Icon Sport

Taufua : "Cela a été vraiment spécial pour moi d’être capitaine dès le premier match"

Taufua : "Cela a été vraiment spécial pour moi d’être capitaine dès le premier match"

Le 11/09/2021 à 12:01Mis à jour Le 12/09/2021 à 14:46

TOP 14 - Le troisième ligne néo-zélandais, arrivé au LOU en cours de saison passée, est aujourd’hui l’un des leaders d’un groupe qui a débuté sa saison par un succès face à Clermont. Avant le rendez-vous à Pau, Jordan Taufua se confie à Rugbyrama sur ce rôle qu’il apprécie, ce qui le motive dans le projet rhodanien et surtout sur les ambitions de l’équipe.

Pierre Mignoni a fait un choix fort, dès la première sortie des siens cette saison, en donnant le brassard de capitaine à Jordan Taufua, troisième ligne de 29 ans qui compte une centaine de matchs de Super Rugby avec les Crusaders. Et à la question de savoir si c’est un choix amené à perdurer, et bien "Jordan va le rester, assure l’entraineur lyonnais. Ils vont se partager ce rôle (de capitaine). Un garçon comme Mathieu Bastareaud peut l’être aussi. Notre fonctionnement a un peu changé. Baptiste Couilloud reste un homme fort dans l’équipe mais il a besoin, après échange avec lui, de se reconcentrer sur son jeu et de prendre un peu de recul par rapport au capitanat. Cela reste un leader malgré lui." Jordan Taufua se confie aujourd’hui sur ce rôle et ses ambitions, avec la bonne humeur qui le caractérise.

Vous êtes arrivé en début d’année à Lyon, comment vous sentez-vous maintenant dans l’équipe et dans la ville ?

Jordan Taufua : Je me sens vraiment très bien. C’est vraiment bien d’être ici. J’aime Lyon. Pierre (Mignoni) et Kenny (Lynn) ont facilité mon arrivée. Et j’ai été très bien accueilli par mes coéquipiers. J’ai envie de réaliser quelque chose de spécial ici. Je sais que la saison dernière, nous n’avons pas bien terminé en n’accrochant pas le Top 6. C’est ce que nous allons viser cette saison et nous allons travailler très dur pour cela. Nous avons bien débuté contre Clermont la semaine dernière, et nous regardons devant, avec ce déplacement à Pau.

D’autant que vous étiez capitaine pour ce premier match, seulement votre cinquième avec le maillot du LOU !

J.T. : Oui cela a été vraiment spécial pour moi d’être capitaine dès le premier match. J’étais surpris quand Pierre me l’a dit (sourires). Mais les gars ont rendu la chose facile pour moi et m’ont beaucoup aidé. Nous avons déjà beaucoup de leaders dans l’équipe, des gars qui jouent pour l’équipe de France et d’autres individualités comme Franky (Gomez Kodela), Thibaut (Regard), Jean-Marc (Doussain) et Félix (Lambey). Ils m’ont rendu le travail de capitaine facile.

Comment avez-vous réagi quand vous l’avez appris ?

J.T. : J’ai été surpris ! Presque choqué. Je croyais que c’était une blague (rires). Mais non, Pierre et Kenny m’ont apporté leur soutien et m’ont beaucoup aidé. Avec l’aide de tous, j’ai pu jouer mon jeu, un jeu dur et rapide.

Ce n’était cependant pas une découverte pour vous que d’être capitaine… Vous l’aviez déjà été dans d’autres clubs ?

J.T. : Oui, j’ai été capitaine en Nouvelle-Zélande, de plusieurs équipes. Et j’ai été l’un des leaders aux Crusaders. J’ai donc une petite expérience de ce rôle mais j’aime être un leader par mes actions, dans la manière de jouer. C’est un signal pour le groupe. Et ça m’aide à faire mon travail.

Du coup, comment cela se passe sur le terrain pour la communication ?

J.T. : Je ne parle pas très bien Français (il le dit en Français puis poursuit en Anglais). Je comprends ce que me dit l’arbitre mais si je ne comprends pas un mot, je peux demander à mes coéquipiers pour être sûr d’avoir bien compris. Ou si j’ai besoin d’aide (rires), je peux demander à l’un des autres leaders de traduire.

" Je veux soulever un trophée avec Lyon !"

Qu’est-ce qui vous a plu dans ce projet lyonnais ?

J.T. : J’aime la ville, qui est vraiment très belle. Mais ce qui m’a attiré à Lyon, c’est vraiment le rugby. J’aime le jeu pratiqué ici, cette volonté d’attaquer, c’est un jeu passionnant. C’est le jeu que j’avais l’habitude de pratiquer en Nouvelle-Zélande. J’apporte mon expérience pour aider l’équipe à progresser. Et j’ai aimé les objectifs de l’équipe. Pierre m’a expliqué la vision du club pour les deux prochaines années, et je voulais faire partie du plan. Je veux faire de Lyon le numéro un. Donc je veux être un leader par mes actions, et aider du mieux que je peux.

Mais a-t-il fallu s’adapter à la façon de jouer en TOP 14 ?

J.T. : La façon de jouer en TOP 14 est très agressive et physique mais aussi rapide. C’est similaire avec le Super Rugby. Le niveau est maintenant le même. Mais les mecs sont ici encore plus physiques. C’est juste la langue qui est différente (rires). Honnêtement, le niveau au sein du TOP 14 est très élevé.

Vous êtes également passé par un autre club européen, les Leicester Tigers. C’était un objectif pour vous de venir en Europe ? Et si oui, pourquoi ?

J.T. : Oui, c’était mon objectif dans la vie de jouer en Premiership et, avec un peu de chance, de rejoindre le TOP 14. Mais le Covid a tout changé. Je suis arrivé plus tôt à Lyon. La raison est que j’ai gagné un Championnat en Nouvelle-Zélande et je voulais expérimenter différents rugbys, et apporter mon expérience. Je veux remporter des trophées ici, et pourquoi pas lever un trophée dès cette saison avec Lyon.

" Conserver cette intelligence de jeu et notre énergie"

Pour revenir au terrain et à ce premier succès contre Clermont, on peut dire que c’est idéal pour la confiance du groupe ?

J.T. : Oui c’est bien d’avoir gagné ce premier match. C’est toujours très dur de débuter, et nous avons gagné. C’était la première fois que nous jouions sur le terrain synthétique donc nous voulions être bien concentré sur nous, sur ce que nous devions faire en attaque et en défense. De jeunes joueurs jouaient leur premier match, c’est pour cela que l’on a bien célébré cette première victoire, pour eux, pour les aider à progresser. En espérant que cela se poursuive.

Il va notamment falloir corriger l’indiscipline, constatée principalement sur le début de la rencontre face à l’ASM. Comment l’expliquez-vous ?

J.T. : Je pense que les gars avaient beaucoup d’énergie, et qu’ils étaient très excités par l’idée de faire une bonne performance. Ils voulaient bien jouer, de manière intelligente. C’est pour cela qu’il faut que l’on soit sûr, cette semaine, de conserver cette intelligence de jeu tout en conservant notre énergie.

Car si le résultat est bon, il reste des choses à corriger…

J.T. : Tout n’a pas été parfait sur ce premier match. C’est pour cela que nous avons encore beaucoup de choses à travailler. Notamment en défense et cela doit commencer dès ce week-end (à Pau, ndlr). Nous n’avons pas beaucoup de temps pour nous préparer, c’est pour cela qu’il va falloir faire des choses simples, mais bien les faire, pour pouvoir aller à Pau avec de la confiance.

Et vous allez pouvoir compter sur le retour des internationaux !

J.T. : Oui, ils vont apporter leur expérience. Les internationaux français seront disponibles donc tout le monde est excité de les avoir dans l’équipe. C’est bien pour aller de l’avant, d’avoir ce mélange entre jeunes joueurs et expérience.

Contenus sponsorisés