Icon Sport

L'oscar de la semaine : Jalibert est insatiable !

L'oscar de la semaine : Jalibert est insatiable !
Par Midi Olympique

Le 13/09/2021 à 09:42Mis à jour

TOP 14 - Face au Stade français, Matthieu Jalibert a fait sensation en ne faisant qu'une bouchée de ses adversaires. Alors qu'il n'était pas au meilleur de sa forme lors de la première journée du championnat contre Biarritz, le Bordelais nous a une nouvelle fois prouvé qu'il faisait partie des meilleurs ouvreurs de ce Top 14.

Moins de 24 heures après le match, il avait déjà sa vidéo sur You Tube. "Jalibert Manificent Performance vs Stade français". Montage des gestes les plus brillants de l’ouvreur bordelais au cours de cette victoire bonifiée, et magnifiée par ses soins. "Dès qu’on a senti qu’ils lâchaient un peu, on a appuyé sur l’accélérateur et avec l’appui du public, c’était plus facile." Le "colibri" bordelais nous a déjà bluffés dans le passé, mais on n’est pas sûr qu’il se soit déjà montré aussi insolent de classe à ce point.

Matthieu Jalibert a tout fait dans ce match, cinq sur cinq au pied, un carton jaune (pour un en-avant volontaire), mais surtout trois interventions décisives pour construire les trois premiers essais. Sur le premier, petit coup de pied à suivre pour lui-même suivi d’une deuxième intervention pour mettre Nans Ducuing sur orbite. Sur le second, percée plein champ en s’arrachant à l’emprise de deux défenseurs (Latu, Macalou) générant une dynamique irrésistible, et une deuxième intervention pour envoyer Lam derrière la ligne.

Sur le troisième, accélération terrible derrière un contre-ruck en mobilisant trois défenseurs pour une chistera après contact pour Ulupano Seuteni. En première mi-temps, déjà, juste après son retour de pénitence (28e), il avait signé une énorme percée (sur 40mètres), ce qui aboutit au carton jaune de Tolu Latu.

Christophe Urios le fit sortir à la 65e, sans doute pour l’économiser, mais les aléas du match l’obligèrent à faire revenir par deux fois son ouvreur vedette sur la pelouse ; à la place de Lam (68e-70e) puis de Lamerat (73e-80e), comme s’il n’arrivait pas à quitter cette partie à marquer d’une pierre blanche. "Pour rigoler, j’ai dit à Christophe, qu’il me faisait de tout, je rentrais, je sortais, il me rappelait…"

Au final, c’est bien lui, Matthieu Jalibert qui a fait de tout aux pauvres défenseurs adverses.

Contenus sponsorisés