Icon Sport

L'antisèche : le ciel s’éclaircit pour le Racing

L'antisèche : le ciel s’éclaircit pour le Racing
Par Rugbyrama

Le 08/05/2021 à 17:54Mis à jour Le 08/05/2021 à 18:47

TOP 14 - Les Racingmen se sont largement imposés devant l’ASM sur la pelouse de La Défense Arena. Et si la seconde période brouillonne fut à l’opposé d’un premier acte spectaculaire, les hommes de Laurent Travers ont assuré une victoire bonifiée et remontent à la troisième place du classement. En revanche, les Clermontois ne font pas le plein de confiance avant d’aborder des échéances difficiles.

Le résumé :

Les toutes premières minutes de ce choc du haut de tableau sont clermontoises. Dès l’entame, les joueurs de Franck Azéma récupèrent la gonfle et campent dans les 22 mètres franciliens. Morgan Parra ne se fait pas prier pour convertir une pénalité offerte aux Jaunards (7e). Mais piqués dans leur orgueil, les Ciel et Blanc se montrent par la suite tranchants et inscrivent deux essais coup sur coup (8e et 10e). À chaque fois par l’intermédiaire de leur arrière Wallaby, Kurtley Beale. Le Racing se révèle en fait très réaliste durant le premier acte. Les hommes de Laurent Travers vont même aller une troisième fois à dame, grâce à Teddy Thomas.

Et alors que le numéro neuf de l’ASM grignotait le retard de son équipe au pied, et que Ravai privait les locaux d’un bonus offensif provisoire, les Racingmen retournent une quatrième fois dans l’en-but adverse peu avant la pause. Ils mènent 31-19 au moment de rentrer aux vestiaires. Le Racing n’impressionne pas, mais les coups d’éclats de ses trois-quarts lui permettent de virer en tête avec un bonus provisoire en poche.

En seconde période, les gazelles du Racing 92 emballent la partie un peu plus encore. La paire de centres Vakatawa-Fickou (alignée pour la première fois ce samedi) fait des merveilles. Le natif de La Seyne-sur-mer inscrit son premier essai sous ses nouvelles couleurs à la 43e (38-19). Un nouveau coup sur la tête des Auvergnats. Et si les Ciel et Blanc ne maîtrisaient pas vraiment le match en première période et s’appuyaient plus sur des lignes arrières virevoltantes pour assurer le spectacle, le deuxième acte est plus haché, d’un côté comme de l’autre. Des fautes de mains çà et là, de multiples pénalités concédées par la formation francilienne… la rencontre perd en fluidité. À l’image d’un bon début de séquence du Racing (55e), gâchée par un en-avant de Chouzenoux.

Alors, les locaux s’appuient sur du jeu au pied d’occupation pour garder l’ASM à distance. Assez pour conserver les cinq points de la victoire bonifiée. D’autant que Donovan Taofifenua fait passer la barre des quarante points à son équipe à un petit quart d’heure de la fin de la rencontre. Le score ne bougera plus. Les locaux l’emportent finalement 45 à 19 et se remettent sur les bons rails pour obtenir un barrage à domicile.

Le joueur : Teddy Thomas, premier acte XXL

S’il y en a un qui s’est montré à son aise ce samedi à La Défense Arena, c’est bien l’ailier international français. Le feu follet n’a eu que des miettes, mais cela lui a suffi pour se remplir la panse. Sur la première opportunité francilienne, le natif de Biarritz se fait la malle pour mener une séquence un peu folle à son terme. Il prend l’intervalle et sert magnifiquement Beale pour l’essai. Deux minutes plus tard, rebelote : Thomas se montre décisif. Il capte un coup de pied de Russell tel un funambule et sert encore une fois son arrière sur un plateau pour faire le break. Il assomme même Clermont à la 18e. Cette fois, c’est tout seul, comme un grand, que l’ailier va aplatir en bout de ligne après s’être amusé avec Kotaro Matsushima. Dernier éclat d’un premier acte de haut niveau : un petit jeu au pied par-dessus et une passe après contact pour Tanga. Sur le temps de jeu qui suit, les siens s’en vont une quatrième fois derrière la ligne et obtiennent un point de bonus qu’ils ne lâcheront plus.

TOP 14 - Matsushima (Clermont)

TOP 14 - Matsushima (Clermont)Icon Sport

Le chiffre : 11 en-avants, la maladresse des Clermontois

Ils avaient entamé la partie tambour battant, mais les Clermontois ont par la suite perdu le fil. À l’exception de quelques séquences en première période, les joueurs de l’ASM se sont montrés imprécis. Bien trop pour espérer mettre à mal le bloc défensif francilien au retour des vestiaires. Fébriles sur le jeu de ligne, les Auvergnats se sont rendus coupables d’une dizaine de fautes de mains. Une maladresse fatale à ce niveau. ''En seconde période, on joue 80% du temps chez nous, on ne parvient pas à tenir le ballon, on fait un temps de jeu puis on fait des en-avants… '', confiait d’ailleurs Sébastien Bézy à nos confrères de Canal + à l’issue de la rencontre. L’ouvreur du jour côté clermontois est dans le vrai. Les siens n’ont pas marqué le moindre point lors du deuxième acte.

La question :

Le Racing 92 s’est imposé sans problème, assurant même un bonus offensif bien utile dans la course aux barrages. Et pourtant, les Franciliens ont semblé très loin de leur meilleur niveau. Ce qui rend la prestation des trois-quarts d’autant plus impressionnante. Alignés pour la première fois ensemble : Imhoff, Fickou, Vakatawa et Thomas ont brillé par séquences.

Certains n’ont pas beaucoup touché le cuir, comme Thomas, mais ils se sont révélés tranchants sur les attaques placées. Sur les six essais du Racing, trois ont d’ailleurs été inscrits lors d’attaques en première main. C’est dire. Leurs franchissements trop faciles dans une défense clermontoise pas réputée pour être la plus perméable du championnat ont fait des ravages.

Et on imagine déjà ce que leur association, couplée à un Finn Russell des grands jours, pourra donner à l’avenir. C’est encore plus vrai pour les deux centres du XV de France Fickou et Vakatawa. Au fil des matchs, et avec un paquet d’avants conquérant, la ligne de trois-quarts du Racing pourrait devenir la plus dangereuse du Top 14.

Cette ligne de trois-quarts peut-elle être la plus redoutable du championnat ?

Sondage
1960 vote(s)
Oui
Non
Juste derrière Toulouse

Par Dorian VIDAL

Contenus sponsorisés