Icon Sport

Matsushima, tellement mieux qu'un "coup" marketing

Matsushima, tellement mieux qu'un "coup" marketing

Le 02/12/2020 à 16:31Mis à jour Le 02/12/2020 à 16:56

TOP 14 - Arrivé cet été à Clermont dans le costume de "star du recrutement", Kotaro Matsushima réussit sur tous les tableaux : s'il est bien l'ambassadeur espéré pour l'ASMCA au Japon, il est surtout un sacré joueur de rugby.

Quand le nom de Kotaro Matsushima est apparu dans le recrutement de Clermont, révélé dans ces colonnes puis officialisé par le club auvergnat le 28 janvier 2020, il y eut autant d'enthousiasme que de doutes. Matsushima, c'était cet ailier de la sélection japonaise qui avait brillé lors de la Coupe du monde dans son pays, trois mois plus tôt. Un joueur clairement offensif, doté de solides appuis et d'une belle pointe de vitesse. Mais se ferait-il aux joutes hormonales du Top 14 ? Les clichés ont la vie dure, alimentés par l'expérience : à Toulon, son aîné Ayumu Goromaru avait clairement échoué (5 matchs, 4 titularisations en 2016-2017). Comme Matsushima, il était pourtant arrivé en France auréolé du statut de star dans son pays.

Avant lui, en Auvergne déjà, la légende Daisuke Ohata, rien de moins que le recordman d'essais sur la scène internationale (69 en 58 tests-matchs), avait également échoué (deux feuilles de match seulement sous le maillot clermontois, en 2002-203). Matsushima, donc ? Ses précédents exils étaient également des échecs, entre blessures et difficultés d'adaptation : cinq feuilles de match et aucune titularisation aux Melbourne Rebels (2015-2016), encore moins aux Sharks (2012-2013) où il se contenta de deux matchs de Currie Cup. Sans jamais avoir les honneurs d'une sélection pour le Super rugby...

Un succès de notoriété...

D'abord, bien avant le sportif, le recrutement de Kotaro Matsushima à Clermont ressemblait donc à un coup marketing. « Même s’il ne faut pas s’imaginer n’importe quoi en la matière » tempérait cet l'été le président Eric de Cromières, disparu depuis. "Il a une certaine renommée au Japon et notre club en profitera. Tant mieux. Mais il sera difficile de mettre en place plus de partenariats directs avec ses sponsors. Pourquoi ? Parce que le salary cap veille, tout simplement, et qu’on ne peut pas faire n’importe quoi en la matière."

Top 14 - Kotaro Matsushima (Clermont)

Top 14 - Kotaro Matsushima (Clermont)Icon Sport

La notoriété, toutefois, est au rendez-vous. Et l'ASM ne s'en prive pas, avec une journaliste japonaise spécialement à résidence en Auvergne pendant toute la saison mais aussi des communications sur mesure, en langue japonaise, sur les plate-formes de communication du club. Et cela fonctionne. Le 27 novembre dernier, les réseaux sociaux de l'ASMCA proposaient par exemple une vidéo de présentation du club et son histoire, intégralement sous-titrée en langue japonaise. Un contenu largement partagé au pays du soleil levant. "Depuis l'arrivée de Matsushima en Auvergne, nous avons constaté un nombre croissant de suiveurs en provenance du Japon sur l’ensemble de nos réseaux sociaux. De l'ordre de 80000, si on cumule toutes nos plate-formes" se félicite Vincent Duvivier, responsable communication et presse de l'ASMCA. "Surtout, ses fans au Japon ont un taux d'engagement très fort. Cela favorise l'exportation de notre marque à l'international. Nous avons envie de leur faire découvrir notre club et notre région, nous avons donc adapté légèrement notre communication. Il est vrai, par exemple, que nous utilisons beaucoup son image, certainement plus que les autres joueurs de l'ASM."

Le joueur, par ailleurs, intéresse déjà certains partenaires du club qui souhaitent communiquer au Japon via l'ASMCA, et ainsi exporter leur image.

…un succès sportif, surtout

Mais limiter la présence de Matsushima en Auvergne à ces seules opportunités marketings ne serait pas lui faire justice. A la différence de ses compatriotes et prédécesseurs dans le championnat de France, le plus important reste le sportif. Dans ce registre, son adaptation fut expresse et son début de saison tonitruant, seulement pollué par quelques délicatesses musculaires. "C’est vrai que pour l’heure, les joueurs japonais qui sont venus en France ont été très frustrés de leur passage. Mais par rapport à eux, j’ai une chance : celle de parler anglais, ce qui n’était pas leur cas. Cela me permet d’échanger avec les autres, de passer du temps avec mes coéquipiers, en attendant de parler un peu mieux le français" appréciait le joueur, cet été.

Titulaire à six reprises cette saison en Top 14, soit l'intégralité des rencontres pour lesquelles il était disponible, Matsushima s'installe déjà sur le trône de "meilleure recrue 2020" à l'échelle nationale. Un attaquant superbe et racé, comme on s'y attendait. Mais aussi un arrière sûr, propre dans ses placements et surtout doté d'un excellent jeu au pied, à même de soulager son équipe dans le fond du terrain. Un joueur doué et polyvalent, donc, bien au-delà des clichés qui l'avaient précédé.

Top 14 - Kotaro Matsushima (Clermont) contre le Stade français

Top 14 - Kotaro Matsushima (Clermont) contre le Stade françaisIcon Sport

Le joueur justifie ce profil étonnement complet par la richesse de son parcours et de ses origines, entre le Japon, l'Afrique du sud, l'Australie et la France. "Ma culture rugby est japonaise, dans le sens où je suis porté sur la vitesse, l’évitement. Mais les moments que j’ai pu passer à l’étranger, dans ma jeunesse, ont été formateurs : ils m’ont obligé à travailler encore plus mes appuis et mes attitudes au contact si je voulais rivaliser physiquement avec mes adversaires. Et toute ma carrière, j’ai joué contre des mecs plus costauds que moi, donc ce n’est pas de nature à m’effrayer. J’essaie toujours de rester positif et confiant en mes moyens." "De notre côté, nous n'avons pas été surpris" jure quant Franck Azéma. "On le savait fort sur les appuis, certes, mais on savait aussi qu'on avait recruté un joueur très expérimenté au plus haut niveau, celui international. Sa précision dans le jeu aérien et sa longueur de jeu au pied comptent évidemment parmi ses autres points forts."

Contenus sponsorisés