Midi Olympique

L'antisèche : avec ce pack, Toulon peut dormir sur ses deux oreilles

L'antisèche : avec ce pack, Toulon peut dormir sur ses deux oreilles

Le 13/09/2020 à 23:32Mis à jour Le 13/09/2020 à 23:41

TOP 14 – En prenant le meilleur sur le LOU (36-14), Toulon réussit son retour à Mayol. Et s'ils ont dominé les Lyonnais dans l'ensemble des secteurs, c'est bien le pack toulonnais qui a permis à son équipe de s'imposer, mais également d'aller chercher le bonus offensif en toute fin de rencontre.

Le match : Toulon emmené par ses "gros"

Une semaine après leur rentrée des classes complètement manquée en terres rochelaises, les joueurs de Toulon s'étaient promis dans l'intimité du vestiaire de ne pas réaliser un nouveau faux-pas. Chose promise, chose due pour les joueurs de Patrice Collazo. Bien plus consistants en conquête, cohérents dans le jeu de mouvement et globalement plus déterminés, les Toulonnais ont rapidement mis la main sur le ballon, et pris le contrôle de la rencontre. Et si leur domination n'était pas immédiatement récompensée au tableau d'affichage, les Varois réussissaient à mettre le LOU sur le reculoire. Indisciplinés, les Lyonnais écopaient alors d'un, deux puis trois cartons jaunes, mais également d'un essai de pénalité juste avant la 19e minute.

Les Rouge et Noir continuaient alors de pousser, et trouvaient une deuxième fois la faille dans la défense lyonnaise par Masivesi Dakuwaqa (voir par ailleurs) à la 32e minute de jeu. Le début d'un récital, pour une équipe qui menaient 15-6 à la pause ? C'était sans compter sur la révolte lyonnaise au retour des vestiaires. Mieux revenus de leurs vingt minutes de pause, les joueurs de Pierre Mignoni faisaient douter le RCT. L'essai de Jean-Marc Doussain (54e) puis la pénalité de Leo Berdeu permettaient au LOU de recoller à 15-14. Pourtant, la fin de match à suspense sera vite douchée par un RCT retrouvé.

Avec l'apport de son banc, les Varois reprenaient le fil de leur rencontre, et inscrivaient deux nouveaux essais de pénalité (68e et 77e) avant que Facundo Isa ne viennent faire rugir la tribune Finale d'un cinquième essai à la dernière seconde de la rencontre. En s'imposant 36-14, les Toulonnais retrouvent la marche avant, lancent pour de bon leur saison et préparent du mieux possible leur réception des Scarlets en quart-de-finale de Challenge Cup. Les Lyonnais, battus lors des deux premières journées, devront impérativement relever la tête s'ils veulent à nouveau rêver de phases finales.

Le joueur : Bastareaud, Mayol te salue

Plus d'un an après avoir fait ses grands adieux à la rade, Mathieu Bastareaud retrouvait Mayol pour la première fois ce dimanche soir. Vétu de blanc, l'ancien centre légendaire du RCT (avec qui il a remporté trois Coupe d'Europe et un Brennus) refoulait donc la pelouse de Mayol pour l'échauffement dès 20h22. En suivant ? Un petit tour d'en-but, sous les ovations des supporters, une roulade à la sortie du tunnel et une première véritable apparition sous le maillot du LOU à 21h00. Et s'il a forcément été, à l'image de son équipe, contrarié par l'énorme travail des avants toulonnais, Bastareaud pourra se targuer d'avoir (et de très loin) remporté le match de l'applaudimètre, dans un stade Mayol acquis à sa cause, et surtout très heureux de revoir son chouchou sur la rade.

