer les autres.''

Désormais deuxième joueur le plus ancien de l’effectif (derrière Thibaut Regard), sa polyvalence est un atout derrière. Aligné près de 70% du temps à l’aile droite depuis qu’il est à Lyon, il n’en reste pas moins un pur arrière. "C’est là où je me fais le plus plaisir, dit-il. Ça ne change pas trop pour moi. J’aime les deux postes. Je connais mes qualités. Je ne suis pas là pour casser des lignes. Je ne suis pas un grand finisseur. J’essaie d’attaquer pour faire marquer les autres. C’est pour ça que j’aime ce poste 15 où il faut être un leader, et organiser la défense avec les ailiers. Il faut beaucoup parler. Et je peux aussi plus proposer attaque et aller de partout."

Celui qui a pris du poids au sein du vestiaire, proche de son entraineur des trois-quarts et ancien coéquipier Kendrick Lynn, affiche donc ce rôle nouveau depuis plusieurs mois maintenant, et un sourire permanent qui en dit long. "Je me sens bien. J’ai joué beaucoup de matchs. Et en tant qu’étranger, j’essaie d’aider les mecs qui arrivent. Dans ces circonstances, je suis un leader. Je les aide dans la vie en dehors du rugby car je n’oublie pas que mes six premiers mois en France avaient été difficiles."

Le souvenir d’un Castres-LOU décisif en 2015, une qualification à aller chercher

Dans ce sprint final, Lyon aura donc besoin de pouvoir activer tous les leviers possibles pour atteindre son objectif de qualification, face à un adversaire avec qui le LOU a souvent croisé le fer pour son avenir. Ne serait-ce qu’en 2015 quand les deux équipes luttaient pour le maintien et que les Lyonnais s’étaient inclinés (23-20) sur le terrain du CO dans un match qu’ils menaient, qui plus est à 15 contre 14, avec un essai justement de Toby Arnold. ''Je me souviens de ce match qui avait basculé sur un carton rouge. On avait bien débuté avant de craquer", lance Toby Arnold en ouvrant la boite à souvenirs dont il peut sortir une autre malheureuse défaite. Le 2 janvier dernier au match aller, et déjà à 15 contre 14, le LOU s’était incliné au Matmut Stadium de Gerland (14-15) face à un adversaire alors en mauvaise posture au classement. " C’est toujours chaud avec Castres. Ils ont une bonne structure capable de contrer une équipe joueuse."

Quoi qu’il en soit, "on est sur le bon chemin, insiste l’ex-All Black Sevens. On ne peut pas se permettre de lâcher un match. Notre objectif premier est d’être dans les six et on pense que pour se qualifier, il va falloir tout gagner car on ne veut pas dépendre des autres équipes." D’autant que Toby Arnold en est persuadé, "on est capable de faire de belles choses. On a su rectifier le tir après avoir eu des résultats qui n’étaient pas bons pour une équipe jouant la qualification. Mais depuis quelques semaines, on se sent mieux. Je suis sûr que l’on a appris du match de Coupe d’Europe à Exeter", pourtant perdu. Son expérience lui permet d’avoir ce recul et une parole éclairée. Alors au moment de jouer un match capital, "peut-être le plus important de notre saison", la présence sur le terrain de Pierre-Fabre de celui qui a pu profiter d’un peu de repos au moment du retour de Clément Laporte, sera une évidence, "à l’arrière, car nos ailiers sont en forme", plaisante-il.

Contenus sponsorisés