Icon Sport

Les mains dans le cambouis, Montpellier aux antipodes de ses ambitions

Les mains dans le cambouis, Montpellier aux antipodes de ses ambitions

Le 15/01/2021 à 18:02Mis à jour Le 15/01/2021 à 18:03

TOP 14 - Décrépitude des performances, système de jeu à identifier, après l'éviction de Xavier Garbajosa, les promesses envisagées sont lointaines et offrent une perspective peu reluisante. Si Philippe Saint-André a accepté la mission d'extirper le MHR d'une inattendue lutte pour le maintien, l'effectif des Cistes, habitué aux joutes plus flatteuses, va t'il relever le défi qu'il s'est imposé ?

Un bref regard sur la situation comptable et son évolution depuis quelques saisons pourrait suffire à traduire les maux dont souffrent les Héraultais durant l'actuel championnat. Le club régresse, ne parvient plus à rester maître dans son antre (4 défaites sur les 6 dernières réceptions, toutes compétitions confondues), et a réussi à vaincre une longue période de disette à l'extérieur (succès à Clermont en Décembre dernier) faisant suite à une incapacité à s'exporter hors de ses bases datant de mai 2018. N'en jetez plus, ce bilan n'inspire guère d'optimisme au premier degré après une lecture sommaire et la seconde partie de l'exercice ne s'annonce pas de tout repos.

Conscient du danger immédiat, sentiment renforcé après la cruelle défaite ramenée de Brive, Philippe Saint-André n'élude rien : "La semaine dernière fut compliquée, intense à gérer. Peu de temps pour mettre des choses en place. Pour la réception de Castres, j'ai vu au quotidien des mecs déterminés. Malgré les écueils, je vois des attitudes positives, des joueurs réceptifs. Et vu le bloc qui s'annonce avec de multiples réceptions, tout le monde a pris la mesure de la situation." L'ancien sélectionneur des Bleus n'hésite pas à employer des expressions fortes, comme pour toujours mieux appréhender la suite : "C'est le match de la mort face à Castres, chaque rencontre que nous aurons à disputer peut-être comparé à un match de phases finales."

Si chère indiscipline

Montpellier fait preuve d'une indiscipline récurrente, mais aussi parfois d'une gestion hasardeuse. On ne compte plus ces money-time où les Cistes ont cédé (face à Pau, l'UBB, Brive voire Toulouse) dans le sprint final. Anthony Bouthier qui dépanne toujours à l'ouverture précise : "Nous avons un problème de confiance. On sait que contre Castres, qui joue son maintien comme nous, cela passera par un niveau de jeu à la hausse. Les infériorités numériques qu'on subit parfois nous coûtent en liberté. Restons déjà à quinze sur le terrain et nous pourrons mettre en place notre jeu." De quoi mettre sur la table entre cadres et joueurs expérimentés, un tout autre défi à mener, il rajoute : "Avec la communication, sur et en dehors du terrain, on se sortira de cette treizième place. Maintenant, place aux actes."

Des leaders au nombre pléthorique au sein du MHR, entre joueurs rodés aux joutes internationales et expérimentés du Top 14, ont-ils les codes pour disputer ce challenge justement ? Philippe Saint-André explique : "C'est une équation collective, pour progresser ensemble sur la stratégie à adopter. Maîtrisons déjà notre rugby, j'ai dit aux garçons que la pression je la prenais désormais pour eux. Je souhaite véritablement une solidarité à toute épreuve." avant d'être plus loquace : "Vous savez après le revers face à Toulouse, j'ai demandé au groupe qui avait joué une descente. Ils n'étaient que quatre ou cinq. La majorité n'a pas l'habitude, c'est un championnat différent. La défaite à Brive, on aura beaucoup appris à ce sujet d'ailleurs, cela implique aucun relâchement."

Camara : "Je n'ai jamais disputé le maintien"

Yacouba Camara, le troisième ligne montpelliérain qui réalise un début de saison à son avantage, est parmi ces joueurs de l'effectif n'ayant jamais ferraillé dans le bas du tableau avec des objectifs moins prestigieux. Néanmoins, il y trouve des motifs pour grandir dans l'adversité : "C'est vrai que c'est compliqué car je ne l'ai jamais vécu. On prépare la semaine différemment, avec la pression qui n'est jamais lointaine. La tension que cela peut générer, on doit la transformer en positif. Nous avons eu des remords après Brive, c'est certain. Mais nous restons avant tout des compétiteurs et nous désirons basculer immédiatement sur les prochaines échéances. C'est rare de voir Montpellier à ce classement, mais on observe des formations, qui par le passé, ont su sortir de l'ornière pour aboutir à des titres ou en tout cas de meilleures dispositions."

Le Castres Olympique qui se dresse sur la route des Héraultais, dimanche au GGL Stadium, est un adversaire généralement redouté par les Cistes. Les dernières confrontations ont donné une avance aux Tarnais, ce que balaye d'un revers de main Philippe Saint-André : "Je m'en fous, je n'étais pas là. Les aspects psychologiques de ce niveau m'importent peu. Rien n'est écrit, c'est la première fois en tant qu'entraîneur que je perdais à Brive alors ces considérations." Mais de quoi susciter malgré tout des souvenirs pour Yacabou Camara : "Castres est une formation de combat, avec un mental à toute épreuve. C'est notre bête noire et on s'y prépare pour glaner un succès." Yacouba Camara apostrophé par Phillipe Saint-André en pleine conférence de presse "Tiens, voilà un leader dont je vous parlais tout à l'heure." De quoi mettre tout le monde devant ses responsabilités sur les prochaines semaines décisives au sein du MHR.

Contenus sponsorisés