Icon Sport

Les Rochelais étaient trop forts, Mayol n'est plus imprenable !

Les Rochelais étaient trop forts, Mayol n'est plus imprenable !

Le 13/02/2021 à 22:49Mis à jour Le 14/02/2021 à 07:46

TOP 14 - En s'imposant 29-11 face à des Toulonnais sans solutions, les Rochelais retrouvent leur place dans le top 2. De leur côté, les Varois font la mauvaise opération de la soirée, et perdent en plus leur invincibilité à Mayol, qui tenait depuis septembre 2019, et 21 matchs toutes compétitions confondues.

Vaincus lors de leur dernière sortie respective, Toulonnais et Rochelais n'en demeuraient pas moins dans des formes séduisantes au coup d'envoi de cette 16e journée. En effet, malgré leur revers en terres brivistes (25-23), et après une semaine de vacances (la première de la saison), les Varois venaient récemment de battre consécutivement le Racing 92 en déplacement (!) et le Stade français, et semblaient en passe de trouver la bonne carburation à l'approche de la dernière ligne droite de la saison.

De leur côté, s'ils restaient sur une défaite au bout du suspense du côté de la U Arena (26-22), les Maritimes avaient tout simplement connu un début de saison tonitruant, avec treize victoires sur les seize premières rencontres de la saison toutes compétitions confondues, et comptaient bien sur ce déplacement à Mayol pour affirmer leur statut d'équipe la plus plaisante à voir évoluer depuis le début de saison. Et bien que dépourvus de leurs internationaux français (cinq du côté de Toulon, quatre au Stade rochelais), les deux équipes s'offraient d'entrée de match un duel de costauds. Sauf que bien loin des mouvements d'envergure, c'est bien les "gros" qui semblaient avoir les clés de la rencontre. Et dans ce match dans le match entre deux des meilleurs packs du Top14, les coéquipiers d'un Facundo Isa des grands jours dégainaient les premiers, et permettaient à Sonatane Takulua d'ouvrir la marque à la 9e minute de jeu (3-0). En suivant, les Rochelais remettaient la main sur le ballon, et recollaient au score par Ihaia West (12e), avant de prendre l'avantage à la 21e minute de jeu (3-6).

Mais alors qu'ils semblaient bien dans le match, les Varois perdaient le fil lors des vingt dernières minutes de la première période. La raison ? Privés de leurs buteurs habituels (Serin, Carbonel, Belleau et Paia'aua), les joueurs de Patrice Collazo ne parvenaient à se donner de l'air, et se retrouvaient à devoir essuyer les vagues rochelaises pendant de longues minutes. Heureusement, imperturbables à l'approche de leur en-but, les Varois ne voyaient West n'inscrire "qu'une seule" nouvelle pénalité (28e). À la pause, et alors que les Maritimes n'avaient eu de cesse d'acculer les Varois en fin de première période, les deux équipes se quittaient sur le score de 6-9.

Mayol vaincu après 21 matchs sans défaite

De quoi laisser les Varois en vie, et imaginer une révolte ? Sauf que la deuxième période démarrait sur le même rythme que la fin de première mi-temps, et les Rochelais ne laissaient plus respirer les Varois. À ce point ? Et plus encore : ultra-dominateurs, les Maritimes inscrivaient un essai dès la 47e minute par Rhule (19-6). La suite de la rencontre ne semblait que formalité : face à des Toulonnais privés de solution et incapables de se donner de l'air, les Jaune et Noir récitaient leur rugby, et finissaient par asseoir leur succès à la 79e minute, par un essai de Lagrange (29-11). Auteur de leur premier gros coup en déplacement de la saison, les Rochelais sont tout simplement parvenus à faire tomber Mayol, qui était devenu invincible depuis septembre 2019.

Mieux, avec ce succès face à un concurrent direct, les Maritimes retrouvent leur place dans le top 2, alors même qu'ils comptent encore un match de retard. Désormais, les joueurs d'un Ronan O'Gara survolté ce samedi soir devront confirmer cette performance à domicile contre le Stade français. De leur côté, avec cette deuxième défaite consécutive, les Varois devront à tout prix relever la tête sur la pelouse de la Section paloise, au risque (sinon) de s'éloigner dangereusement d'un top 6 qui leur semblait pourtant promis.

Contenus sponsorisés