Icon Sport

L'UBB veut rebaptiser Chaban

L'UBB veut rebaptiser Chaban
Par Jérôme Prevot via Midi Olympique

Le 25/06/2021 à 10:10Mis à jour

TOP 14 - L’UBB ne cache pas une volonté de rebaptiser Chaban-Delmas. Le président Marti y voit le seul moyen de surmonter la dette liée à la Covid. Evidemment, ça fait grincer des dents.

L’UBB vient de terminer la meilleure saison de son histoire, mais les bons résultats n’occultent pas les problèmes, et les impératifs de la gestion d’un club professionnel. C’est le sens de l’affaire du « naming » du Stade municipal Chaban-Delmas, souhaité par Laurent Marti mais que Pierre Hurmic, maire EELV de Bordeaux a qualifié de ''mauvaise idée.'' Laurent Marti a déjà un candidat pour rebaptiser l’enceinte, Benjamin Salah, patron de la Bourse de l’Immobilier, société qui veut changer de nom et qui dévoilera le nouveau le 8 juillet. L’entrepreneur pourrait donc réussir une opération modèle de communication en rebaptisant le stade pour sept ans, selon nos informations.

L’idée a dérangé les édiles, au nom bien sûr de l’Histoire et d’une certaine idéologie. Laurent Marti persiste et signe : '' Regardez, voilà une belle société bordelaise, la Bourse de l’Immobilier, qui a été l’un des premières à se proposer pour l’augmentation de capital. Et qui, il y a trois mois, cherchait un axe fort de communication, je lui ai proposé de donner son nom au stade, c’est vrai. Il faut bien comprendre que l’UBB, ce sont des déficits récurrents que je bouche depuis quatorze ans… Sur ce, arrive la dette liée au Covid et je ne veux pas ajouter de la dette à la dette. Le naming nous permettra au moins de nous sortir de cette dette covid. ''

On a senti le président de l’UBB remonté contre l’hostilité qu’il a senti dans l’équipe municipale. Peut-être parce que les enjeux de la gestion d’un club au quotidien échappent au plus grand nombre. '' J’ai envie de dire : de grâce, ne découragez pas les bonnes volontés. À Bordeaux, on parle beaucoup de la reprise des Girondins de Bordeaux. La mairie voulait un repreneur, non spéculatif, ancré dans son territoire, tourné vers le monde amateur. C’est un peu la description de la gestion de l’UBB, non ? Nous, on demande de l’aide, mais elle ne coûte rien à la collectivité. Avec des réactions comme ça, ne vous étonnez pas si un jour à l’UBB vous voyez débarquer des fonds d’investissement, avec les mêmes conséquences qu’aux Girondins. ''

La mairie pas si fermée

Évidemment, Laurent Marti se heurtera toujours au poids des défenseurs de l’Histoire, le nom de Chaban-Delmas pèse à Bordeaux. L’ex-maire de Bordeaux joua en plus en équipe de France en 1945 et son propre petit-fils, conseiller municipal, n’est pas d’accord avec ce projet. ''Sur le respect de la mémoire de Jacques Chaban-Delmas, il n’y a pas de débat. Mais qu’est-ce qu’il aurait fait lui ? Entre la survie d’un club aimé par le public, et loué pour sa gestion de père de famille et le nom d’un club, je sais ce qu’il aurait choisi. Je rajoute que je n’aurais jamais fait ça pour faire du pognon, si nous n’avions pas eu de problèmes financiers. J’ajoute qu’Alain Juppé voulait carrément raser le stade en 2013-2014 pour faire un programme immobilier. Une association « Préservons Lescure » alliée à l’UBB a réussi à le faire plier, sinon le stade n’existerait plus.''

Le débat a tout pour intéresser le grand public, il a été discuté en conseil muncipal et plutôt combattu par les groupes en place. Mais on a senti Pierre Hurmic assez réaliste et non fermé au dialogue. Il a lancé une sorte de défi à Laurent Marti : ''Prouvez-moi qu’une majorité de Bordelais souhaitent le naming au stade Chaban.''

L’UBB a réagi illico avec une pétition, elle a recueilli 10 000 signatures en six jours. Le montant de ce contrat de « baptême » de la Bourse de l’Immobillier n’a pas été révélé mais on sait que la société Matmut se fend de 2 millions d’euros par an pour faire la même chose pour l’autre stade de Bordeaux, celui du foot.

Contenus sponsorisés