Icon Sport

Labit : "Max est plus libéré, je le sens mieux dans ses crampons"

Labit : "Max est plus libéré, je le sens mieux dans ses crampons"

Le 17/06/2021 à 10:14Mis à jour Le 17/06/2021 à 10:21

TOP 14 - Revenu à son meilleur niveau cette saison, Maxime Machenaud (32 ans, 38 sélections) semble vivre une seconde jeunesse. Vendredi (20h45), en demi-finale du TOP 14, le demi de mêlée du Racing 92 sera un vrai danger pour la défense de La Rochelle. Laurent Labit, son ancien coach aujourd’hui entraîneur des arrières du XV de France, évoque avec nous ce retour au premier plan.

Etes-vous surpris de revoir Maxime à un tel niveau ?

On le connaît tous. Maxime est quelqu’un de très lucide qui ne lâche jamais rien. Il approche de la fin de sa carrière et il met les bouchées doubles pour retrouver sa place de titulaire avec une concurrence qui est quand même assez dure avec Teddy Iribaren mais aussi Nolan Le Garrec qui est venu le booster. C’est une concurrence saine qui a permis à Max de retrouver le niveau qu’on lui connaissait.

Top 14 - Maxime Machenaud (Racing 92) contre le Stade français

Top 14 - Maxime Machenaud (Racing 92) contre le Stade françaisIcon Sport

Vous trouvez qu’il a progressé dans certains secteurs de jeu ?

Quand on le connaît un peu, on sait que c’est un garçon qui a traversé des épreuves avec la maladie et le décès de son papa, sa blessure au genou (2018). Ça l’a pas mal perturbé. Mais aujourd’hui, je le retrouve comme il était avant ces événements. J’ai l’impression de le voir plus libéré. Il a retrouvé de la vitesse, du dynamisme dans son jeu. Et puis c’est quelqu’un de très mature, que ce soit dans sa vie de rugbyman ou en famille. Je le sens vraiment plus léger, mieux dans ses crampons que ces deux dernières années.

"C’est un garçon qui a traversé des épreuves… Ça l’a pas mal perturbé"

A-t-il été vexé de ne pas être titulaire sur certains gros matchs comme la finale de la Champions Cup contre les Exeter Chiefs ?

Max ne réagit pas comme ça. Il sait pourquoi il n’est pas titulaire. C’est un éternel insatisfait. Quand il était à son meilleur niveau en équipe de France, il ne retenait que le négatif de ses matchs. Il n’a pas besoin qu’on le pique ou qu’on le vexe. S’il ne joue pas, c’est bien qu’il n’est pas à son meilleur niveau. A partir de là, il sait se remettre en question. En 2015, il n’a pas été retenu pour disputer la Coupe du monde. Ça a été très difficile mais il n’en a voulu à personne. Il n’a pas demandé d’explications au sélectionneur de l’époque (Philippe Saint-André). Il a travaillé dur pour faire une saison 2015/2016 extraordinaire. Malheureusement, il a mal vécu nos deux finales avec un K.-O lors de la première finale (contre les Saracens en Coupe d’Europe) puis un carton rouge (en finale du TOP 14 contre le RC Toulon). Mais il n’a pas besoin qu’on lui dise ce qu’il a à faire.

"Il a retrouvé de la vitesse, du dynamisme dans son jeu"

On le sent prêt pour poser de sérieux problèmes à la défense de La Rochelle…

Au delà de cette vitesse que Max a retrouvé, les défenses adverses savent que le Racing a de grosses armes derrière avec les deux centres et les deux ailiers qui viennent beaucoup se proposer autour de Finn (Russell). Les équipes se concentrent principalement autour du 10 et au centre du terrain et délaissent un peu la zone des rucks. Entre sa qualité de vitesse mais aussi de raffut, Max exploite ces espaces et pourrait faire la différence.

Top 14 - Maxime Machenaud (Racing 92) face à Agen

Top 14 - Maxime Machenaud (Racing 92) face à AgenIcon Sport

Contenus sponsorisés