L’essai : Heem trouva la clé du verrou lyonnais (32e)

S'ils tiennent le ballon depuis le début de la rencontre, les Toulonnais butent sur une défense bien en place. Et s'ils insistent dans l'axe, alors même que le LOU évolue en infériorité numérique pendant de longues minutes (voir par ailleurs), les joueurs de Patrice Collazo cassent régulièrement le premier rideau mais sont contrariés par de courageux Lyonnais. La lumière viendra finalement peu après la demi-heure de jeu. Servit sur ses 40 mètres, Bryce Heem feinte une passe et se défait de deux défenseurs. Il accélère jusqu'au 22 mètres du LOU, mais son off-load ne trouve ni Sonatane Takulua, ni Charles Ollivon pourtant bien placés.

C'est alors l'opportuniste Swan Rebbaj qui récupère le ballon et va fixer un défenseur. Le jeu rebondit par Takulua, qui décale son centre Duncan Paia'aua. En quatre contre quatre, l'Australien délivre un jeu au pied millimétré dans l'en-but. Masivesi Dakuwaqa qui a parfaitement suivi inscri alorst son premier essai de la saison. Si la transformation de Baptiste Serin trouve le poteau, cette action de plus de 60 mètres permet aux Varois de creuser l'écart : 15-3. Les Lyonnais ne feront jamais leur retard.

La statistique : 3 essais de pénalité pour le RCT

Qui a dit que ce petit « De pénalité » n'avait pas d'avenir au plus haut-niveau ? Car c'est bien lui qui, après deux journées de Top14, prend (très) largement la tête du classement des marqueurs varois. En effet, bien emmenés par leur pack, et notamment des deuxièmes lignes dans tous les bons coups, les Toulonnais ont vu Monsieur Cardona récompenser leurs efforts à trois reprises, par des essais de pénalité (19e, 68e, 77e).

La petite histoire : 6 Toulyonnais au coup d'envoi

C'est LA statistique qui colle à la peau des Toulon-Lyon depuis plusieurs saisons, mais comme souvent, les anciens pensionnaires du RCT trustaient le XV de départ des visiteurs. Au coup d'envoi, pas moins de sixjoueurs passés -voire formés pour certains d'entre eux (!)- par Toulon défendaient les couleurs du LOU. Dans le désordre : Xavier Chiocci, Mickaël Ivaldi, Jonathan Pélissié, Jonathan Wisniewski, Josua Tuisova et évidemment Mathieu Bastareaud.

Le fait : Lyon crucifié par son indiscipline

Pour dire vrai, ce n'est plus vraiment une nouveauté : il n'empêche que les nouvelles règles censées faciliter le jeu de mouvement ont coûté cher aux Lyonnais. Déjà globalement dominé dans le jeu courant, les joueurs de Pierre Mignoni se sont bien trop mis à la faute pour pouvoir espérer contrarier les Toulonnais. Mais bien plus encore que le nombre de pénalités sifflées, ce sont les cartons reçus qui ont mis les Lyonnais de le rouge. Que ce soit Mickaël Guillard (14e), Jonathan Wisniewski (18e), Mickaël Ivaldi (19e), Jean-Marc Doussain (68e) ou encore Felix Lambey (77e) les visiteurs ont trop souvent évoluer en infériorité numérique pour inquiéter des Toulonnais bien en place.

La question : les Toulonnais se sont-ils rassurés à une semaine de leur quart-de-finale européen contre les Scarlets ?

Une semaine après leur débâcle rochelaise (29-15) où bien au delà du score, les Toulonnais avaient réalisé une performance sans saveur, ce sont cette fois des Rouge et Noirs bien plus conquérants qui ont retrouvé le stade Mayol. Emmenés par un pack irrésistible (récompensé par trois essais de pénalité), les Toulonnais ont largement pris la mesure d’un LOU dépassé dans l’ensemble des secteurs (36-14). Rassurant, à une semaine du premier match couperet de la saison qui attend les Varois samedi prochain en quart-de-finale de Challenge Cup contre les Scarlets ? À vos votes !

Sondage
3716 vote(s)
Oui
Non
Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés