Icon Sport

Julien Marchand a passé un autre cap

Julien Marchand a passé un autre cap

Le 23/04/2021 à 11:28Mis à jour

TOP 14 – Cadre et capitaine du Stade Toulousain, le talonneur Julien Marchand a encore franchi un palier cette saison. Notamment en équipe de France où il a impressionné et s'est fait une place.

A 25 ans à peine (surtout pour un avant), le talonneur Julien Marchand a déjà porté le maillot de l’équipe première des Rouge et Noir plus de 130 fois. Il en est aussi l’un des capitaines depuis ses 23 ans. Né dans les Hautes-Pyrénées à Loures-Barousse, il est aujourd’hui au sommet de son sport, étant en concurrence au sein du XV de France avec les Baubigny, Bourgarit, Chat voire Mauvaka. Julien Marchand a pourtant profité de cet hiver pour prendre une longueur d’avance, d’autant que la première-ligne tricolore Baille-Marchand-Haouas semble dorénavant installée.

On se souviendra que Julien a aussi fait montre de patience avec le XV de France, ayant connu sa première cape à l’automne 2018 mais sa première titularisation qu’à l’hiver 2020. Absent du Mondial nippon en 2019 car blessé, France 2023 trotte discrètement dans un coin de sa tête.

Pas facile de lui faire parler de lui pour autant et comprendre les clés de son succès. Exemplaire voire dur au mal sur un terrain, sa modestie et sa timidité peuvent alors s’exprimer devant un micro dès lors qu’il est question de lui. "Je suis content des performances avec le groupe France et avec Toulouse. Je suis encore jeune et il y a beaucoup de travail à réaliser. Après, en tant que l’un des capitaines du Stade, j’ai la chance d’avoir à mes côtés des Faumuina, Kaino ou Tekori qui sont des atouts et leaders naturels. Leur expérience m’est bénéfique. Cela m’aide."

Jean Bouilhou : "Il a beaucoup travaillé pour étoffer son jeu"

Ils sont loin les débuts à 8 ans à l’US Montréjeau-Gourdan-Polignan faisant suite à un peu de foot et de hand, le tout avant d’intégrer le centre de formation de Toulouse à 14 ans. Très proche de Cyril Baille (voire de Dorian Aldegheri pour compléter la première-ligne rouge et noir formée ensemble), le talonneur qui est en concurrence au poste en club avec son frère Guillaume se veut légèrement superstitieux, notamment par rapport à son échauffement. Très puissant du haut du corps (1,81m pour 108kg), mobile, solide en défense et au sol, il est tout simplement des plus complet. Et malgré tous ces signes de précocité, ce gaillard qui fait peur sur un terrain sait être ce "nounours" qui garde toujours ce petit sourire aux lèvres et une approche de la vie des plus naturelles.

Prédécesseur au poste de N°2 dans la Ville rose et avec le coq sur le cœur, William Servat est aujourd’hui son entraîneur des avants en équipe de France. Il est convaincu par son successeur, et plus directement par celui d’un certain Guilhem Guirado. "C’est l’un des leaders des Bleus qui n’hésite pas à tout donner pour l’équipe. Il permet au collectif de monter en compétences."

Jean Bouihlou est le responsable des avants stadistes. Il peut juger au plus près. "On est très heureux de tout ce qui lui arrive et de sa façon de progresser, fiers un peu aussi. Il a beaucoup travaillé pour étoffer son jeu. Il a encore une marge de progression. Peut-être sur une plus grande régularité sur les phases de conquête. En attendant, c’est un leader naturel, un leader de combat qui apporte beaucoup au Stade Toulousain et maintenant en équipe de France."

Rendre la pareille à Kaino ?

Le consultant Canal + Mathieu Blin est surtout l’ancien talonneur du Stade Français : "Il respire l’humilité et la discrétion, ce qui ne l’empêche pas de se construire. Il est dans un très grand club qui a toujours eu des références au poste et lui permet depuis des années de faire les choses dans l’ordre. Physiquement, il semble s’être étoffé depuis ses jeunes années mais tout en gardant une gestuelle et cette capacité d’être un joueur de rugby avant d’être un super athlète. Surtout, c’est un joueur qui ne fait pas beaucoup de fautes. Il est très juste dans toutes ses interventions. Il a marqué les esprits dernièrement par des percées mais ce qui est impressionnant, c’est sa capacité à répéter les tâches. Tout cela explique le très haut niveau auquel il se situe depuis un an et demi."

Champion de France 2019, le All Black Jerome Kaino avait laissé à Julien Marchand, jeune capitaine blessé, le privilège de lever le Brennus au Stade de France. On pourrait parier que le talonneur rêverait de rendre la pareille au futur retraité néo-zélandais un certain 27 juin prochain.

Contenus sponsorisés