Icon Sport

Les raisons d’un possible succès d’Agen face à Pau

Les raisons d’un possible succès d’Agen face à Pau
Par Rugbyrama

Le 07/05/2021 à 17:21Mis à jour

TOP 14 - Lanterne rouge du Top 14, le SUA n’a toujours pas glané la moindre victoire en championnat cette saison. Alors que cinq matchs restent à jouer pour les Lot-et-Garonnais, le premier succès pourrait venir dès ce week-end, contre Pau. Voilà pourquoi.

La seule victoire d’Agen cette saison ? Un match gagné sur tapis vert en Challenge Cup contre Trévise. Et de cette rencontre, les supporters agenais retiennent sûrement plus la bagarre survenue entre joueurs à l’aéroport que les quatre points de la victoire… Ce constat résume la saison des Lot-et-Garonnais : manquée de bout en bout. Pourtant, la lanterne rouge (seuls deux points pris au classement) a des arguments pour venir à bout de Pau ce samedi, les voici.

Parce qu’on a vu de belles choses à Toulon

Oui, Agen s’est incliné sur la pelouse de Mayol la semaine dernière (34-17). Oui, les Toulonnais ont même arraché un bonus offensif sur leurs terres. Mais les scènes de joie des joueurs de la Rade en fin de match attestaient d’une chose : cette victoire a été compliquée à accrocher, face à des Agenais combatifs qui ont livré une de leurs meilleures prestations depuis le début de saison. Rendez vous compte, en se donnant à fond notamment en défense, les hommes de Regis Sonnes ont mené au score jusqu’à la 51e minute du match.

Toulon, pourtant prétendant aux phases finales, a dû attendre la dernière demi-heure pour accélérer et se détacher au score. Les Agenais, qui plongent souvent physiquement lors des fins de matchs, ont encore souffert de leur principal défaut. Mais cette fois, ils n’ont pas craqué totalement. Mieux, Paul Abadie a inscrit un essai à la dernière minute du match. Si le score n’est toujours pas en faveur du SUA, les progrès se voient à vue d’œil et présagent quand même un peu d’optimisme. Surtout, c’est l’état d’esprit qui a enfin été au rendez-vous, pour le bonheur des supporters.

Parce qu’Agen a l’énergie du désespoir

Comme dit plus haut, Agen ne s’est jamais imposé sur le terrain cette saison, que ce soit en championnat ou en Coupe d’Europe. Condamné à la Pro D2 depuis plusieurs semaines maintenant, la fin de saison agenaise est surtout une question d’honneur. Le président Fonteneau avait annoncé dès le début de saison qu’il lui était insupportable de voir l’attitude de ses joueurs sur le terrain lors de la plupart des matchs. Si Agen se bat encore aujourd’hui, c’est pour ne pas rentrer dans l’histoire comme la seule équipe à terminer les 26 journées du championnat de France sans la moindre victoire au compteur.

C’est donc un état d’esprit qui est attendu face à Pau : celui de joueurs qui ont tout perdu cette saison, et qui donnent tout pour sauver leur honneur. C’est dans la combativité, la motivation et l’envie de jouer au rugby que Romain Briatte et les siens vont devoir livrer une copie exemplaire. Ensuite, tout sera possible au niveau du résultat, surtout lorsque l’on connaît la forme paloise.

Parce que Pau n’est pas au top

Pau se bat encore de son côté pour le maintien dans l’élite. Les Béarnais ont repris espoir en s’imposant face à Pau il y a trois semaines. Mais ils n’ont rien pu faire face au Stade Français, qui les ont dominé lors de leur dernier match. Orphelins de leur ouvreur Antoine Hastoy, les Palois ont pris les choses en main en recrutant le champion du monde Sud-Africain Elton Jantjies en tant que joker médical. L’ancien des Stormers (qu’il retrouvera en fin de saison) disputera son premier match sous ses nouvelles couleurs face à Agen.

Mais malgré ce renfort, Pau, 13e du championnat, semble être l’équipe la plus accessible pour les Agenais en cette fin de saison. C’est peut-être le moment ou jamais d’aller chercher une victoire pour Régis Sonnes et les siens. Pour cela, il faudrait peut-être prendre pour exemple le match aller, qui a, au final, été accroché.

Parce que les jeunes doivent se montrer

La vie du club d’Agen ne va pas s’arrêter en fin de saison, c’est clair et net. Pour prévoir "l’après Top 14", Régis Sonnes a donc décidé de donner de plus en plus de temps de jeu aux jeunes. Et ces derniers lui donnent doublement raison. Déjà, ils sont forcément investis sportivement et dans l’état d’esprit, étant donné qu’ils doivent se montrer pour glaner de plus en plus de temps de jeu. En plus, ils se forgent un caractère et profitent de cette expérience en Top 14, qui leur sera bénéfique dans les années à venir.

Parmi les jeunes qui pourraient briller contre Pau, on retrouve Gauthier Maravat (20 ans). Le deuxième ligne aux 15 matchs joués cette saison est un pur produit local et fait partie de l’avenir du SUA. Tout comme l’ouvreur ou centre Clement Garrigues, qui a vécu sa première titularisation en Top 14 contre Toulon. À seulement 18 ans, beaucoup d’espoirs sont placés en lui. Le talonneur Loris Zarantonello (20 ans), le troisième ligne Samuel Nollet (20 ans) et le pilier droit Alex Burrin (21 ans), font eux aussi de plus en plus partie de la rotation. Enfin, dans le groupe élargi pour le match contre Pau, on retrouve aussi des espoirs comme le talonneur Gaël Doms et le demi de mêlée Dorian Bellot. La jeunesse pour sauver l’honneur d’Agen ? Réponse contre Pau samedi.

Par Yanis GUILLOU

Contenus sponsorisés