Icon Sport

L’antisèche : la guerre-éclair du Racing

L’antisèche : la guerre-éclair du Racing
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 11/06/2021 à 23:52Mis à jour Le 12/06/2021 à 09:27

TOP 14 - Assurés de l’emporter après avoir porté le score à 35-0 au retour des vestiaires, les Racingmen emmenés par un Fickou tranchant ont terminé les mains au sommet du guidon, au point de laisser le Stade français remporter la seconde mi-temps. Tant pis pour le suspense...

Le match : plié à la reprise

C’est peu dire que l’ingrédient du suspense aura manqué dans le scénario de ce barrage, disputé devant 5000 chanceux sur la pelouse artificielle de La Défense. Au vrai, le match semblait pratiquement emballé dès la 21e minute, alors que le Racing 92 avait déjà inscrit autant de points contre zéro pour Paris (essais de Fickou, Thomas et Machenaud), lorsque l’ailier Naivalu écopa d’un carton jaune tandis que Pablo Matera devait quitter la pelouse sur blessure. Deux nouvelles tuiles irrémédiables pour le Stade français, très vite sanctionné en suivant d’une autre biscotte à l’encontre du talonneur Tolu Latu... Soit du petit lait pour les Racingman, qui ne se génèrent pas pour marquer deux nouvelles fois avant (Zebo, 29e) et après (Kolingar, 43e) le retour aux vestiaires, histoire de plier définitivement un derby déjà bien mal engagé pour le Stade français.

De quoi gérer les 35 minutes restantes au petit trot et les mains en haut du guidon, les entrées timides des remplaçants franciliens permettant aux Soldats roses de sauver l’honneur et de présenter un score final acceptable, 38-21 après les réalisations de Naivalu, Macalou et Waisea.

Le joueur : Fickou, le climatiseur

On en a lu, entendu et probablement écrit au sujet de Gaël Fickou, l’ancien Parisien devenu Racingman voilà une poignée de matchs. Et si ses anciens partenaires comptaient probablement lui faire payer sur le terrain sa "trahison", force est de constater que c’est bien le trois-quart centre international qui a climatisé ses anciens partenaires, en gagnant son duel face à Danty pour inscrire le premier essai des siens (5e) avant de jouer six minutes plus tard un rôle décisif sur la réalisation de son ami Teddy Thomas, au bout d’une attaque remarquable de classicisme de la "star ac’" du Racing. Deux actions de classe qui ont comme éteint les velléités parisiennes, et permis à Fickou de quitter la pelouse convaincu d’avoir effectué le bon choix, en changeant de casaque pendant le dernier Tournoi...

L’action : Machenaud, au bout du contre

Déjà groggys après les deux uppercuts délivrés d’entrée de jeu par Fickou et Thomas, les Parisien allaient être définitivement sonnés pour le compte à la 18e minute, lorsque Machenaud inscrivit le troisième essai des siens synonyme de 21-0. À l’origine, un choix aussi audacieux qu’incongru de Russell décidant d’attaquer dans un côté fermé minuscule, après un ballon porté de ses avants. Une manœuvre qui n’aurait certainement pas pu avoir beaucoup de succès si l’ailier droit du Racing ne s’était pas appelé Teddy Thomas… En pleine confiance, l’ailier du Racing éliminait éliminait plusieurs défenseurs avant de passer les bras en direction son numéro 8 Yoann Tanga. Après le soutien d’un autre troisième ligne en la personne de Boris Palu, les Racingmen envoyaient leur demi de mêlée Maxime Machenaud inscrire l’essai du break définitif après 40 mètres de course, que ce dernier transformait en coin.

La question : après cette démonstration de force, le Racing peut-il aller au bout ?

Après cette démonstration de force, le Racing peut-il aller au bout ?

Sondage
5957 vote(s)
Oui
Non
Contenus sponsorisés